American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
American Legend n°1 mar/avr/mai 2014
  • Prix facial : 7,80 €

  • Parution : n°1 de mar/avr/mai 2014

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Histoire Militaire Éditions

  • Format : (230 x 297) mm

  • Nombre de pages : 84

  • Taille du fichier PDF : 96,5 Mo

  • Dans ce numéro : la grande Histoire de l'Ouest.

  • Prix de vente (PDF) : 1 €

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
Style de vie - Vêtements Lucchese LA ROLLS DE LA BOOT US Les boots Lucchese sont aujourd’hui un classique de la culture western. Montées à la main pour un confort inégalé et fabriquées à partir des meilleurs cuirs et peaux exotiques disponibles, elles comptent certainement parmi les meilleures bottes de cow-boys artisanales sur le marché. L’histoire de la firme Lucchese est tellement célèbre aux USA qu’elle pourrait faire partie du programme scolaire dans les Etats « cow-boy ». Et depuis que son modèle « twisted cone », aussi confortables que des chaussons, se vend dans presque toutes les boutiques de vêtements western, la Lucchese Boot Company a ouvert ses propres magasins, où la sélection est plus vaste et où les vendeurs ont tous un « doctorat es-boots ». Nous sommes en 1880 quand celui qui deviendra le patriarche de la famille, Salvatore Lucchese et ses frères émigrent comme tant de leurs compatriotes de leur Sicile natale en Amérique. Bien qu’il n’ait juste que 17 ans, le jeune Lucchese a le goût de l’entreprise et la vision d’une réussite dans la chaussure, et trois ans plus tard la Lucchese Boot Company s’établit à San Antonio, au Texas. Le dévouement de la famille à son travail et à ses clients va permettre de maintenir un confortable business, mais ce ne sera pas avant le début des années 1960 que le petit-fils du fondateur de la marque et homonyme décide de repenser complètement l’art et la philosophie de la boot de cow-boy. L’homme derrière la botte… La profession a rarement connu d’artisan plus compétent et plus expérimenté que Sam Lucchese Jr. Sa véritable fascination pour le beau associée à un exceptionnel savoir-faire et sa compréhension poussée de l’anatomie du pied lui ont inspiré la création d’un dessin unique de boot qui se moule parfaitement et comme aucune autre. Et bien que cette reconfiguration de la boot selon Lucchese fasse de chacune d’elles un modèle unique, et nécessite donc plus d’attention et plus de temps passé, le résultat est un modèle qui a rapidement acquis une réputation à travers tous les USA pour son extraordinaire confort, sa qualité et son ajustement. Le meilleur prend toujours du temps… Aucune autre boot traditionnelle de style cow-boy ne va en effet aussi bien au pied qu’une 22 ★ AMERICAN LEGEND
PROCHE DE LA PERFECTION - UN AJUSTEMENT ET UN CONFORT SANS PRÉCÉDENT Chaque centimètre d’une botte Lucchese est constitué d’un cuir haut de gamme. Ces peaux quasi-parfaites sont souvent plus onéreuse, mais en matière de bottes l’ajustement et le confort n’ont pas prix. Aucune autre boot ne chausse aussi bien le pied, grâce à son design original. Bien que cela demande plus de savoir-faire et de coût de production, Lucchese continue à utiliser la méthode dite « twisted cone » car rien d’autre ne peut se comparer à la façon dont la botte s’ajuste alors. La fabrication à la main est sans égale pour le confort, le look et la qualité. Pour y parvenir, les boots doivent subir une longue série d’opérations laborieuses et complexes, plus de 100 étapes sont nécessaires avec une intervention manuelle à pratiquement chacune d’entre elles. La ligne artisanale a été perfectionnée depuis les début en 1883. Chaque pièce est Mise en forme à la main Boutique de Santa Fe inspectée à la main pour s’assurer de sa taille, qualité et correspondance parfaites. Elle est ensuite coupée aux spécification de chaque modèle donné. Le cuir est bordé et doublé également à la main. Une fois les boots cousues et attachées - toujours à la main, les tiges sont coupées et ajustées parfaitement, le point fort de la marque. Puis les semelles internes sont fixées. Lors de cette étape manuelle, les boots sont humidifiées puis placées dans une pièce chauffée pendant au moins 24 h pour modifier la mémoire de forme du cuir et s’assurer ainsi d’un confort légendaire. L’excès d’humidité est éliminé tandis que le cuir conserve sa nouvelle forme. La semelle externe et le talon* sont alors posés et l’insert en bois de citronnier inséré dans la semelle à la main, une tradition qui date du XIX e siècle. Le cuir est enfin conditionné, nettoyé et peint à la main par des artisans expérimentés. (*) Dans la ligne Lucchese Classics, il est possible de customiser la boot avec différentes combinaisons de semelles et de talons. Séchage des boots Lucchese, en grande partie grâce au dessin original Lucchese, qui reste le seul en son genre dans l’industrie de la chaussure aujourd’hui. C’est donc naturellement, à cause de ce dévouement continu à cet artisanat délicat et exigeant, que la fabrication d’une paire de bottes Lucchese prend du temps. De l’étape de la sélection rigoureuse et la coupe précise des meilleures pièces de cuir à la mise en forme manuelle sur des modèles en bois et la finition méticuleuse de chaque exemplaire, chaque phase est traitée comme un étape critique en regard du produit fini. Le concept mis au point par Lucchese pour ses bottes peut demander plus d’argent, de temps et de savoir-faire, mais quand on y glisse son pied, on comprend instantanément pourquoi ce fabricant insiste pour n’utiliser que le meilleur. Comme le dit très justement Sam Lucchese Jr. : « La vérité finale est que à travers toute la fabrication, la chaîne de qualité n’est pas plus forte que le maillon le plus faible. » Quand la travail manuel surpasse la machine… Il n’y a rien - machine ou procédure