American Legend n°3 sep/oct/nov 2014
American Legend n°3 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 107 Mo

  • Dans ce numéro : sur la piste des Dalton.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 36 - 37  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
36 37
Histoire vivante 36 ★ AMERICAN LEGEND Plan américain de la tenue de traque de notre US Marshal fédéral. La plaque est une confection artisanale. Le chapeau slouch hat, adapté au vent, est lui authentique. Le US Marshal en tenue de traque, simple et efficace, loin du cinéma de papa. Avec chemise d’inspiration militaire, pantalon civil renforcé, couteau indien, bottes de cavalerie et manteau de pluie, le tout inspiré des photos du US Marshal Heck Thomas. Autre daguerréotype rare qui montre un groupe de US Marshals et leurs adjoints devant l’accomplissement brutal de leur mission. Le troisième à partir de la gauche est Heck Thomas en personne. Certainement un détachement des « Dogs » du juge Parker dans le Kansas. des conflits d’intérêts et des oppositions politiques et législatives avec les sheriffs de comtés. Suivant l’exemple premier du Wyoming, les jeunes États de l’Ouest nouvellement rattachés aux USA au fur et à mesure de l’expansion vers l’Ouest, sont souvent divisés en quatre districts, ou circonscriptions. Chaque district vote donc pour son propre Marshal d’État. Si les US Marshals fédéraux ont tout pouvoir juridictionnel par-delà les frontières, le State/territory Marshal détient un pouvoir politique et policier qui se limite strictement à la juridiction étatique dont il dépend. Le City Marshal est un State Marshal élu, ou désigné selon les cas, par la municipalité (le maire et le conseil administratif) pour instaurer la loi fédérale dans des villes sans Sheriff. Ils ont donc une fonction équivalente au Sheriff. Le Deputy Marshal est l’adjoint du Marshal quel que soit son statut. Il n’a donc pas de juridiction en charge. Il est assermenté par le Marshal. En ce qui concerne les adjoints du US Marshal, l’assermentation peut être la prérogative du juge fédéral. Law & Order, un clivage politique Après la guerre de Sécession, l’édification de nouveaux États dans l’Ouest entraîne une stratification issue de migrations démographiques concentrées dans des territoires et cités nouvellement établis dans un espace jadis illimité. Dans ces jeunes États, la naissance anarchique des Cowtowns sur les routes des transhumances, des Miningtowns dans les régions minières, demandent l’instauration rapide de l’autorité policière fédérale. Dodge City et Abilène dans le Kansas, Deadwood dans le Dakota, Austin, San Antonio au Texas, El Paso et Tombstone en Arizona sont passées à la postérité pour l’action immédiate de leur US, State ou City Marshals. Pour indication, la ville de Guthrie, Oklahoma, passe de 1 200 habitants en 1875 à 10 000 en 1889. C’est bien dans ce contexte social complexe dans lequel le Marshal va s’empêtrer. En effet, ces nouveaux États gonflent avec une population nouvelle. Banquiers, usuriers, commerçants, entrepreneurs et industriels sont les héritiers d’un pouvoir fédéral et central d’obédience républicaine agrandi par la guerre de Sécession. Ils viennent vite empiéter et menacer la liberté « naturelle » des premiers ranchers, des cow-boys itinérants, des Open Range (littéralement « champs ouverts », les libres pâtures), et des premiers pionniers. Profondément démocrates, les natifs n’acceptent pas ces lois portées par les US, City et State Marshals et vont vite considérer l’arrivée de les immigrants comme une menace politiquement inacceptable ! Dans ce brassage social, les US et City & State Marshals républicains s’opposent aux City et County
Sheriffs démocrates. Ces derniers constituent un contre-pouvoir difficile à contourner, sinon par la violence. Figure typique s’il en est du US Marshal Heck Thomas. Sous ce regard impassible se cache le plus acharné des limiers de la Brigade des « Parker’s Dogs ». Vers 1900. Sheriff et Marshal, d’une étoile à l’autre Les County Sheriffs et City Sheriffs sont en effet réduits à une juridiction régionale sinon locale qui les empêche d’agir et de poursuivre les Outlaws au-delà des frontières territoriales et/ou urbaines. Le rôle du Marshal est par conséquent de passer outre et d’imposer une autorité législative supérieure. La désignation de ces Sheriffs est historiquement contradictoire ! Elle dépend d’un compromis du pouvoir central fédéral et du suffrage régional… Si les State Marshals relèvent du district de l’État, les Sheriffs régionaux sont répartis par comtés dont dépendent les chef-lieux. Ces Sheriffs de comtés ou County Sheriffs sont d’abord désignés par le gouverneur du territoire pour un an. Du reste, ce gouverneur nomme tous les fonctionnaires adjoints de l’administration de la circonscription. À l’échéance de cette année de nomination, le sheriff a droit de faire campagne aux suffrages au niveau de ce même comté. Les City Sheriffs de la ville, quant à eux, sont élus sur le plan local ou communal (villes) pour les missions de police urbaine. Ces deux types de policiers régionaux et locaux sont souvent des démocrates élus par une communauté native qui leur est toute acquise. Très vite, ils vont s’opposer aux pouvoirs fédéraux républicains des Marshals pour protéger les intérêts des habitants démocrates. Pour les contrer, le Gouverneur est censé encourager les adjoints des US et States Marshals - aux filiations nordistes - de se présenter aux élections du Sheriff du comté puis