American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°1 de mar/avr/mai 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 96,5 Mo

  • Dans ce numéro : la grande Histoire de l'Ouest.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 42 - 43  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
42 43
Histoire de l’Ouest légende. En avril 1875, les pratiques douteuses de Wyatt sont exposées au grand jour par son opposant Bill Smith aux élections du Marshall. Wyatt le démolit - au sens propre, et est renvoyé. On entrevoit déjà l’ambiguïté du personnage. La cowtown de Dodge City est en proie à tous les excès des déserteurs, des cow-boys, des mercantis et des outlaws. La sale réputation naissante de dur à cuire de Wyatt va finalement le servir. Les patriciens le nomment au poste d’adjoint au Marshall en mai 1876. Il voit là l’occasion inespérée d’accéder à un statut social supérieur pour entrer dans le cercle fermé des notables. C’est dans cette ville qu’il se réinvente en devenant un symbole vivant d’honnêteté civique. Mais comment Wyatt s’est-il imposer face à ses brutes ? La réponse est simple : sa carrure ! A 28 ans c’est un beau géant de 1m80 et il fait peur. Sa technique est expéditive. Il frappe avec le canon de son Colt sans crier gare. Bientôt il fait la connaissance de Bat Masterson, affable mais adepte de la gâchette et de Luke Short, le plus dangereux. Surtout une profonde amitié va le lier au sudiste John Doc Holliday, dentiste de son état, tuberculeux et égorgeur notoire. Le saloon Long Branch devient son quartier général d’où il organise des jeux et veille à la bonne répartition des ses activités douteuses. Paradoxalement, c’est bien lui qui exige un code moral sans faille au cœur du clan Earp. Wyatt agit au nom de sa loi et bientôt au nom de son clan. Les résultats sont là et il touche au but. La ville s’assainit et les affaires sont florissantes. « Nos ennemis étaient nombreux, on pouvaient compter nos amis » déclarera Wyatt à un journaliste en 1923. Un cabinet d’avocat lui offre une bible dédicacée « A Wyatt Earp, en reconnaissance de ses nombreuses vertus chrétiennes ». Un comble ? Au nom de « sa » loi Pourtant le cercle des notables tant convoité lui reste fermé. Lassé d’interposer sa plaque il démissionne en septembre 1979. A l’invitation de John Behan, Shérif du comté de Cochise, nommé par le gouverneur Fremont en 1881. D’obédience démocrate, il s’attire la sympathie des cow-boys en contrariant l’action des Earp dans l’exercice de leur fonction afin de gagner les élections. son frère Virgil, il quitte la région avec son aîné James et sa maîtresse Mattie Blaylock, une prostituée. Ensemble ils parcourent 1 200 km pour rejoindre Tombstone, une miningtown au sud de l’Arizona surgie avec la découverte des mines d’argent des collines de San Pedroen 1877. Son explorateur, un prospecteur privé, s’était vu promettre une pierre tombale (Tombstone) en guise de découverte. Elle va devenir la cité du clan Earp. A leur arrivée, la ville compte quelques centaines d’âmes. Dès 1881, elle compte 5 600 habitants. Les tentes provisoires et les bâtiments en bois côtoient les hôtels et les restaurants de luxe qui servent des plats fins sous les lustres en cristal. Wyatt fréquente quotidiennement le glacier de la 4 e rue. Un bowling à la mode sert du chocolat chaud. Refroidi par l’expérience de Wishita, il est peu désireux de redevenir policier. Son but est de gagner de l’argent. Les frères Earp tentent leur chance dans la concession, mais ils arrivent trop tard. Wyatt reprend du service comme convoyeur pour la Well’s Fargo. Il confie « la solitude est la malédiction du garde armé ». Il comprend qu’il n’est pas facile pour un homme de sa condition de trouver sa place. Mais Wyatt a soif de reconnaissance. Il s’obstine à changer de sphère sociale. Petit à petit, il va devenir l’instrument engagé de ces forces politiques de l’industrialisation du pays et de la mise en place d’une société moderne. Les Earp, républicains dans l’âme, trouvent des appuis parmi l’establishment. Ils s’emparent des dispositions légales de sécurité et tissent les mailles d’un contrôle financier sur la ville. James a 38 ans quand il s’approprie un saloon juteux. Virgil en a 36 et, appointés par la municipalité, devient rapidement adjoint du Marshal fédéral. Du haut de ses 31 ans, Wyatt délaisse la Well’s Fargo au profit de son jeune frère Morgan et se voit proposer le poste de shériff adjoint. Il s’emparent des intérêts du saloon Oriental et de la brasserie Eagle. Warren le cadet et Doc Hollyday complètent le tableau. Ensemble, ils font main basse sur des affaires immobilières, les maisons closes, les salles de jeux. En définitive Wyatt contrôle le domaine financier avec James, Virgil contrôle la sécurité avec Morgan. Surtout, pour atteindre les hautes sphères civiques, Wyatt veut imposer sa loi. Les édiles (politiciens, banquiers, hommes d’affaires) se mettent volontiers sous leur protection souvent en échange d’un racket bien volontaire. Car Tombstone est harcelée par des hordes de cowboys dirigés par des ranchers