Air Tahiti Magazine n°99 jui/aoû/sep 2018
Air Tahiti Magazine n°99 jui/aoû/sep 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°99 de jui/aoû/sep 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Tahiti Communication

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 126

  • Taille du fichier PDF : 10,4 Mo

  • Dans ce numéro : destination les Îles Cook.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 90 - 91  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
90 91
aGriculTeur De ruruTu, reVenanT De sa cueilleTTe eT TransPorTanT sur son éPaule un réGiMe Mûr De Fē’i. A FArmer From ruruTu, CArryiNg A BuNCh oF ripe Fē’i oN his wAy BACk From his plANTATioNs. 90 Au commencement, Ta’aroa, dieu polynésien, créa le monde. De sa colonne vertébrale, il fit les montagnes, ses larmes devinrent des océans, des rivières ainsi que des lacs... De ses plumes et des premiers hommes furent engendrés plantes et verdures, dont la banane, mei’a de son nom en langue tahitienne. Elle est un des fruits les plus consommés au monde mais aussi en Polynésie française où chaque jardin, public ou privé, possède un ou plusieurs plants. Quelle place occupe donc ce fruit en Polynésie ? Comme pour de nombreuses plantes retrouvées en Polynésie française, certaines espèces de bananiers comme les Musa paradisiaca et Musa troglodytarum furent apportées par les premiers explorateurs polynésiens venus d’Asie du sud-est, il y a de cela plus de 1000 ans. D’autres espèces (Musa sapientum et Musa nana) et variétés furent, quant à elles, introduites après l’arrivée des premiers navigateurs européens. Ces introductions modernes ont conduit à la disparition de certaines variétés et à l’apparition d'autres. Il est ainsi diffcile de déterminer quelles espèces étaient initialement présentes. Les bananiers ont toujours fait partie intégrante de la vie des Polynésiens. Ces derniers avaient pour habitude de couper les régimes encore verts et de les laisser sous un abri pour empêcher tous vols ou dommages aux fruits causés par les oiseaux. nam "1"Pl-,r1" : Lorsqu’un tāmā’ara’a’a (un repas en tahitien) était prévu et que les fruits n’étaient pas encore mûrs, ces derniers étaient placés dans des fosses pour accélérer leur murissement ; après quelques jours, les bananes étaient prêtes à être consommées. Les feuilles étaient et sont encore utilisées de manière traditionnelle comme nappes et permettent également de recouvrir le ahimā’a, le four traditionnel. Aux Marquises, les troncs aplatis étaient disposés sur les pierres chaudes du four traditionnel pour éviter la combustion des aliments et favoriser une cuisson à l’étouffée. Ces multiples utilisations démontrent l’importance de cette plante dans la culture polynésienne. Présentation botanique PhoTos  : P.BaccheT Contrairement aux idées reçues, les bananiers sont des herbacées. Appartenant à la famille des Musacées, ces grandes herbes peuvent atteindre jusqu'à 10 mètres de hauteur et sont retrouvées près des habitations en basse altitude et/ou en montagne en fonction des espèces et variétés. Plantes tropicales, les mei’a poussent préférentiellement dans des endroits humides et se développent sous exposition moyenne au soleil.
in the beginning, Ta’aroa, the Polynesian god, created the world. From his spinal column, he made the mountains, his tears became oceans, rivers and lakes... From his feathers and the first men he made vegetation and plants came into being, including the banana, mei’a by its Tahitian name. it is one of most consumedfruits in the world, particularly so in French Polynesia where every garden, public or private, has several plants. What is the significance of this fruit in Polynesia ? Just like many plants found in French Polynesia, certain species of banana, musa paradisiaca and musa troglodytarum for instance, were brought along in the voyaging canoes of the first Polynesian explorers, arriving from southeast asia, more than a thousand years ago. other species (musa sapientum and musa nana) and varieties were introduced later, after the arrival of the first european navigators. These recent introductions have caused certain varieties to disappear and have created hybrid varieties. This makes it diffcult to be absolutely sure which species and varieties were initially present. Bananas have always been an integral part of Polynesian life. The bunches of bananas were cut when they were green, just before they were ripe and hungup where they would not be pecked at and eaten by birds. When there was to be a tāmā’ara’a’a (Tahitian word for a large meal) and the bananas were not yet ripe enough, the bunches would be placed together in ditches to speedup the process : after a few days the bananas would have ripened. NATURE The leaves were and are stillused as a tablecloth and also to cover the ahimā’a, the traditional earth oven. in the Marquesas, the flattened banana stems are laid onto the heated stones in the traditional oven to prevent the food from burning, and to provide moisture for steaming the foodstuffs. The varied uses of the plant demonstrate its importance in Polynesian culture. A botanical overview contrary to what you might imagine, bananas are not woody plants but herbs. They belong to the Musaceae family, gigantic herbs that growup to 10 meters talland can be found near habitations at low altitude and/or in the mountains, depending on the species and variety. a tropical plant, mei’a prefer to grow in humid places and thrive in moderate sunshine. The banana plant is madeup of different parts, offshoots from the base that formnew plants, a false trunk – really just a thick stem – that supports the leaves, and a flower spike, bearing female flowers that produce fruits at the top of the stem and male flowers near the tip. The fruits don’t usually have seeds, reproducing more often via the shoots that growup from the roots of the mother plant. The shoots can be removed and propagated. it takes about one year for a young shoot to mature and produce fruits. The plant can fruit all year ‘round. les Feuilles De Bananier sonT uTilisées coMMe naPPes lors De GranDs rePas eT serVenT aussi À enVeloPPer les aliMenTs lors De la cuisson Dans le Four TraDiTionnel (Ahimā’A). BANANA leAves Are used As A TABleCloTh duriNg lArge meAls, BuT Also To wrAp Foods Cooked iN The TrAdiTioNAl eArTh oveN (ahiMā’a).



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 1Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 2-3Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 4-5Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 6-7Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 8-9Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 10-11Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 12-13Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 14-15Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 16-17Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 18-19Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 20-21Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 22-23Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 24-25Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 26-27Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 28-29Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 30-31Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 32-33Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 34-35Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 36-37Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 38-39Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 40-41Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 42-43Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 44-45Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 46-47Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 48-49Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 50-51Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 52-53Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 54-55Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 56-57Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 58-59Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 60-61Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 62-63Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 64-65Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 66-67Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 68-69Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 70-71Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 72-73Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 74-75Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 76-77Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 78-79Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 80-81Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 82-83Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 84-85Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 86-87Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 88-89Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 90-91Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 92-93Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 94-95Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 96-97Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 98-99Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 100-101Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 102-103Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 104-105Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 106-107Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 108-109Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 110-111Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 112-113Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 114-115Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 116-117Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 118-119Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 120-121Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 122-123Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 124-125Air Tahiti Magazine numéro 99 jui/aoû/sep 2018 Page 126