Aktis n°22 oct/nov/déc 2015
Aktis n°22 oct/nov/déc 2015
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°22 de oct/nov/déc 2015

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire

  • Format : (150 x 210) mm

  • Nombre de pages : 12

  • Taille du fichier PDF : 1,5 Mo

  • Dans ce numéro : faire progresser la capacité d'évaluation des sollicitations sismiques.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
(2) Les références des publications concernant ces analyses et résultats sont listées dans les articles publiés dans Radioprotection, et référencés ci-contre. 140, 8713e, ne, Ma et 311 Avian olOK'D'au 3003 chelem 1.1-Th coqu1I1a8es et crustacés ci chantes 11-11 hors roqua. et crustacés 2530 eze) zoce Isou 1000 900 400 190 Valeur basse aux types d’aliments (céréales, légumes-feuilles, fruits, viande, lait, poissons, coquillages). Les chercheurs ont mis en évidence que les activités massiques moyennes calculées, sur un an, pour chaque type de denrées sont représentatives de celles consommées par une personne, quel que soit l’endroit où elle réside. Les activités massiques les plus élevées sont celles du polonium 210 dans les coquillages et les crustacés (en moyenne de 40 Bq/kg pour les coquillages, 10 à 20 Bq/kg pour les crustacés et les petits poissons). Elles résultent de la concentration de ce radionucléide dans le plancton, qui se répercute sur les animaux qui le consomment. Pour les autres types de denrées et les autres radionucléides, les teneurs sont entre 10 et 1000 fois plus faibles que celles des produits de la mer. À noter que les données françaises exploitées dans cette étude sont cohérentes avec les données bibliographiques internationales (notamment en Allemagne et au Royaume-Uni). 10 enquêtes alimentaires Calculer la dose liée à l’ingestion de radionucléides naturels nécessite aussi de disposer d’éléments concernant les habitudes alimentaires des Français. Les résultats de 10 enquêtes alimentaires (2) ont été comparés  : 3 enquêtes alimentaires nationales menées 820 530 F moyenne fruits de mer ef Ems 1-1 Contribution des différents radionucléides naturels aux doses liées à l’ingestion de denrées, pour différentes habitudes alimentaires. IRSN 4 Aktis n°22 – octobre-décembre 2015 28 20 eau ef et fruits de mer 14 APPLICATIONS DE LA RECHERCHE par l’INSEE et l’AFSSA (aujourd’hui ANSES), 6 enquêtes menées autour d’installations nucléaires dont 5 réalisées par l’IRSN, ainsi que l’enquête CALYPSO consacrée spécifiquement à la consommation de produits de la mer et menée par l’AFSSA et l’INRA. Sur la base d’une ration alimentaire moyenne issue de ces enquêtes, la dose moyenne annuelle due à l’incorporation de descendants de l’uranium et du thorium est estimée à 320 µSv/an. Elle correspond à une consommation modérée de coquillages et crustacés de 4,6 kg/an (1 à 2 fois par mois) probablement représentative d’une large part de la population. Pour les personnes qui ne consomment jamais ces denrées, la dose minimale est de 190 µSv/an (provenant des autres aliments). Pour les personnes qui en consomment régulièrement (19 kg/an soit 1 à 2 fois par semaine), la dose serait de 720 µSv/an. Enfin, pour les personnes qui en consomment des rations importantes plusieurs fois par semaine (80 kg/an), la dose pourrait dépasser 2 400 µSv/an. Eau de boisson L’eau du robinet et les eaux embouteillées contiennent également des radionucléides descendants de l’uranium et du thorium. Leurs activités volumiques y sont encore plus variables. Contrairement aux denrées solides pour lesquelles les activités massiques moyennes nationales sont représentatives de celles consommées par un individu, l’eau consommée par une personne est soit son eau de distribution (du robinet) soit l’eau embouteillée de son choix. Les analyses effectuées dans le cadre de la surveillance de la qualité des eaux de boissons (2) montrent que la dose reçue par 99,8% des Français (adultes) via la consommation d’eau est inférieure à 100 µSv/an ; pour 0,2% de la population (habitant dans des régions uranifères ou consommant une eau embouteillée parmi les plus riches en radionucléides naturels) elle peut atteindre au maximum 300 µSv/an. Tous radionucléides confondus, la dose par ingestion de radionucléides naturel en France va de 400 µSv/an pour les personnes ne consommant pas de coquillages et crustacés, à plus de 2 820 µSv/an pour celles cumulant une forte consommation de ces denrées avec celle d’une eau très chargée en radionucléide.
