American Legend n°3 sep/oct/nov 2014
American Legend n°3 sep/oct/nov 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°3 de sep/oct/nov 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 107 Mo

  • Dans ce numéro : sur la piste des Dalton.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
Style de vie/Vêtements STETSON UNE ICÔNE WESTERN QUI VENAIT DE L’EST Nul ne conteste que dans l’imaginaire de tous, le cow-boy est le personnage mythique le plus représentatif de l’Ouest. Eh bien, mis à part sans doute son Colt à la ceinture, quel est l’élément le plus caractéristique de sa tenue, avant même sa selle et ses bottes à éperons ? Son chapeau, sans aucun doute… ou plus exactement son « Stetson » Stetson est une marque de chapeaux et plus généralement de couvre-chefs connue pour ses chapeaux de cowboy. Dans le langage courant un chapeau de cow-boy peut être appelé un « stetson » - avec un « s » minuscule - alors même qu’il n’est pas de cette marque. Il est d’ailleurs amusant de relever que ce curieux phénomène le langage d’origine socio-culturelle appelé antonomase se vérifie aussi pour un autre élément de l’équipement, le « colt ». Le Stetson 20 ★ AMERICAN LEGEND John Batterson Stetson (05/05/1830 - 18/02/1906) Texte et photos : Philippe Couvreur historique est un chapeau souvent en feutre avec des bords très larges afin de protéger du soleil les yeux de celui qui le porte. La manière d’en relever les bords comme l’acteur James Dean dans le film « Géant » fut jugée comme particulièrement provocante à l’époque. Il a été inventé par l’américain John B. Stetson dans les années 1860. Il a d’abord été vendu en 1865 à Central City (Colorado) sous le nom de « Boss of the Plains », plus tard il a été appelé Stetson par référence à son inventeur. Il a d’abord été utilisé par les cow-boys, chez qui il Le premier modèle commercialisé par Steston, le modèle « Boss of the Plains » est encore à bords droits et à coiffe ronde sans plis. avait été popularisé par une tournée de Buffalo Bill. Lorsque John B. Stetson crée un chapeau au-delà des besoins ordinaires, il n’a pas la moindre idée du fait qu’il est en train de fabriquer ce qui va devenir le symbole universel et immortel de l’Ouest américain. Ses chapeaux seront portés par de simples pionniers aussi bien que par des présidents des États-Unis, des gens ordinaires et des professionnels ou des militaires, tous d’une trempe extraordinaire, des hommes de courage et de convictions. Il existe aujourd’hui des centaines L’usine John B. Stetson Co. à Philadelphie, Pennsylvanie, en 1894. Sous l’impulsion de son créateur, la firme devint une des plus grandes au monde à l’époque. Stetson remporte de nombreux prix, mais a des difficultés à « développer une force de travail fiable ». À l’époque, les ouvriers en chapellerie « s’échangent souvent leurs journées de travail » et « l’absentéisme est chronique ». Stetson, guidé par ses principes religieux baptistes, pense qu’en fournissant un travail attractif à ses employés il rendra leur vie plus stable et attirera de meilleures recrues. Contrairement aux autres patrons, il offre des avantages pour inciter ses ouvriers à rester, s’assure de postes de travail propres et surs, construit un hôpital, un parc et des logements. L’usine atteint 25 bâtiments sur 36 000 m².
