American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°1 de mar/avr/mai 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 96,5 Mo

  • Dans ce numéro : la grande Histoire de l'Ouest.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 30 - 31  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
30 31
Loisirs Western Les armes utilisées sont des répliques d’armes du XIX e siècle, de même que les équipements : attention aux anachronismes ! (Old West Shooting Society) créée principalement et fort à propos à l’initiative de deux fabricants transalpins de répliques d’armes historiques américaines (Flli Pietta et Armi Sport) a rejoint l’autorité de la « maison-mère » (comprenez la S.A.S.S.) et se présente désormais officiellement comme la « SASS Italie ». Présent en France depuis 2008, leC.A.S. est aujourd’hui pratiqué en France dans plus d’une vingtaine de clubs de tir (voir encadré) et au sein de trois associations, toutes affiliées à la S.A.S.S. : les Old West French Shooters (http://owfs-sass.forumactif.ca/) le Cow-Boy Action Shooting France (http://sassfrance.forumactif. org/) et les Old Pards Shooters (http://old-pardsshooters.forumsactifs.com/) LE SOUCI DU DÉTAIL : LES INTERDITS VESTIMENTAIRES Sous peine d’éviction du pas de tir, et pire encore de passer pour une pâle imitation d’homme (ou de femme) de l’Ouest, voici les huit anachronismes principaux stigmatisés et bannis par les membres de la S.A.S.S., indispensables pour tout « westerner » qui se respecte. 1 - Gants de tir modernes 2 - Chemisettes à manches courtes (roulez vos manches si vous avez trop chaud !) 3 - Chapeaux de cow-boys modernes, baptisés par dérision « Brady shady ». Des couvre-chefs en paille de formes traditionnelles (y compris les sombreros) sont acceptés. 4 - Blue-jeans griffés de marque 5 - Casquettes de sport type base-ball 6 - Tennis et autres chaussures de sport (pour se relaxer après avoir porté des bottes toute la journée, rien ne vaut une paire de mocassins indiens…) 7 - Tout vêtement portant extérieurement le signe distinctif ou le logo d’un fabricant 8 - Tout matériau ou élément moderne : Nylon, plastique, Velcro, fermeture-éclair, etc. Si cette liste apparaît courte, le pratiquant désireux de s’insérer pleinement dans le cadre du Cowboy Action Shooting prendra soin d’éviter bien d’autres anachronisme qui, s’ils ne sont pas formellement interdits, sont fortement déconseillés. Ainsi des montres-bracelets auxquelles on préférera les montres à gousset. Les casques anti-bruit sont aussi hors-sujet. Les bouchons d’oreilles, de préférence en cire, s’avèrent davantage adaptés. D’autant qu’ils permettent de conserver son chapeau sur la tête au cours des tirs. On pourrait aussi citer les bottes modernes du type « Santiag ». Les chaussures des pionniers n’en avaient ni le clinquant, ni la forme. Outre les bottes traditionnelles, une paire de godillots fait parfaitement l’affaire. Et pourquoi pas des sabots ? Pour les matières, les tissus synthétiques au sens large ne correspondent pas à l’esprit du jeu. Et le coton est tellement confortable ! Mais, par-delà ces quelques conseils, le principe de base du Cowboy Action Shooting reste de s’amuser. Tant pis si la réalité historique en souffre un peu. Se constituer un personnage Un des aspects uniques du Cowboy Action Shooting réside dans l’obligation qui est faite à tous les participants d’être costumés. Les tireurs sont également tenus d’adopter un pseudonyme sous lequel ils seront connus lors des compétitions, et correspondant à un personnage célèbre ou un métier de la fin du XIX e siècle, une star du western ou tout autre personnage de fiction. Ils doivent de cette façon se constituer un costume qui reflète le personnage qu’ils ont choisi. Au pseudonyme s’attache un numéro d’ordre croissant (un peu comme les matricules militaires) correspondant à sa validation officielle, et dont le nombre est d’autant plus élevé que l’inscription est récente. Le créateur duC.A.S. Shooting, Harper Craig pour l’état civil, alias « Judge Roy Bean », porte ainsi le numéro 1, et votre serviteur « Trusty Phil » le numéro 28720. Beaucoup de ceux qui adhèrent aux clubs deC.A.S. trouvent plus de plaisir à se retrouver costumés dans la « peau » d’un homme (ou d’une femme) de l’Ouest qu’à travers la compétition de tir elle-même. Quels que puissent être leurs différents autres centres d’intérêt, les rassemblements auxquels donnent lieu la pratique du Cowboy Action Shooting leur procurent régulièrement l’occasion de se retrouver en toute convivialité et de s’amuser en famille ou avec des gens partageant les mêmes idées. Chaque pseudonyme est exclusif, strictement personnel et unique. Dans la plus pure tradition des marques des ranches du Far West, il est interdit d’usurper un pseudonyme déjà existant. Il y a et il n’y aura donc jamais qu’un seul « Texas Kid », une seule « Tombstone Peggy » ou un seul et unique « Toes Stinker Stumpy » (Stumpy pue-des-pieds). Pour valoriser ce caractère original et unique, les clubs affiliés deC.A.S. sont tenus de respecter et faire respecter l’intégrité des pseudonymes et numéros matricules des autres membres déjà inscrits, de veiller à les utiliser systématiquement dans les publications de résultats lors de concours ou en- 30 ★ AMERICAN LEGEND
