AirLife n°14 jui/aoû/sep 2019
AirLife n°14 jui/aoû/sep 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jui/aoû/sep 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lysagora Médias

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 78

  • Taille du fichier PDF : 9,4 Mo

  • Dans ce numéro : Los Angeles et Las Vegas, ange ou démon ?

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
46 I Airlife ECO I DOSSIER … (figure de proue de la structure multi-sites qui composera le MOCO), initialement prévu pour héberger le musée de l’Histoire de la France en Algérie et les 22,5 M € engagés (dont 6 M € rien que pour la modification du projet) tendent à prouver que le calcul a déjà été fait. Sinon pourquoi recruter des pointures comme la styliste Vanessa Bruno et le très estimé Nicolas Bourriaud (co-fondateur du Palais de Tokyo et ancien Directeur de l’École des Beaux-Arts de Paris) pour assurer, respectivement, la présidence et la direction de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC) exploitant ce projet ? UNE CONTRE-SCÈNE CULTURELLE Le principal bénéfice escompté est de toute évidence la notoriété. « C’est une nouvelle centralité artistique qui est recherchée », analyse le cabinet PCA-Stream (Philippe Chiambarreta), missionné pour réhabiliter les lieux. « Avec le MOCO, la ville se positionne au cœur d’un réseau artistique régional, national et mondial. Ce quartier général de la création contemporaine fédère la scène artistique du sud de la France, battant en brèche le centralisme culturel sans reproduire le modèle Bilbao ou arlésien de l’objet spectaculaire. Il explore les possibilités de transformation de la ville par l’art selon un modèle organique qui répond aux enjeux de régénération des cœurs historiques et de recyclage de l’architecture existante. Le MOCO est en phase avec les aspirations des jeunes générations à l’appropriation collective, la coproduction, le faire avec et ensemble », explique l’agence. INVESTIR DANS LES ŒUVRES « Montpellier aborde le projet avec un objectif de sobriété dans les dépenses de travaux afin de dégager un budget maximal pour les œuvres », indique le maire de Montpellier, Philippe Saurel. En d’autres termes  : recycler et réutiliser, plutôt que détruire et recommencer. Cela, pour gagner sur les plans économiques, architecturaux et culturels. Vous serez ainsi peut-être CULTURAL COUNTER-SCENE The main benefit to be derived from this project is fame. According to Architect Philippe Chiambaretta from PCA- Stream agency, « a new artistic essence is sought. With MoCo, the city positions itself in the heart of a local, national and global art network. As the headquarters of contemporary creation, Montpellier unites the art scene in the South of France, overcoming cultural centralism without reproducing Bilbao or Arles models, which advocate the spectacular object. It explores the city’s capability to change through art, based on an organic model responding to both issues of regeneration of historic city centres and recycling of existing architecture. MOCO is in line with the aspirations of younger NICOLAS BOURRIAUD ET VANESSA BRUNO, DEUX POINTURES APPELÉES EN RENFORT. DR Sylvie Lancrenon generations regarding collective appropriation, co-production and collaboration ». ART INVESTMENT FUND « Montpellier addresses this project with moderate work expenditures in order to provide maximum budget for works of art », said Mayor Philippe Saurel. In other words, recycling and reusing rather than destroying and starting over, for economical, architectural and cultural benefits. Knowing that, you might be less surprised to hear that MOCO will have no permanent exhibition or personal trust, as it proves too expensive. It will be a museum with no collection of its own but public or private collections from around the globe. Its unveiling in 2019 will feature a private collection, a result of the contribution of Japanese entrepreneur Yasuharu Ishikawa and curatorship of Yuko …
… MOCO  : DES EXPOSITIONS INÉDITES MOCO  : ORIGINAL EXHIBITIONS Qu’elle soit collective, individuelle, thématique, historique, chacune des expositions présentée au MOCO aura la particularité de présenter une collection spécifique  : celle d’une fondation, d’un collectionneur privé, d’une entreprise, d’un musée ou même d’un artiste. Des collections qui, pour la plupart, seront d’ailleurs dévoilées pour la première fois au grand public. Whether collective, individual, thematic or historical, each exhibition featured in MOCO will be distinctive by the specificity of its collection, from a foundation, a private collector, a company, a museum or even an artist. Most of these collections will be open to the public for the first time. Objectif affiché Maîtriser l’ensemble de la filière professionnelle de l’art. moins surpris d’apprendre que le MOCO ne comptera aucune collection permanente ni fonds personnel. Trop cher. Ce sera en effet une structure muséale sans collection propre, une sorte d’hôtel des collections publiques ou privées du monde entier. Le MOCO se dévoile ainsi en 2019 avec une collection privée grâce aux contributions de Yasuharu Ishikawa, un entrepreneur japonais et au commissariat d’exposition expert de Yuko Hasegawa, la directrice artistique du Musée d’art contemporain de Tokyo. MAÎTRISER LES COÛTS Des grands noms qui ne sont