Air Tahiti Magazine n°98 avr/mai/jun 2018
Air Tahiti Magazine n°98 avr/mai/jun 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°98 de avr/mai/jun 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Tahiti Communication

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 122

  • Taille du fichier PDF : 11,7 Mo

  • Dans ce numéro : destination Huahine.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Pionnière et Forte Personnalité, Jeanne teriitehau-naVarro Vit auJourd’hui À Moorea. pioNeer wiTh sTroNg ChArACTer, JeANNe TeriiTehAu-NAvArro Now lives iN MooreA. 24 J’avais un niveau d’anglais tout à fait scolaire et je me souviens avoir beaucoup mis à profit les escales — notamment à los angeles, où nous attendions la relève durant six jours ! — pour m’améliorer en lisant des romans anglo-saxons, avec l’aide d’un dictionnaire. À l’époque, il faut savoir qu’il n’y avait même pas de vrais professeurs d’anglais à tahiti. tout était à organiser encore et nous devions nous « débrouiller » pour tout. Par exemple, nous avons appris à soigner les plaies, faire des piqûres ou pratiquer les gestes de premiers secours avec le personnel du dispensaire de Papeete. Pour le travail au sol, nous avons été formées par des chefs d’escale. des formateurs étaient venus de France pour nous former sur la sécurité et tout ce qu’il fallait savoir faire à bord des avions. J’ai beaucoup travaillé en première classe sur les vols internationaux et nous offrions un service digne d’un restaurant cinq étoiles. c’était un service à l’assiette, qui durait deux heures avec nappe, couverts en argent, verres en cristal et vaisselle en porcelaine de limoges… le grand luxe. Quels ont été vos débuts ? J’ai commencé sur les hydravions Bermuda avec lesquels on assurait la liaison entre Bora Bora et tahiti. Mais très vite j’ai eu l’occasion de travailler sur des vols internationaux, au fur et à mesure du développement des liaisons vers los angeles et honolulu puis nouméa et sydney. Je faisais environ un vol international par mois et le reste sur les dessertes locales qui se sont très rapidement développées vers huahine, raiatea puis rangiroa et Manihi. P.Bacchet À quoi ressemblait le travail à cette époque ? il était très différent d’aujourd’hui parce que nous faisions tout  : l’accueil au sol, l’enregistrement des bagages, le travail sur les vols. quand un avion décollait, on devait aussi assurer à l’aéroport, ce que nous appelions une « heure de couverture ». nous restions en poste dans le cas où l’avion revienne à son point de départ et qu’il faille prendre en charge de nouveau les passagers. c’est arrivé deux fois. Pendant ce temps, nous restions tous dans la salle d’attente à faire un travail de bureau  : on envoyait des télex, la liste des passagers… on attendait que l’avion ait dépassé un certain point à partir duquel il était pris en charge par une autre tour de contrôle.comme les décollages se faisaient essentiellement de nuit, vers une heure du matin, après on partait tous en boîte, surtout le week-end. nous nous retrouvions au queens, au lafayette… c’était une grande famille. Nous en étions encore aux prémices de l’aviation civile en Polynésie ; quelles évolutions avez-vous connues ? eh bien, quand j’ai fini ma carrière en 1965, tahiti possédait sa propre piste et son aéroport déjà. et puis les appareils avaient aussi beaucoup évolué. nous étions passés en quelques mois du Bermuda, aux DC4 et DC7 puis au DC8, un jet. Nous devions nous adapter en permanence. Qui étaient les passagers ? Pas des touristes venus passer des vacances et se détendre comme aujourd’hui. en tout cas jusqu’à l’ouverture du club Med de Moorea en 1962. en fait, il s’agissait surtout d’hommes d’affaires et de négociants pour les perles, la nacre, certains commerces…
Back then, there weren’t really any qualified English teachers in Tahiti. Everything had yet to be formalized, we just had to do the best we could. For example, we learned to treat cuts and bruises, give injections and first aid skills from the personnel at Papeete’s clinic. On the ground we were trained by the station managers. Instructors also came from France to teach us about the security and everything you needed to know onboard the planes. I worked a great deal in first classinternational flights, we offered a service worthy of a five star restaurant. It was a full service meal, that lasted two hours, with a tablecloth, silverware, crystal glasses and Limoges porcelain dishes… real luxury. Where did you start ? I started working on Bermuda seaplanes, on the shuttle service between Bora Bora and Tahiti. But I quickly got the chance to work on international flights, as the legs to Los Angeles, Honolulu and then New Caledonia and Sydney were developed. I did about one international flight a month, the rest being on the local network, which had also started developing, with services to Huahine, Raiatea then Rangiroa and Manihi. What was the work like back then ? It was very different from today because we did everything : the welcome on the tarmac, checking-in baggage, and the flight service. When a plane took off, we also had to ensure what was called an « hour’s coverage ». You had to stay on the post, just in case the flight returned to its departure point, and that you had to once more take care of the passengers. It did happen twice. During that time, we all stayed in the waiting area doing our offce work : sending telexes, passenger lists … We waited until the plane got to a certain point, where it was taken over by another control tower. Because takeoffs were normally at night, around one o’clock in the morning, afterwards we’d head off to the clubs, especially on the weekends. We’d endup at Queens, or Lafayette… we were a big family. This was back at the early stages of civil aviation in French Polynesia ; what changes did you experience ? Oh yes, by the time I finished working in 1965, Tahiti had its own runway and airport. The aircraft had also changed a great ZOOM SUR AIR TAHITI deal. We