AirLife n°13 avr/mai/jun 2019
AirLife n°13 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°13 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Lysagora Médias

  • Format : (200 x 270) mm

  • Nombre de pages : 80

  • Taille du fichier PDF : 31,9 Mo

  • Dans ce numéro : Moscou, vous allez voir rouge.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 48 - 49  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
48 49
48 I Airlife ECO I DOSSIER … « Tandem » (France 2) ou la série policière à succès « Candice Renoir » (France 3), à la question « Que venez-vous chercher ici en priorité ? », c’est toujours la même réponse que vous obtiendrez spontanément des réalisateurs  : la lumière. Viennent ensuite la diversité des décors naturels, puis en Avec plus de 1000 jours de tournage recensés en 2018, Sète est le territoire le plus filmé de la région troisième position, le niveau de professionnalisme du territoire en matière d’accueil offert aux productions de films et séries. Il faut dire qu’avec des retombées économiques (directes et indirectes) évaluées à 7 euros pour un seul petit euro investi, les collectivités ont rapidement fait le calcul et compris leur intérêt à dérouler le tapis rouge à nos amis du PAF. Un fonds d’aide de la Région a d’ailleurs été créé et engendre un cercle vertueux  : quand, en Occitanie, on verse 2 € , le Centre national du cinéma verse quant à lui 1 € . On peut voir ça comme du pur business, mais c’est aussi de l’art. Du 7 e art, même. LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES Un exemple concret vous permettra peut-être de mieux saisir l’enjeu qu’il y a à sédentariser les tournages de films et séries, ces dernières étant toutefois plus particulièrement courtisées, de par leur nature pérenne. Prenons le budget moyen (et global) d’un épisode de « Demain nous appartient »  : 120 000 € . Décortiquons-le, une fois enlevés les cachets des comédiens. Pensons ainsi qu’un décor, ça se construit ; que des équipes, ça se nourrit, ça se loge, ça se déplace et bien entendu, ça se paie ! Cela sans compter les fameuses dépenses que nous évoquions il y a quelques lignes, et qui sont de nature à faire vivre l’économie locale  : locations de logements, nuitées hôtelières, locations de véhicules, approvisionnement en matières premières et en produits frais auprès de producteurs locaux… Et bien sûr des emplois indirects (difficiles à quantifier, mais dont on peut être certain de l’existence) qui sont autant de strates en plus dans la liste des bénéfices apportés à l’économie locale. « Il était primordial pour nous que la série valorise l’emploi local », explique la Ville de Sète. Bref, ici, depuis bientôt deux ans, c’est un vrai petit monde qui est mobilisé autour de la série et qui évolue dans des studios de 2 000 m² installés dans une ancienne usine d’embouteillage près du port. L’AVENIR SE PRÉPARE DÈS À PRÉSENT Mais ce n’est rien à côté des immenses hangars de 16 000m² investis par France Télévisions du côté de Vendargues, à 15 minutes de Montpellier Fabien Malot MOMENT DE DÉTENTE ENTRE DEUX SCÈNES SUR LES PLATEAUX DE DEMAIN NOUS APPARTIENT. answer  : light. The second reason is the variety of natural surroundings, and thirdly the degree of professionalism in the territory as far as films and series are concerned. With direct and indirect economic benefits valued at 7 euros for every euro invested, local authorities have it all figured out, including their interest in rolling out the red carpet to our friends in the French broadcasting scene. A support fund has even been setup by the Region, generating a virtuous circle  : for every € 2 paid by the Occitanie Region, the Centre national du cinéma pays € 1. This could be considered as business pure and simple but it is also art – film art. SPIN-OFFS A practical example might help you better understand what is at stake when films and series are to be shot locally, although they might just be courted because they are long-termseries. Let us take the average budget of an episode of the series Demain nous appartient : € 120,000. Once actors have been paid, the set has to be built, and meals, accommodation and transportation also have to be taken into account. As far as we know, the minimum salary paid each month in the region amounts to 300,000 euros, not including the expenses we just mentioned, which contribute to the local economy – rented accommodation, hotels, car rental, supply of raw material and fresh produce with local producers, etc., and of course indirect employment (hard to quantify but a reality), to be added to the list of benefits …
… DR et de La Grande-Motte. Le groupe public a vu grand, très grand, et signé un chèque de 11M € pour installer sur neuf ans (minimum) les studios d’« Un si grand soleil », mais aussi ceux de nombreuses de ses prochaines productions. Un pari industriel assumé par Delphine Ernotte, la présidente de France Télévisions, qui voit l’opération comme « un investissement sur le longterme », les espaces encore libres à ce jour étant « à tout moment mobilisables pour de prochains projets ». Pour l’heure, les décors de plusieurs séries et téléfilms sont stockés ici, à moindre coût qu’en région parisienne. UNE VÉRITABLE FOURMILIÈRE Autorisations de tournages, renseignements… Du côté des services municipaux de Sète ou du Bureau d’accueil des Tournages de Montpellier, on s’est progressivement adapté à répondre à des demandes d’un nouveau genre, y compris du public qui se verrait bien jouer les stars d’un jour en faisant, pourquoi pas, un peu de figuration. Certains, UN SI GRAND SOLEIL, COMME SI VOUS Y ÉTIEZ UN SI GRAND SOLEIL IMMERSION EXPERIENCE Pour séduire les fans parmi vous, l’aéroport de Montpellier vient de troquer sa musique d’attente pour le tube de Talisco « Sun », qui n’est autre que la mélodie entêtante du générique. Un