core dans les comptes-rendus de la presse spécialisée, en leur donnant la préférence par rapport à d’autres tireurs de leurs clubs non-membres officiels et qui pourraient utiliser indûment le même alias. Le pseudonyme choisi ne doit pas non plus entraîner de confusion avec un autre. Chaque nouvel inscrit doit ainsi faire parvenir un ou plusieurs pseudonymes qu’il aimerait adopter (par ordre décroissant d’intérêt, au cas où les premiers seraient déjà pris). Après vérification d’antériorité, le pseudonyme est officiellement enregistré et déposé. Il est donc indispensable de vérifier la disponibilité du nom choisi avant de l’utiliser. La tenue du westerner Le Cowboy Action Shooting se pratique obligatoirement en costume. Mais, rassurez-vous, il ne s’agit pas de reconstitution stricte. L’aspect loisir prédomine en matière de vêtements sur la fidélité historique scrupuleuse, comme il l’emporte sur la performance sportive en ce qui concerne l’aspect tir. Mais mieux vaut ne pas commettre trop de bévues, d’anachronisme ou d’impair. La S.A.S.S. admet trois types de costumes : les costumes copiant ceux du XIX e siècle, ceux inspirés des Western de série B, et ceux tirés des séries TV se situant dans l’Ouest. De quoi laisser une immense latitude de choix pour se construire un personnage. Quelques interdits existent, mais à l’intérieur du cadre fixé par les règles de la S.A.S.S., LA PANOPLIE DU COWBOY SHOOTER La panoplie nécessaire à la pratique duC.A.S. se compose au minimum de quatre armes, qui doivent être d’un modèle antérieur à 1900 : deux revolvers dits « à simple action » (il faut armer le chien à chaque coup), une carabine - généralement à levier de sous-garde type Winchester, et un fusil de chasse tirant des cartouches à petit plombs. Elles peuvent être d’époque, mais aujourd’hui, pour des raisons financières autant que pour ne pas risquer d’abîmer des pièces de collection, la plupart des tireurs utilisent des répliques historiques à l’identique (elles doivent reproduire les caractéristiquee exactes de leurs équivalents d’époque, y compris la capacité et les organes de visée). Plusieurs fabricants italiens s’en sont fait une spécialité, auxquels s’ajoutent des grands noms de l’industrie américaine, tels Winchester ou Marlin, dont certains modèles figurent toujours au catalogue après plus de 100 ans d’existence. Les revolvers peuvent utiliser des cartouches métalliques (correspondant à la période 1870-1900), ce qui en France nécessite une autorisation d’acquisition et de détention préfectorale, ou être d’un système de fonctionnement antérieur dit « à percussion » (1836-1870) avec chargement par l’avant de la poudre et des balles et amorçage séparé. Dans ce cas, ils sont en vente libre aux majeurs. Quant aux munitions, elles doivent reproduire les performances de celles de la conquête de l’Ouest, et peuvent donc être chargées au choix avec de la poudre noire (plus historiquement correct et très « fun », mais la fumée produite constitue vite un handicap visuel pour le tireur !) ou avec de la poudre moderne sans fumée, mais à charge réduite, pour conserver la puissance de celles du XIX e siècle… Enfin, à côté de cette panoplie de base, bien des amateurs se dotent de « mulets », armes supplémentaires de secours en cas de casse ou de problème, ainsi que d’armes différentes pour les épreuves secondaires facultatives ou « Side matches ». Au nombre de celles-ci, on trouve principalement des fusils à un coup destinés à des épreuves de précision à longue distance, dites « Long Range ». Petra, la championne allemande en titre. Une boutade en usage veut que le cowboy shooting soit « la seule discipline de tir où les femmes parlent de flingues et les hommes parlent chiffons ! ». il est possible de s’habiller avec originalité et sans dépenser des fortunes. Le but consiste à se rapprocher autant que possible du profil du personnage que l’on a adopté. Costume, armes et alias doivent dans l’idéal constituer un tout cohérent tout en demeurant dans l’esprit du XIX e siècle américain. Aussitôt vient à l’esprit le cow-boy avec son chapeau Stetson, son ample chemise, ses bottes et son gilet, éventuellement les vestes à frange et les éperons. Image classique, mais qui n’épuise pas le genre du Cowboy Action Shooting, loin s’en faut. Il faut en effet se souvenir que la population de l’Ouest américain était on ne peut plus hétéroclite au moment de la conquête, avant tout constituée d’immigrants venus de tous