American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°1 de mar/avr/mai 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 96,5 Mo

  • Dans ce numéro : la grande Histoire de l'Ouest.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Histoire de l’Ouest Une rue de Tombstone, peut-être la 4 th Street à l’angle de Fremont que vont arpenter les frères Earp vers O.K. Corral pour entrer dans l’éternité en l’espace d’un instant. sé à l’époque. Wyatt Earp est intimement lié aux événements de Fremont Street. Le mythe mise à part et les faits mis en lumière, on comprend l’homme et son temps mais aussi les antagonismes socio-politiques des années 1870-80 dans les Etats de l’Ouest. Mais qui était réellement Wyatt Earp, et dans quelle mesure fut-il mêlé à cette affaire ? Tout nous révèle des aspects bien mal connus du personnage qui expliquent à eux seuls ses succès, ses dérives et ses actions. Tirer sur les étoiles : les clivages socio-politiques dans l’Ouest Pour se familiariser avec le tempérament de Wyatt Earp, de sa fratrie et de leurs motivations, il faut considérer avant tout de plus prêt le contexte sociopolitique et les clivages qui en résultent. Les Earp s’illustrent dans une période particulièrement charnière de l’histoire des USA. Dès le début des années 1870, l’histoire de l’Ouest se résume à des mouvements démographiques concentrés dans des cités nouvelles établis par la force dans un espace jadis illimité. Ce sont les cowtowns (villes sur la route des transhumances) et les miningtowns (villes minières) comme Dodge City et Tombstone. Elles attirent des déracinés obéissant à des codes inachevés. Des conflits naturellement binaires en résultent : les entrepreneurs de la ville contre les colons ranchers ; les sociétés minières contre les mineurs privés ; les Outlaws contre les Lawmen. Plus que tout autre, c’est l’antagonisme politique Républicains contre Démocrates qui explique le règlement de comptes à Tombstone. Issus de l’exploitation minière, les habitants de cette ville sont majoritairement des unionistes Républicains. Par contre, ranchers et colons avoisinants sont des natifs fervents démocrates pour la plupart. Ils sont établis depuis au moins deux générations sur ces terres bien avant la découverte des mines d’argent. Les cow-boys sont leurs employés mais aussi leurs hommes de mains. Visiblement, le parti Républicain veut faire faire main basse politiquement et économiquement sur l’Arizona pour l’intégrer à l’Union et ça, les ranchers ne le veulent à aucun prix. Pour preuve, la Well’s Fargo, la Pacific Railroad et les compagnies minières sont d’obédience républicaines et menacent directement les intérêts démocrates. Pour ces natifs, l’action de « tirer sur les étoiles » en pleine rue sont autant de tentative de déstabiliser l’establishment de cette Gomorrhe dans leur espace vital. En réponse, les cités comme Tombstone se défendent avec des lois d’État nouvellement instituées et nomment des hommes ambitieux pour les faire appliquer. Wyatt Earp ou « les Hommes de l’Ouest » Le contexte étant posé, quel rôle a joué Wyatt et ses frères dans ces bouleversements ? Et quelle personnalité Wyatt cache-t-il en réalité ? Avant tout, ce que l’on retient de lui, c’est qu’il incarne « LES » hommes de son temps et en son lieu, c’est indéniable. Né le 19 mars 1848 à Monmouth dans le comté de Warren, Illinois, son père Nicholas est un infatigable entrepreneur endetté qui entraîne sa femme et ses fils pour échapper à ses créan- Un Saloon à Dodge City. C’est dans ces établissements que les Earp trouvèrent la base financière de leur influence. 40 ★ AMERICAN LEGEND
Un autre angle de vue de Tombstone vers 1880. Loin des clichés du cinéma classique, la ville estconstituée de bâtiments en bois, en pierre et de quelques tentes et ses hôtels, ses restaurants et ses saloon sont souvent luxueux. ciers. Le clan établi à Pella dans l’Iowa, Wyatt comprend que le travail de Fermier ne va pas de paire avec son tempérament. Son aversion pour la rigueur méthodiste du paternel le détermine à ne pas fuir devant les dettes et alimente son intérêt grandissant pour l’argent facile. Son ambition est d’accéder aux sphères civiques et sociales plus élevées. En 1864, ses seize ans ne lui permettent pas de suivre ses aînés sur le front de la guerre civile. La même année, son père déménage le clan de nouveau. Cette fois c’est la Californie et Wyatt décide de se prendre en main. Il est embauché comme conducteur d’attelage et traverse l’Utah et L’Arizona. Et lorsque le paternel fait volte face vers l’Illinois Wyatt refuse de le suivre encore. Il se tourne vers son frère aîné Virgil. Tous deux travaillent Kurt Russel, Wyatt Earp emblématique dans le film « Tombstone », est armé de son célèbre Colt Peacemaker Buntline à canon long offert par les citoyens de Dodge City.comme convoyeur de fond pour l’Union Pacific Railroad. Wyatt arbitre des matchs de boxes, trafique du whisky. Wyatt et Virgil Earp se taillent une réputation. Le plus important, ils sont craints. En 1869, pour une raison obscure, Wyatt Earp abandonne tout et rejoint sa famille à Lamar dans le Missouri. Un changement de cap sans doute relatif à une réconciliation avec son père. Il se marie et accepte un poste de policier. Peu de temps après, sa femme qu’il adorait meurt brutalement de la typhoïde. Elle était enceinte… Humainement, les historiens s’accordent pour faire de cette tragédie le déclencheur de ses dérives : Wyatt bascule de l’autre côté de la loi. Désormais corrompu, il quitte Lamar pour échapper à des poursuites. En avril 1871, il endosse le costume de tueur de bisons et s’adonne à tous les trafics. Arrêté plus tard à Ford Gibson en Oklahoma pour vol de chevaux, il s’enfuit à Peoria dans l’Illinois pour travailler comme videur de maisons closes. Wyatt fut-il un proxénète ? Les historiens en discutent encore. Un géant à Dodge City Une chose est certaine : en 1874, il retourne vers son frère James Earp qui possède un bordel à Wichita, ville dont la devise est « ici, tout est permis ! ». Après son aide dans l’arrestation musclée de voleurs de chariot, la municipalité le nomme agent de police. Le voilà de retour de l’autre côté de la barrière. En réalité, son rôle consiste à encaisser les taxes, les amendes et les impôts des saloons et des maisons closes, il surveille les jeux et double ses appointements. Un fait particulier de cette période révèle déjà le véritable personnage derrière la AMERICAN LEGEND ★ 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 1American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 2-3American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 4-5American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 6-7American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 8-9American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 10-11American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 12-13American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 14-15American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 16-17American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 18-19American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 20-21American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 22-23American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 24-25American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 26-27American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 28-29American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 30-31American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 32-33American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 34-35American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 36-37American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 38-39American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 40-41American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 42-43American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 44-45American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 46-47American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 48-49American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 50-51American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 52-53American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 54-55American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 56-57American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 58-59American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 60-61American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 62-63American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 64-65American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 66-67American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 68-69American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 70-71American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 72-73American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 74-75American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 76-77American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 78-79American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 80-81American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 82-83American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 84