de la ville afin de gagner non seulement des voix mais aussi des espaces de manœuvre politique. Aussi le poste de County sheriff est très convoité du fait de sa rétribution. Chargé de récolter les impôts, de contrôler les licences et d’amender les contrevenants, son salaire peut grimper à 35 000 dollars annuel alors que le salaire moyen d’un policier et de 1,50 dollar par jour ! Une rémunération plus intéressante que le US Marshal qui court d’un État à l’autre à la poursuite des crapules et qui, pour s’en sortir, combine souvent sa mission fédérale avec l’attitude d’un chasseur de prime. Les « Dogs » du juge Parker Pourtant ce système segmenté des Marshals à tous les échelons de la société n’induit pas que des dysfonctionnements et peut s’avérer très efficace. Dès 1875, devant la nécessité de pacifier les nouveaux États, un pouvoir fédéral pyramidal se constitue au fil du temps. Au sommet se trouve les juges fédéraux (députés du Congrès) puis les US Marshals qu’ils nomment. En dessous s’étendent les pouvoirs régionaux et locaux respectivement des State Marshals et City Marshals. Cette structure apparaît comme tentaculaire et permet de resserrer rapidement les filets sur les hors-la-loi et les opposants à la « Res Publica » unioniste. Le meilleur exemple dans ce cas reste le plus célèbre. La carrière du juge Isaac Parker s’appuie fortement sur ce principe qu’il a lui-même contribué à perfectionner. À 33 ans, il est élu membre du Congrès dans le Missouri et siège de 1871 à 1875. Puis il est nommé juge du district de Fort Smith. Le US Marshal ou Federal Marshal en tenue de service. Le port de boutons aux armes de l’Union sur le gilet et la redingote (ou de l’État de leur juridiction pour les State/Territory Marshals) est une pratique peu connue et pourtant répandue. QUELQUES BONNES ADRESSES POUR SE COMPOSER UNE TENUE En France : Un des seuls revendeurs spécialisés de vêtements « Old West » est Western Shop, situé dans la parc d’attractions « O.K. Corral » (www.western-shop.fr) En Belgique : Western Shop Bruxelles (westernshop.be) la plus grande boutique western en Belgique depuis 1990 En Suisse : Cowboy Kurt (www.cowboykurt.com) depuis 1982 à Genève Par correspondance aux USA : River Junction Trade Co. (www.riverjunction.com) propose un grand choix de vêtements réalisés sur mesures avec des patrons et des tissus authentiques ; Wild West Mercantile (www.wwmerc.com), Gentlemans Emporium (www.gentlemansemporium.com) ou encore Texas Jack’s (www.texasjacks.com) des vêtements historiquement corrects de plusieurs grandes marques spécialisées (Scully/Wah Maker, Frontier Classics,C.O.W.S., etc.). AMERICAN LEGEND ★ 37



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 1American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 2-3American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 4-5American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 6-7American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 8-9American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 10-11American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 12-13American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 14-15American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 16-17American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 18-19American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 20-21American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 22-23American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 24-25American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 26-27American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 28-29American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 30-31American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 32-33American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 34-35American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 36-37American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 38-39American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 40-41American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 42-43American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 44-45American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 46-47American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 48-49American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 50-51American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 52-53American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 54-55American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 56-57American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 58-59American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 60-61American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 62-63American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 64-65American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 66-67American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 68-69American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 70-71American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 72-73American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 74-75American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 76-77American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 78-79American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 80-81American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 82-83American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 84