les pays de la planète, et ce à plus de 60%. Aussi, les costumes peuvent être aussi variés que les pays d’origine des hommes et des femmes de la Frontière. Pensez aux Irlandais fuyant la misère, aux Chinois, souvent poseurs de rails du chemin de fer ou blanchisseurs. Ou aux Français, réfugiés économiques de Bretagne ou d’Auvergne, ou encore exilés politiques à la suite de la révolution de 1848 ou de la Commune de Paris en 1871. L’Irlandais aura gardé sa casquette de Dublin, le Chinois son chapeau conique, le Français son képi de la Garde Nationale ou son béret. Les premières photos prises dans ces années traduisent cette diversité planétaire des accoutrements. Autant de sources pour les adeptes duC.A.S., sans omettre bien sûr les Indiens ni les trappeurs et les Mexicains. Ne pas oublier non plus les « uniformes » au sens le plus large du terme. Bien sûr ceux des armées de l’Union ou des Confédérés (assez onéreux), mais aussi ceux des différents métiers et corporations (barman, chef de gare/télégraphiste, épicier, bûcheron, mineur, journaliste, banquier, croque-mort…) ou institutions présentes aux États-Unis à cette époque : congrégations religieuses, militaires, hommes de loi : la palette est large… Et pourquoi pas le costume rayé des forçats ? Naturellement, pour ceux qui ont l’habitude de commercer sur Internet, les fournisseurs de vêtements et d’accessoires sont légions. Il suffit pour s’en convaincre de regarder les nombreuses publicités figurant dans « The Cowboy Chronicle », le tabloïd mensuel de la S.A.S.S. Quelques repères indispensables. Certains sites comme celui de Wild West Mercantile (http://www.wwmerc.com) ou de River Junction Trade Co. (http://www.riverjunction.com) constituent des références fort fréquentées par les membres de la S.A.S.S., mais nombreux sont les autres sites à proposer des tenues et objets beaux, rigoureusement conformes à la réalité historique et à des prix raisonnables. Le cours actuel du dollar permet au demeurant d’ex- AMERICAN LEGEND ★ 31



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 1American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 2-3American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 4-5American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 6-7American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 8-9American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 10-11American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 12-13American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 14-15American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 16-17American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 18-19American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 20-21American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 22-23American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 24-25American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 26-27American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 28-29American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 30-31American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 32-33American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 34-35American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 36-37American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 38-39American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 40-41American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 42-43American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 44-45American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 46-47American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 48-49American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 50-51American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 52-53American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 54-55American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 56-57American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 58-59American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 60-61American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 62-63American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 64-65American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 66-67American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 68-69American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 70-71American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 72-73American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 74-75American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 76-77American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 78-79American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 80-81American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 82-83American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 84