industrielle normalisée - qui puisse surpasser en qualité le savoir-faire manuel d’un véritable maître-artisan cordonnier expérimenté. C’est pour cette raison que chaque paire de boots Lucchese est inspectée à la main, non pas une seule mais deux fois. Et bien que les coutures cuir soient effectuées à la machine, l’opération est répétée une seconde fois à la main. Dans virtuellement chacune des différentes étapes de fabrication, Lucchese fait confiance et a recours à l’intervention manuelle pour compléter la procédure jusqu’à la quasi-perfection. La formule souvent employée par le boss : « Si vous êtes capable de couper votre cuir pour vos bottes de la même façon que vous trancheriez une pièce de viande pour votre table d’invités à dîner, alors vous serez en bonne forme. » Histoire de la marque : au patrimoine du Texas 24 février 1868 : Naissance à Palerme (Sicile) de Salvatore De droite à gauche : Dallas Cowboys NFL en peau de raie L1437 (1 430 $), Roper en autruche M1631 (550 $) et Lucchese Classic en ventre d’alligator américain (12 979 $). Lucchese, futur fondateur de la marque. Son père Gaetano Lucchese est cordonnier. 26 novembre 1882 : Salvatore Lucchese émigre aux USA avec son frère Joseph ; sa traversée par bateau est attestée de Palerme à Galveston, Texas. Les deux frères déménagent à San Antonio en 1883 pour ouvrir une cordonnerie à Fort Sam Houston, une école de la cavalerie US. Salvatore et ses frères Joseph, Michael et Antonio achètent la première machine à coudre industrielle jamais expédiée dans le Sud-Ouest des États-Unis, ce qui a fait dire à Sam Lucchese de son grand-père : « Dès qu’il entendait parler d’une nouvelle machine, il voulait l’essayer. » Mr. W. Shock devient le premier client répertorié dans le registre des mesures de la société Lucchese. Ses bottes sont en kangourou avec un talon de 1 » 1/2, et coûtent 9,00 $. 16 novembre 1910 : Lorenzo Quesada commande du Mexique une paire de boots en maroquin de veau, devenant ainsi le premier client étranger répertorié. 5 décembre 1921 : Robert J. Kleberg Sr. du King Ranch (un des plus grands au monde, situé au Sud du Texas) commande des bottes lacées pour 37,50 $. Sous sa direction, le ranch passe de 600 000 à 1 300 000 acres. 1923 : Salvatore Lucchese est victime d’une crise cardiaque. Son fils Cosimo Lucchese, qui dirigeait sa propre fabrique de boots depuis 1921, revient pour diriger l’entreprise familiale pour son père. 28 juillet 1925 : Le photographe et metteur en scène de renommée internationale Henrik Sartov commande une paire de Lucchese. Originaire du Danemark, il est connu pour avoir inventé le cinéma « soft-focus ». 9 août 1927 : Le général Frank Purdy Lahm commande chez Lucchese une paire de bottes militaires à 40,00 $. Il est connu pour être le père de l’entraînement de l’U.S.Air Force. Ayant rencontré les frères Wright en 1907, il était devenu le premier pilote certifié militaire en 1909. 15 janvier 1929 : Alors qu’il joue aux domi- AMERICAN LEGEND ★ 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 1American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 2-3American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 4-5American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 6-7American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 8-9American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 10-11American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 12-13American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 14-15American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 16-17American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 18-19American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 20-21American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 22-23American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 24-25American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 26-27American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 28-29American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 30-31American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 32-33American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 34-35American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 36-37American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 38-39American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 40-41American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 42-43American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 44-45American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 46-47American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 48-49American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 50-51American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 52-53American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 54-55American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 56-57American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 58-59American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 60-61American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 62-63American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 64-65American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 66-67American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 68-69American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 70-71American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 72-73American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 74-75American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 76-77American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 78-79American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 80-81American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 82-83American Legend numéro 1 mar/avr/mai 2014 Page 84