had moved from a few Bermudas, to the DC4 and DC7 then the DC8, a jet. We were always adapting with the changes. Who were the passengers ? There weren’t tourists coming to relax on holiday like today, at least, not until the Club Med opened on Moorea in 1962. In fact, it was mostly businessmen, dealers in pearls and mother of pearl, some traders … Their unifying quality was that they were all immensely wealthy : you had to be to make the journey back then ! Then from 1961 onwards, on the DC8, there were lots of engineers and technical staff for the CEP (editor’s note : Centre d’Expérimentation du Pacifique, Pacific Experimentation Center was the offcial title of the body responsible for the French nuclear testing in French Polynesia), mostly men. We caused quite a stir (she laughs) with our flowers and Tahitian dresses ! Some still remember us thirty years on. What was the atmosphere like ? The atmosphere was very friendly. At 20 years old, you laughed a lot, you were carefree, we joked around. Between services, we chatted with the people ; it sometimes created lifelong friendships. There was also a great working relationship between the crew. The pilot/copilot combinations were always the same. They were of a certain age, but very fun, they had known the hard times and suffering of the war. They had come from far away and wanted to make the most of their lives... There were lots of outings with members of the crew, I learnt an awful lot during stopovers with them. Why did you have to stop working in 1965 ? I got married … at that time, you could not be an air hostess and be married ! Different times, different moral values. They contacted me again in 1972 to continue working, but my situation had changed, I had a child, a husband who worked diffcult hours, there were no childcare services… It was all too complicated. I have had many other incredible experiences, but this one is a source of great nostalgia for me. What did you like about your job ? The human contact ; I was extremely lucky and privileged to be enriched by all these different encounters. au déBut des années 1960, toute Jeune hôtesse, Jeanne est PhotograPhiée en serVice À Bord d’un Vol international desserVant tahiti. Beginning oF the 1960s, young caBin creW Jeanne is Being PhotograPhed While Working aBoard an international Flight serVing tahiti. dr 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 1Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 2-3Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 4-5Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 6-7Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 8-9Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 10-11Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 12-13Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 14-15Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 16-17Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 18-19Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 20-21Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 22-23Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 24-25Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 26-27Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 28-29Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 30-31Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 32-33Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 34-35Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 36-37Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 38-39Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 40-41Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 42-43Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 44-45Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 46-47Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 48-49Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 50-51Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 52-53Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 54-55Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 56-57Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 58-59Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 60-61Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 62-63Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 64-65Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 66-67Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 68-69Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 70-71Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 72-73Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 74-75Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 76-77Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 78-79Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 80-81Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 82-83Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 84-85Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 86-87Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 88-89Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 90-91Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 92-93Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 94-95Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 96-97Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 98-99Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 100-101Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 102-103Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 104-105Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 106-107Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 108-109Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 110-111Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 112-113Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 114-115Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 116-117Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 118-119Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 120-121Air Tahiti Magazine numéro 98 avr/mai/jun 2018 Page 122