de marques de vêtements et de chapeaux « western wear », mais aucune ne peut se comparer à la marque Stetson. C’est la raison pour laquelle Stetson fut le choix préféré de toutes les icones de l’Ouest telles que Buffalo Bill Cody, Annie Oakley ou Pawnee Bill, ainsi que toutes les vedettes de films western. Une marque américaine incontournable depuis 1865 L’histoire de plus célèbre couvre-chef américain commence avec la naissance John B. Stetson en 1830. Élevé dans le New Jersey, 7 e d’une famille de 12 enfants, John apprend le métier dans la boutique de son père. Il se forme à tout ce qu’il est possible de savoir de la part du maître-chapelier, mais quand les médecins lui diagnostiquent la tuberculose, le jeune homme part dans l’Ouest. Le destin le fait se retrouver sur la célèbre piste de Pike’s Peak avec un groupe de prospecteurs et de pionniers. Au cours de ce dur périple, le jeune artisan trouve un moyen de mettre à profit son savoir-faire en matière de fabrication de feutre. Il fabrique des tentes étanches en utilisant Stetson, ce n’est pas juste un chapeau, c’est LE chapeau ! Au point que la marque est devenue un nom commun qui qualifie tous les chapeaux de cow-boys. les connaissances apprises dans l’échope de son père. Il utilise également quelques-unes des plus belles peaux de castor pour confectioner des chapeaux de feutre à larges bords. Quelques-uns se moquent des créations du jeune Stetson. Mais la plupart envient en fait la façon dont ces chapeaux tiennent leurs propriétaires au frais sous le soleil et au sec sous la pluie. La légende veut qu’un bouvier lui ait alors acheté un chapeau pour une pièce d’or de cinq dollars : la réputation de Stetson vient de naître... C’est un John Stetson remis sur pieds qui revient sur la côte Est. À Philadelphie il emprunte 100 dollars à sa soeur pour acheter l’outillage et 10 dollars de peaux ainsi que pour louer un petit atelier. La John B. Stetson Hat Company ouvre officiellement et commence son activité en 1865. Depuis le début, il est clair que les chapeaux de Stetson doivent être résolument différents, et aussi qu’ils doivent être meilleurs. Après tout, Stetson a déjà fourni les rudes pionniers sur la Frontière. Il sait combien ils apprécient la qualité et aussi l’intégrité. Ce qu’il va alors concevoir pour eux est un modèle très spécial baptisé « The Boss of the Plains. » Le premier design original de Stetson devient rapidement le couvre-chef le plus couru pour tous ceux qui travaillent dur à travers tout l’Ouest encore sauvage. Le premier véritable « chapeau de cowboy » vient de voir le jour. Les acteurs qui assurent la promotion de la culture western à la fin du XIX e et au début du XX e siècle vont populariser le Stetson. Pour son spectacle, Buffalo Bill se fait faire des modèle spéciaux à très larges bords dont s’inspirera plus tard l’industrie du cinéma d’Hollywood dès les premiers films Western. Tom Mix « the cowboy of the silver screen » apparaît dans plus de 300 films - court-métrages compris - entre 1909 et 1936. Le « Boss of the Plains » The « Boss » était conçu avec une coiffe élevée pour fournir une bonne isolation au haut de la tête et de larges bords rigides pour protéger à la fois de l’ardeur du soleil et des intempéries au visage, au cou et aux épaules. Les véritables cowboys appréciaient quant à eux les aspects hautement pratiques du Stetson. On disait à l’époque que ce chapeau « gardait vos yeux à l’abri du soleil et protégeait votre nuque des ardeurs de ce dernier ». En fait c’était un peu un parasol portatif. Le modèle original en feutre était waterproof. Surtout, il était durable et léger. A l’intérieur, il comportait une bandeau en cuir (sweatband), une doublure de protection et, en mémoire de modèles plus anciens, un arc sur le bandeau, pour distinguer l’avant de l’arrière. Les premiers modèles proposés étaient de couleur naturelle, avec une coiffe et des bords de quatre pouces (10 cm) et un bandeau uni. Durant des années, Stetson s’inquiéta de l’étanchéité, et décida finalement de fabriquer ses chapeaux en poil de castor. Il faut environ 42 ventres de castor pour produire un chapeau de très grande qualité. En raison du tissage très serré de la plupart des Stetson, ceux-ci étaient assez étanches pour servir de récipient. Une histoire raconte qu’un cow-boy traversait une fois une longue piste desséchée sur la Prairie. Sa gourde étant trouée, il put garder de l’eau potable en la portant dans son Stetson. Stetson utilisa beau- AMERICAN LEGEND ★ 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 1American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 2-3American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 4-5American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 6-7American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 8-9American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 10-11American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 12-13American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 14-15American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 16-17American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 18-19American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 20-21American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 22-23American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 24-25American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 26-27American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 28-29American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 30-31American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 32-33American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 34-35American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 36-37American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 38-39American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 40-41American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 42-43American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 44-45American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 46-47American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 48-49American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 50-51American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 52-53American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 54-55American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 56-57American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 58-59American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 60-61American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 62-63American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 64-65American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 66-67American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 68-69American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 70-71American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 72-73American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 74-75American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 76-77American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 78-79American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 80-81American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 82-83American Legend numéro 3 sep/oct/nov 2014 Page 84