Aquarama n°81 jui/aoû/sep 2018
Aquarama n°81 jui/aoû/sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°81 de jui/aoû/sep 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : FCO Media

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 148

  • Taille du fichier PDF : 26,6 Mo

  • Dans ce numéro : réutilisation de l'eau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 116 - 117  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
116 117
DOSSIER RÉUTILISATION DE L’EAU Paul Van Elslande dans le conteneur d’essai. (photo Improved) Mmali M
Installation d’essai mobile chez Yara  : tâche menée à bien DOSSIER RÉUTILISATION DE L’EAU L Dans le cadre de project Improved, une infrastructure d’essai mobile est restée active pendant 6 mois auprès du fabricant d’engrais artificiel Yara. Diverses techniques de traitement de l’eau y ont été testées. Elles doivent aider Yara à opter pour la méthode de traitement de l’eau la plus appropriée pour épurer l’eau et pour réutiliser la quantité d’eau maximale et d’autres composants qu’il est possible de tirer de celle-ci. Sur la base des connaissances que Yara a accumulées avec ce projet. Cette société veut arriver à une installation à grande échelle. PAR KOEN VANDEPOPULIERE La société néerlandaise Yara de Sluiskil, juste au-delà de la frontière belge, couvre 35 hectares et compte quelque 600 travailleurs. La société est active dans le secteur des engrais artificiels et produit aussi divers produits chimiques industriels. Elle fabrique notamment du nitrate d’ammonium et des produits contenant de l’urée. Pour une eau utilisée différemment Ewoud van den Brande, HESQ (Health, Environment, Safety, Quality) support engineer chez Yara, explique que la société utilise l’eau de surface de la région de Biesbosch, l’eau souterraine provenant d’une zone d’extraction d’eau sur le territoire du village de Sint Jansteen. Il s’agit d’environ 3,8 million de mètres cubes par an. « En raison des coûts et de la règlementation des pouvoirs publics, nous voulons réutiliser l’eau  : de cette manière, nous limitons l’emprise », indique-t-il. « En outre, nous avons aussi affaire à des exigences de déversement, et notre eau ne peut contenir que des concentrations déterminées d’unités polluantes. » Yara utilise notamment son eau pour produire de la vapeur pour les processus et pour la production d’électricité. « Le condensat de la vapeur haute pression comporte de l’azote et parfois aussi des traces d’autres composants. Lorsque nous réutilisons nos flux d’eau, nous voulons le faire le plus efficacement possible  : la récupération d’azote occupe donc une place de premier plan dans l’agenda », dit-il. Evelyn De Meyer, doctorante UGent  : « Il arrive souvent qu’une société parvienne à une situation win-win lorsque non seulement elle satisfait aux mesures imposées en ce qui concerne l’eau, mais qu’elle peut en outre récupérer des composants à partir de cette dernière. » Improved Le projet Improved représente  : « L’approvisionnement en eau de traitement mobile intégral pour un Delta économique ». Il reçoit des subventions par le biais du programme Interreg V Flandres- Pays-Bas. Il a débuté en 2016 et prendra fin début 2020. Dans le cadre de ce projet, on travaille avec un conteneur mobile comportant sept techniques. Chez Yara, les partenaires du projet ont ainsi vérifié jusqu’à quel niveau de qualité ils peuvent arriver. De Meyer  : « il s’agit d’osmose inverse, de distillation à membrane, d’électrodialyse, de charbon actif, de procédés d’oxydation de pointe, d’ultrafiltration et de résines à échange d’ions. Grâce au projet, nous pourrons étudier sur place de nombreuses technologies à temps. De cette façon, le coût de l’investissement peut être minimisé. » Deux courants Chez Yara Sluiskil, deux courants de condensat différents ont été testés pendant 5 mois. Van den Brande  : « Le premier comportait surtout du nitrate d’ammonium, le deuxième de l’ammonium, des alcools primaires et l’additif MDEA, un liquide de lavage qui est utilisé dans le processus de production d’ammoniaque. Il serait intéressant de réutiliser les composants azotés  : ammonium, nitrate et MDEA dans le processus de production. » Premiers résultats Paul Van Elslande est collaborateur scientifique à l’UGent. Il a surtout utilisé l’installation pilote mobile. Il a recherché par ce biais les possibilités de trois techniques  : osmose inverse, électrodialyse et distillation à membrane. Avec De Meyer, il fournit un aperçu des résultats les plus importants. Ceux-ci commencent pour le premier flux,c.-à-d. celui avec une quantité suffisamment abondante de nitrate d’ammonium. « Ces trois techniques éliminent bien le nitrate d’ammonium », expliquent-ils. « Pour ce premier courant, il est apparu que les résultats fluctuaient plutôt avec l’osmose inverse  : parfois l’eau était rendue suffisamment pure, parfois pas. Ces fluctuations dépendaient de la manière dont le pH et la quantité d’autres contaminants fluctuaient dans le flux d’eau entrant. Ce problème était résolu de manière évidente, en plaçant derrière un étage d’épuration suivant, comme un échangeur d’ions à lit fluidisé. La meilleure élimination et la plus constante pour ce premier flux a été réalisée par la distillation à membrane. » Ensuite, le conteneur est passé au courant 2, comportant de l’ammonium, des alcools primaires et du MDEA. « Nous avons procédé à une petite adaptation au module de distillation à membrane de manière à pouvoir exécuter un stripping avec ce dernier. Ensuite, nous avons testé le deuxième courant de condensat. Nous avons constaté que les trois techniques retenaient bien l’ammonium. Le stripping à membrane avait toutefois pour avantage de pouvoir concentrer ainsi l’ammonium à quelques grammes par litre, ce qui est relativement beaucoup et augmente les chances de réutilisation. Le MDEA a également été bien éliminé par les trois techniques. Toutefois, les alcools primaires ont traversé la membrane dans tous les cas. » La raison en est que lors de la sélection des techniques, l’ac- AQUARAMA #81 I 117



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 1Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 2-3Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 4-5Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 6-7Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 8-9Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 10-11Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 12-13Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 14-15Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 16-17Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 18-19Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 20-21Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 22-23Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 24-25Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 26-27Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 28-29Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 30-31Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 32-33Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 34-35Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 36-37Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 38-39Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 40-41Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 42-43Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 44-45Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 46-47Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 48-49Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 50-51Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 52-53Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 54-55Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 56-57Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 58-59Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 60-61Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 62-63Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 64-65Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 66-67Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 68-69Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 70-71Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 72-73Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 74-75Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 76-77Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 78-79Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 80-81Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 82-83Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 84-85Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 86-87Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 88-89Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 90-91Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 92-93Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 94-95Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 96-97Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 98-99Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 100-101Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 102-103Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 104-105Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 106-107Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 108-109Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 110-111Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 112-113Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 114-115Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 116-117Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 118-119Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 120-121Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 122-123Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 124-125Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 126-127Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 128-129Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 130-131Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 132-133Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 134-135Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 136-137Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 138-139Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 140-141Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 142-143Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 144-145Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 146-147Aquarama numéro 81 jui/aoû/sep 2018 Page 148