American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°1 de mar/avr/mai 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 96,5 Mo

  • Dans ce numéro : la grande Histoire de l'Ouest.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
Guerre de sécession Nos vestes sont à la base des moyens de gamme acheté chez Philadelphia Depot. Nous les avons démontées, recoupées puis remontées en partie à la machine, en partie à la main. De gauche à droite : la shell Jacket (en réalité un frock coat junior officer dont les basques ont été coupés) avec ses neufs boutons Waterbury aux armes de l’État du Maine. À sa poitrine un Corps Badge V th Corps-1 st Division-20 th Maine avec son nom et son grade brodé en fil d’argent. Un waiscoat réglementaire neufs boutons de l’Union. Et enfin un Sack coat officier avec un Corps Badge restauré en velours et cannetille sur la base d’une miniature métallique de grade Lt qui est authentique. Le staff du régiment inclus un colonel, un lieutenant-colonel, un major, un lieutenant qui fait office d’adjudant (adjudant), un chaplain, un autre lieutenant qui fait office de quatermaster, un assistant surgeon First Lieutenant (chirurgien), un sergeant major, un regimental quarter-master sergeant, un hospital stewart (médical), deux principal musicians et 24 musiciens band members (fanfare). En comparaison, un régiment fédéral régulier se compose de deux Battalions avec chacun huit compagnies. Le 20 th Maine Formé le 29 août 1862 à Portland, le 2O th Maine est commandé par le colonel Aldebert Ames. Il est composé d’hommes robustes ; pêcheurs, fermiers, bûcherons qui se forgent une belle réputation. Juste avant la bataille d’Antietam, ce 17 septembre 1862, le Régiment fait parti de la réserve Gros plan sur nos éléments authentiques. Le gilet Waistcoat à col ouvert d’inspiration civil. De couleur noir, nous avons restauré son col en velours dark blue et replacé des boutons Waterbury de l’union. Le chapeau slouh Hat a subit une restauration dans les années 1940. il arbore un brass Infantry Cap Badge officer’s en laiton et un Corps Badge du V th Corps-1 st Division en Feutrine qui ont résisté au temps. 54 ★ AMERICAN LEGEND
de l’armée du Potomac dans le Vème Corps, première Division, première Brigade. En octobre 1862, il est rattaché à la 3rd Brigade au sein de laquelle il demeure durant tout le reste de la guerre. Le 20 mai 1863, le colonel Joshua Chamberlain est nommé pour le commander jusqu’à la fin du conflit (16 juin 1865). Ses lettres de noblesse, le régiment les obtenir sans attendre dans la bataille de Fredericksburg. Le 13 décembre 1862, le plan désastreux du général en chef Andrew Burnside conduit les Régiments de l’Union à monter à l’assaut de Mary’s Height, un champ ouvert face à une ligne confédérée solidement campée derrière des positions de mûrs de pierre. Une par une les divisions unionistes se font décimer. Le 20 th Maine réussi à s’approcher au plus prêt sous un feu nourri mais est contraint de reculer et de s’immobiliser. Puis il prend part aux batailles de Mine Run, Wilderness, North Anna, Totopotomoy Creek. Sur Cold Harbor il couvre les mouvements de l’armée du Potomac vers Petersburg. Au siège de ce bastion, en juin 1864, le colonel Joshua Laurence Chamberlain prend le commandement de la Brigade et le 20 th Maine prend part aux 18 assauts sur River’s Salient ! Mis en réserve, il échappe au carnage de la bataille du Cratère. Appomatox Court House marque la fin de la guerre. Il est dissout le 16 juillet 1865 à Washington. Quatre medal of Honor sont attribuées à des membres du 20 th. Mais c’est son action à Gettysburg qui a définitivement assis sa réputation de Régiment pugnace. Joshua Laurence Chamberlain, un humaniste au coeur de la guerre Joshua Laurence Chamberlain est né le 8 septembre 1828 à Brewer dans le Maine. Sa bravoure, son abnégation, sa force et Exemple de nos réalisations. Les Corps Badges du V th -1 st Divison sont en feutrine. Au milieu des boutons Waterbury d’origine, à droite des Waterbury actuels. Le grade de Lieutenant fourni par Southern Cross a été patiné. Le cap badge staff officer’s est authentique. son humanité, toutes ces qualités ont contribué à faire de cet homme exceptionnel un symbole puissant de la notion d’union et de fédération. Il n’en demeure pas moins le descendant d’une longue lignée de soldats. Ses arrières grand-pères avaient participé à la guerre d’Indépendance, son grand-père avait connu la guerre de 1812. Enfin son père avait servi le pays. Professeur de langue émérite au collège Bawdoin de l’Etat du Maine, il veut s’engager dès le début des hostilités en 1861. Devant le refus de la Faculté et les angoisses de sa femme il songe à renoncer. Mais son tempérament est peu enclin à oublier ses intimes convictions. Il demande donc un congé pour un an et s’engage comme officier. Intégré au nouveau 20 th Rgt du Maine, le colonel Ames le prend d’affection et devine ses qualités de meneur. Il est bientôt rejoint par son frère Thomas. Très vite il s’impose à ses hommes. Son sens tactique allié à une grande déférence envers ses hommes le rendent populaire. Avec eux, il supporte