qui découragent les affaires en y instaurant un climat d’insécurité permanent. Les Clanton/McLaury Parmi eux, les frères Ike, Phineas et Billy Clanton sont issus d’une ancienne famille de colons. Ils se sont établis dans la région en 1870. Alliés à Tom et Billy McLaury, ils élèvent du bétail et vendent des têtes au gouvernement. Billy Claiborne, William Brocius alias Curly Bill, Pete Spence, Charlie l’Indien (un Mexicain) puis Frank Stilwell complètent la bande. Tombstone se trouve sur leur route. Ils y viennent pour traiter avec les gros négociants de la ville. Comme tous les ranchers démocrates, l’implantation forcée de Tombstone et l’emprise des Républicains sur le Sud de l’Arizona est une menace pour leur liberté de trafic. La politique, la position sociale, surtout les intérêts, tout oppose les Earp et les Clanton. Par deux fois les Clanton et les McLaury sont arrêtés pour vol de chevaux (dont celui de Wyatt !) et de mules de l’armée. La tension monte. Les insultes, les provocations, les amertumes, c’est l’escalade infernale. Ce sont deux affaires puis l’assassinat du Marshall Fédéral Fred White qui vont définitivement mettre le feu au poudre. Tom et Frank McLaury ainsi que Billy Clanton ont droit à des funérailles somptueuses et silencieuses réunissant tous les ranchers et cow-boys de la région. Une manifestation politique en somme. 42 ★ AMERICAN LEGEND
L’affaire Behan, rivalités politiques et amoureuses Pour s’élever encore plus haut dans la classe sociale, Wyatt Earp a besoin d’un succès politique. Au printemps 1881, Tombstone devient chef-lieu du nouveau comté de Cochise. Le gouverneur du territoire John Fremont doit nommer tous les fonctionnaires de la circonscription, dont le shériff du comté. Wyatt compte bien s’imposer grâce à ses filiations nordistes. Mais contre toute attente, c’est John Behan, un démocrate, qui est nommé en remerciement de faveurs passées. A l’échéance de la première année de nomination, il doit se représenter aux suffrages et a besoin de la majorité des ranchers et cow-boys pour être élu. Pour ce faire, il s’attire leur sympathie en contrariant l’action des Earp dans l’exercice de leur fonction et permet au Clanton-McLaury d’agir impunément. Cependant Wyatt ne perd pas espoir d’accéder au statut social, l’argent et l’influence auxquels il aspire avec ces élections. Pour ce faire, il faut marquer de grands coups et discréditer Behan. Point important, c’est Virgil Earp, en tant que Marshall de la ville, qui est son rival direct. Un autre fait et non des moindres alimente cette amère affaire : Josephine Sarah Marcus, un temps mariée à John Behan, deviendra la compagne de Wyatt Earp pendant 47 ans ! On ne sait trop comment, mais nul doute que cette relation est sans doute à l’origine de rancœurs personnelles de John Behan qui se serait promis la perte de Wyatt. L’affaire de la Well’s Fargo et du Marshal Fred White A la fin du printemps 1881, la diligence Tombstone-Benton est attaquée, le conducteur tué. La Well’s Fargo y voit une attaque directe contre ses intérêts et propose un forte récompense. On soupçonne des cow-boys agissant pour un rancher. Wyatt a conscience que la capture de ces fugitifs serait un moyen de gagner des points dans l’élection. Le Marshalladjoint Virgil Earp, Wyatt et Morgan, accompagné du shériff John Behan parcourent 600 km sans succès. Wyatt sait que Ike Clanton connaît bien les cow-boys de la région, et lui propose de lui livrer les auteurs de l’attaque en échange de la récompense tandis que Ike se garderait le bénéfice de la capture. Mais les auteurs de l’attaque sont tués dans une rixe, ruinant le plan de Wyatt. Mais si cet accord secret revenait aux oreilles des cow-boys, Ike Clanton serait dans une situation périlleuse. Moralement et politiquement, il devient dépendant de Wyatt Earp. Un sentiment insupportable pour un homme de sa trempe. Pour s’attirer un peu plus les faveurs des cow-boys, Behan accuse Morgan Une diligence en 1879. L’affaire dite des diligences de la Well’s Fargo au printemps 1881 met le feu aux poudres dans le conflit Earp/Clanton-McLaury. Loin de l’image de dépenaillé que le cinéma lui donne souvent, Ike est un rancher démocrate établis bien avant l’arrivée des compagnies républicaine. Sa peur d’être entravé et le secret qui le lie à Wyatt Earp seront le moteur essentiel du conflit qui oppose les deux fratries Earp-Clanton. Earp et Doc Holliday de cette attaque et arrête Holliday, mais le relâche faute de preuve. Inutile de préciser que Morgan et son grand ami le Doc s’en souviendront longtemps. En septembre 1881, c’est Virgil Earp en sa qualité de Marshal fédéral adjoint qui arrête à son tour Frank Stilwell, adjoint du Shériff Behan, et Pete Spence, ami des Clanton, pour vol de diligence ! Le 8 septembre 1881, le Marshal fédéral de Tombstone, Fred White, est assassiné en pleine rue après avoir tenté de désarmer des cow-boys liés aux Clanton-McLaury. L’homme était adoré de la population et les frères Earp lui devaient beaucoup. Fred White était un fervent opposant des trafics des Clanton, et ceux-ci sont pointés du doigt. Sous le couvert de témoins, Virgil Earp arrête Curly Bill Brocius. Mais le tribunal le relaxe faute de preuves. Les Earp ne pardonnerons pas aux Clanton cet infâmie. 