pas pour autant synonymes de frais de fonctionnement faramineux, puisque pour le triptyque Beaux- Arts/Panacée/Hôtel de Montcalm, les chiffres ont d’ores et déjà été communiqués  : 4,6 M € en 2019, 6 M € en année pleine, expositions comprises. Rappelons que le MOCO est une structure inédite rassemblant le Centre International des Collections d’art, La Panacée et l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier (ESBA), avec un objectif affiché de maîtrise de l’ensemble de la filière professionnelle de l’art, de la formation des étudiants à l’exposition des œuvres, en passant par la production et la médiation de l’art contemporain. OBJECTIF  : JUSQU’À 1 MILLION DE VISITEURS PAR AN Susceptible d’attirer entre 500 000 et 1 million de visiteurs par an, selon certains observateurs, le MOCO se positionnera clairement comme la locomotive de Montpellier Hasegawa, Artistic Director of the Museum of Contemporary Art, Tokyo. COST EFFICIENCY High profile does not have to mean high operating costs. The figures have already been released for the Beaux Arts/Panacée/Hôtel de Montcalm trio : € 4.6 million in 2019, € 6 million euros on a full-year basis, exhibitions included. We must keep in mind that MOCO is an original structure bringing together the International Centre for Art Collections, Panacée arts centre and Montpellier School of Fine Arts (ESBA), with the stated objective to control the whole art sector, student training in work exhibitions, and production and mediation of contemporary art. A TARGET OF UP TO 1 MILLION VISITORS PER YEAR Likely to attract between 500,000 and 1 million visitors each year according to some observers, MOCO will clearly stand as Montpellier driving force in this matter since La Panacée, though acclaimedfor the quality of its exhibitions, only attracts 100,000 visitors per year on average. The DOSSIER I Airlife ECO I 47 city intends to jump in with both feet in suchup-and-coming field and become its stronghold. PCA-STREAM CORPORATE VENUE Beyond a cultural landmark, MOCO could become a meeting place for professionals with a 640 m² multi-purpose event space called La Cour des fêtes located at the back of the building, with a capacityup to 800 people. This type of function hall will reinvent itself depending on the collaborations (artists, students, firms, associations, etc.) and programme of events will be available for private bookings so that companies can bring together their clients and/or collaborators in a unique, timeless environment embracing the innovative values of contemporary art. Will it be successful when faced with the growing numbers of venues throughout the urban district ? Its central position and prestige suggests it. A sure sign is the record number of applications to join the ESBA  : 300 applications for 50 admissions in first year ! And for the first time ever in the history of the School of Fine Arts, 100% of the students decided to continue their studies in Montpellier. Ã …



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 1AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 2-3AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 4-5AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 6-7AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 8-9AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 10-11AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 12-13AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 14-15AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 16-17AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 18-19AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 20-21AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 22-23AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 24-25AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 26-27AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 28-29AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 30-31AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 32-33AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 34-35AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 36-37AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 38-39AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 40-41AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 42-43AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 44-45AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 46-47AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 48-49AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 50-51AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 52-53AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 54-55AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 56-57AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 58-59AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 60-61AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 62-63AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 64-65AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 66-67AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 68-69AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 70-71AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 72-73AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 74-75AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 76-77AirLife numéro 14 jui/aoû/sep 2019 Page 78