l’inimaginable : la maladie, la souffrance, la fureurs des batailles. A la bataille de Fredericksburg, dernier régiment resté sur place dans le dénivelé mortelle de Mary’s Height, le 20 th endure le feu des mûrs des confédérés et le froid mordant toute une journée et une nuit. Chamberlain est là auprès d’eux et nous laisse un témoignage éloquent : « Dans le silence revenu se mirent à retentir de nouveaux bruits plus alarmants encore. Un étrange phénomène de ventriloquie dont on ne pouvait déterminer la source. Une plainte sourde comme si un millier de dissonances vibraient à l’unisson pour produire une note étrange, surnaturelle, terrible à entendre et à supporter. Et portant surprenante dans sa proximité. Cette harmonie frémissante rompue par les appels à l’aide, les uns suppliant qu’on leur donne à boire, les autres implorant Dieu. D’autres encore demandant à une main amie de finir ce que l’ennemi avait si atrocement commencé. Certains déliraient murmurant d’une voix rêveuse le nom d’un être cher qu’il imaginait tendrement penchée sur eux avec, à l’arrière plan, vibrant en permanence, la note grave et profonde émise par les lèvres closes de tous ces hommes trop épuisés, trop braves pour dire leur agonie. Finalement à bout de force et d’énergie j’écartais les corps de deux morts pour m’allonger entre eux, me servant de la poitrine d’un troisième comme d’un oreiller. Après m’être couvert le visage d’un pan de son manteau je tentais de m’endormir. » En juin 1863, Chamberlain prend le commandement du Régiment. C’est à Gettysburg que son génie tactique fait merveille. Sa formidable charge fut moins inspirée par la nécessité d’une gloire que le soucis de ne plus perdre un seul homme. Une anecdote suffit à percer à jour la trempe du personnage. Au siège de Petersburg en juin 1864, il lance un assaut debout, sabre au clair. Touché de multiple fois, il s’immobilise et encourage tous ses hommes du Maine qui Exemple de chemise portées par les junior officers. Au centre une chemise poplin réglementaire et sa cravate en soie. Nous lui avons rajouté des boutons véritables en os. A gauche une chemise civile à plastron et à droite une battle shirt d’inspiration civile hand sew (cousue à la main par nos soins) faite de coton tissé identique aux originaux. AMERICAN LEGEND ★ 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 1American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 2-3American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 4-5American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 6-7American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 8-9American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 10-11American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 12-13American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 14-15American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 16-17American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 18-19American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 20-21American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 22-23American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 24-25American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 26-27American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 28-29American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 30-31American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 32-33American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 34-35American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 36-37American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 38-39American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 40-41American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 42-43American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 44-45American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 46-47American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 48-49American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 50-51American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 52-53American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 54-55American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 56-57American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 58-59American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 60-61American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 62-63American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 64-65American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 66-67American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 68-69American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 70-71American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 72-73American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 74-75American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 76-77American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 78-79American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 80-81American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 82-83American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 84