show-room permanent de 60 m², dédié à la série de France 2 et inspiré du décor de la paillote « Les Sauvages » sera aussi créé de toutes pièces à l’étage du futur Hall 2. Là, en partenariat avec les offices de tourisme du Gard et de l’Hérault, des films en réalité virtuelle seront proposés pour faire découvrir notre territoire. Fans of the series will love this – in a few weeks Montpellier airport will trade its usual musak for Talisco’s hit song Sun, the series title music. A 50-m² permanent showroom dedicated to France 2 series and inspired by the set of Les Sauvages beach bar willalso be recreatedupstairs, in the future Terminal 2. In partnership with Tourist Offices from the Gard and Hérault departments, virtual reality films will be screened to discover our territory. to the local economy. « It was essential for us that the series should promote local employment » an official from Sète explained. For the past 2 years, a whole crew has been involved with the series, using the 2000-m² studio located in a former bottling factory by the port. PREPARING FOR THE FUTURE But this is nothing compared to the imposing 16,000-m² warehouse space takenup by France Télévisions near Vendargues, 15 minutes away from Montpellier and La Grande-Motte. The public television group thought big, real big, and signed a € 11M cheque to setup the studios of Un si grand soleil and many of theirupcoming productions for a minimum period of 9 years. An industrial challenge for Delphine Ernotte, Chairwoman of France Télévisions, who considers the operation as a "long-terminvestment », the areas stillunused to date being « available at all times for future projects ». For the time being, sets for several À Sète, l’Office de tourisme propose désormais des visites guidées, très prisées sur les traces de la série « Demain nous appartient » DOSSIER I Airlife ECO I 49 series and TV films have been stocked there at a lower cost than in Paris region. A BEEHIVE OF ACTIVITY Authorisations to film, information… People working in Sète public services or Montpellier Filming Office got used to respond to a new type of request, including from the general public, who would not mind being stars for a day as extras. Some of them, like José, a feisty retired man from Avignon whom we met during the shooting of Un si grand soleil, even became a regular – his face has become easy to identify. « I am retired, with a lot of time on my hands. I have always been attracted by what goes on behind the scenes of series and films. It is a nice way to make myself useful while making a little extra money », he explained before telling us how much he makes a day : € 80. Estelle, a make-up artist for TF1 series, considers herself lucky to have found a job in her hometown after less fortunate experiences in Paris. « There are may people who, just like me, can confirmtheir status as entertainment temp workers thanks to these series and work without having to leave the area. There are also many Parisians but we can see more locals on the set », she told us. Among them Malik Elakehal (from Avignon) and locals Julien Masdoua and Rebecca Truffot (who features in this issue of Airlife), who you might run into in the city centre in between shootings. With the sunny weather and natural settings, there is more location shooting and we could almost find ourselves in camera range without noticing. The Truman Show, we’re telling you ! Ã …



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 1AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 2-3AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 4-5AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 6-7AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 8-9AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 10-11AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 12-13AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 14-15AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 16-17AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 18-19AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 20-21AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 22-23AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 24-25AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 26-27AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 28-29AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 30-31AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 32-33AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 34-35AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 36-37AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 38-39AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 40-41AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 42-43AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 44-45AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 46-47AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 48-49AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 50-51AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 52-53AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 54-55AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 56-57AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 58-59AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 60-61AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 62-63AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 64-65AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 66-67AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 68-69AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 70-71AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 72-73AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 74-75AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 76-77AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 78-79AirLife numéro 13 avr/mai/jun 2019 Page 80