26 octobre 1881 « On ouvre le bal ! » Le 25 octobre 1881, Ike Clanton et Tom McLaury descendent dans un hôtel de la ville affaires. Dans la soirée, Ike décide de jouer à l’Alhambra. Doc Holliday fait irruption et le provoque. Le hasard veut que Wyatt et Morgan dînent à une table plus loin. Ce dernier s’interpose. Désarmé, Ike s’éclipse fou de rage. Le lendemain matin, 26 octobre, 11h30. Virgil apprend que Ike est caché dans une ruelle avec un fusil, tonnant à qui veut l’entendre « Dès que les maudits Earp se pointent dans la rue, on ouvre le bal ! ». Virgil l’assomme d’un coup de canon. Ike est conduit au tribunal pour port illégal d’arme dans l’enceinte de la ville. Wyatt vient s’asseoir à côté de lui. « Si tu désires te battre, Je suis prêt ». Ike réplique aussi sec : « Je te verrai dès que je sortirai d’ici ; je n’ai besoin que de quatre pieds de terrain ». Fait incroyable : c’est Morgan Earp qui finit par payer la caution de Ike Clanton à condition d’accepter ce combat. En sortant du tribunal, Wyatt tombe nez à nez avec Tom McLaury venu s’enquérir de Ike. Fidèle à sa méthode, Wyatt l’assomme avec le canon de son Colt et le laisse dans la poussière. Les tempes en sang, Ike Clanton et Frank McLaury regagnent la Fremont Street près du O.K. Corral. Ils rejoignent Billy Clanton qui veut éviter l’escalade. « Je ne veux pas qu’il arrive quoi que ce soit à mon frère ». A 15 heures, Ike et Billy Clanton, Franck et Tom McLaury et un ami, Billy Claiborne, se regroupent. Les informateurs de Virgil lui indiquent que la bande est encore dans la ville en bas de Fremont Street et qu’ils sont armés. Virgil, James et Morgan Earp avertissent Wyatt qui attend dans son saloon. Une fois au courant, le shérif John Behan se rend à la rencontre des Earp et leur propose d’aller lui-même désarmer les cow-boys. Virgil accepte. Mais Wyatt ne veut pas attendre le retour de Behan. Ils prennent la décision d’interpeller les Clanton. « Bien. On va les arrêter » déclare-t-il à ses frères. Doc Holliday propose son assistance. AMERICAN LEGEND ★ 43



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 1American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 2-3American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 4-5American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 6-7American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 8-9American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 10-11American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 12-13American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 14-15American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 16-17American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 18-19American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 20-21American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 22-23American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 24-25American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 26-27American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 28-29American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 30-31American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 32-33American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 34-35American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 36-37American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 38-39American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 40-41American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 42-43American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 44-45American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 46-47American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 48-49American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 50-51American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 52-53American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 54-55American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 56-57American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 58-59American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 60-61American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 62-63American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 64-65American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 66-67American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 68-69American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 70-71American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 72-73American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 74-75American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 76-77American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 78-79American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 80-81American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 82-83American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 84