Incendie - Modélisation Une TECHNIQUE de MESURE AVANCÉE pour la VALIDATION D’ISIS logiciel bel& de de sinnUation simulation d'Incendie d’incendie Au-delà des effets directs qu’un incendie induit dans une installation nucléaire, ses fumées peuvent provoquer des dysfonctionnements des systèmes de sauvegarde et gêner l’intervention. Anticiper ces effets constitue un enjeu de sûreté, qui passe essentiellement par la simulation de la propagation des fumées, réalisée à l’IRSN par le logiciel ISIS. L’étude des écoulements de fumée dans une installation en cas d’incendie nécessite d’utiliser un logiciel, dit de type CFD (1), prenant en compte l’aspect multidimensionnel de l’écoulement. La validation de ces logiciels est réalisée à partir de données locales, obtenues dans des expériences à grande échelle. Pour valider son logiciel ISIS, l’IRSN a mis en œuvre la technique de Vélocimétrie par Image de Particules en Stéréoscopie ou SPIV. Elle permet de mesurer les champs de vitesse des écoulements à contre-courant de fumées et d’air frais pouvant s’établir au niveau d’un passage de porte en cas d’incendie. Deux enceintes expérimentales L’application à grande échelle de cette méthode de mesure optique en trois dimensions aux fumées d’un incendie est un défi majeur en raison de leur caractère agressif (température des gaz élevée et présence de suies) et de la dimension de la zone d’investigation. La méthode a été mise en œuvre dans deux enceintes expérimentales, une à échelle réduite (NYX, 1 m 3) et une à échelle réelle (HYDRA, 21 m 3) , chacune comprenant une ouverture de porte et étant équipée d’un système de ventilation mécanique. Un feu de propane a été utilisé pour générer dans le passage de porte des écoulements à contre-courant. Influence de la puissance de l’incendie Les écoulements dans le passage de porte ont été étudiés pour différents états de la ventilation ; les sections de passage des écoulements entrants (air frais) et sortants (fumées), les zones de cisaillement ainsi que les zones à forte intensité turbulente en La technique PIV permet la mesure non intrusive et instantanée d’un champ de vitesse, en visualisant, à l’aide de caméras, le déplacement de particules injectées dans l’écoulement et éclairées par un faisceau laser plan. IRSN partie haute de la porte ont été caractérisées. Les mesures en trois dimensions ont permis d’évaluer la valeur instantanée des débits de fumées et d’air frais et de mieux comprendre l’influence de la puissance de l’incendie et de la ventilation mécanique sur la structure des écoulements. Des comparaisons entre les résultats expérimentaux et les prédictions du logiciel ISIS ont été réalisées dans le cas de l’enceinte NYX dans plusieurs configurations de feu et de ventilation. Elles ont montré l’aptitude du logiciel, (avec un modèle de turbulence de type k-ε), à prédire les champs de vitesses dans le passage de porte et ont démontré l’importance des forces de flottabilité sur la production de turbulence. La technique de mesure SPIV est maintenant appliquée à d’autres types d’écoulements tels que ceux développés dans les passages d’une trémie horizontale et pour lesquels des régimes instables sont souvent observés. AVANCÉES DE LA RECHERCHE CONTACT Hugues Pretrel hugues.pretrel@irsn.fr Laboratoire d’expérimentation des feux - LEF (1) CFD ou Computational Fluid Dynamic, désigne l’étude multidimensionnelle de l’écoulement d’un fluide à partir de la résolution numérique des équations, le plus souvent de Navier-Stokes, régissant l’écoulement. PUBLICATIONS Koched A. et al. « Experimental determination of the discharge flow coefficient at a doorway for fire induced flow in natural and mixed convection », Fire and Materials, Article first published online : 16 octobre 2014 Suard S. et al. « Numerical simulations of fire-induced doorway flows in a small scale enclosure », International Journal of Heat and Mass Transfer, Volume 81, February 2015, Pages 578-590'9 En savoir plus sur le logiciel ISIS Aktis n°22 – octobre-décembre 2015 5



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :