Air Tahiti Magazine n°96 oct/nov/déc 2017
Air Tahiti Magazine n°96 oct/nov/déc 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°96 de oct/nov/déc 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Tahiti Communication

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 7,6 Mo

  • Dans ce numéro : zoom Air Tahiti, une histoire du ciel polyhnésien de 1987 à 2013.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
Karl Hargous, contrôleur Rentré en tant que mécanicien à Air Polynésie en octobre 1979, Karl Hargous a poursuivi sa carrière au sein d’Air Tahiti jusqu’en 2010. Avec trente ans de carrière, il a été le témoin des grandes évolutions qui ont accompagné le passage d’Air Polynésie à Air Tahiti puis, ensuite, celles qui ont été liées au développement de notre entreprise. Comment avez-vous débuté votre carrière ? Karl Hargous : J’ai appris le métier dans l’armée à l’école des apprentis mécaniciens de l’armée de l’air à rochefort, une ville de Charente-Maritime en France. J’ai été mécanicien dans l’armée de l’air pendant cinq ans. Je suis revenu à Tahiti et, en octobre 1979, j’ai été embauché à air Polynésie en tant que mécanicien. En quoi consistait le travail à cette époque ? le centre de maintenance (Ndlr : structure à l’origine de l’actuelle centre Technique d’air Tahiti ) s’occupait non seulement de la flotte d’air Polynésie mais aussi des avions des compagnies aériennes internationales en escale à Tahiti. a ce titre, j’étais formé et habilité pour intervenir sur les jets de type dC 8, dC 10 et Boeing 747. par exemple, les samedi, l’équipe de mécaniciens attaquait le travail à 4 heures du matin. nous faisions l’arrivée à Tahiti d’un Dc 10 c’est à dire que nous nous occupions de sa maintenance. Puis nous enchainions avec celle des Fokker d’Air polynésie qui allaient voler dans la journée. du temps d’Air polynésie, notre flotte était composée de ces fameux Fokker Fairchild, de Twin-otter et de petits avions bimoteurs, les britten-norman. l’acTuel cenTre Technique De la coMPagnie. The CoMpANy’s TeChNiCAl CeNTer As iT is TodAy. 24 Propos recueillis / Interviewed by: Ludovic Lardière Photos / Pictures : Philippe Bacchet (sauf mention contraire) Qu’en était il de ces fameux Fokker ? c’étaient de bons avions à la base mais par leur conception, ils étaient déjà vieux, voire archaïques... dans l’aéronautique, les progrès ont été très rapides. en conséquence, ils ont été techniquement dépassés très vites. en terme de maintenance, il fallait bien suivre les protocoles du constructeur. il y avait des particularités importantes. Je me souviens d’un certain 15 aout 1983. en une seule journée, nous avons eu trois moteurs de Fokker « grillés » ! Une catastrophe car évidemment il fallait tout réparer ! Je me souviens parfaitement de la date car, à minuit, j’ai été obligé de plaquer les copains qui travaillaient d’arrache-pied car ma femme accouchait... nous avons bien vu la différence avec l’arrivée des aTr. cela a représenté une avancée en terme de maintenance pour nous. Progressivement, au sein de la flotte air Tahiti, ils ont remplacé les autres appareils. Vous étiez aussi amené à intervenir dans les îles ? oui et parfois des interventions importantes. une fois, nous avons dû changer le moteur d’un Fokker immobilisé sur l’île de Rurutu aux Australes. A l’époque, il fallait amener le moteur de remplacement par bateau avec, en plus, une grue spéciale qu’on utilisait pour cette réparation. cela prenait un temps fou ! c’était folklorique aussi car, dans les îles, nous n’avions pas tous les équipements dont on disposait à Tahiti. Pour travailler en hauteur, on mettait une planche de bois sur deux futs… c’était du système D... Plus tard, avec l’aTr, ce qui était vraiment intéressant et qu’il pouvait transporter le moteur d’un autre aTr dans sa soute sur un bâti spécial. Du coup, on pouvait transporter rapidement un moteur de rechange dans les îles. on voit bien le progrès ! D’autre part et à plusieurs reprises, j’ai été détaché aux Marquises pour l’entretien des avions Brittennorman qui faisaient les liaisons intérieures de l’archipel. les séjours étaient longs : un mois. là, il fallait se débrouiller tout seul. le mécanicien faisait tout l’entretien de l’avion, le nettoyage intérieur extérieur, les révisions, les pannes etc... il fallait faire preuve de débrouillardise.
Karl Hargous, Controller ZOOM SUR AIR TAHITI Starting out as a mechanic for Air Polynésie in October 1979, Karl Hargous worked for Air Tahiti until 2010. With thirty years of experience, he was witness to the big changes that accompanied the switch over from Air Polynésie to Air Tahiti and then, later, changes linked with the development of our company. How did your career begin ? Karl Hargous : I was taught the job in the army, at the Air Force’s school for apprentice mechanics, in Rochefort, a town in Charente-Maritime, France. I worked for five years as an Air Force mechanic. I returned to Tahiti and, in October 1979, I got a job working as a mechanic for Air Polynésie. What did the work involve at that time? The maintenance center (editor’s note: the original organization that is now Air Tahiti’s Technical Center) didn’t just service Air Polynésie’s fleet, but also the international airline aircraft that stopped over in Tahiti. For this reason, I was trained to work on DC8, DC10 and Boeing 747 jets. For example, on Saturday the team of mechanics started work at 4 am in the morning. We were responsible for the maintenance of the DC 10 that arrived in Tahiti. Then we’d continue with the Air Polynésie Fokkers that would be flying that day. In Air Polynésie’s era, the fleet was composed of Fokker Fairchilds, Twin-Otters and small double-engine Britten-Norman planes. Tell us about the Fokker aircraft? They were good aircraft in their time, but they weren’t very up to date, they were old planes, archaic even… In the field of aeronautics things had advanced very rapidly. They had fast become technologically outdated. In terms of maintenance, you had to follow the manufacturer’s instructions. They had certain specificities. August 15th 1983 was a memorable day for me. Three Fokker motors « fried » on the same day ! It was a catastrophe for us, because naturally they all had to be repaired ! I will never forget the date, because at midnight, I had to abandon my colleagues who had been working all day non-stop, because my wife was giving birth... We saw a big difference when the ATRs arrived. It was a huge advance in terms of the maintenance required. Gradually, Air Tahiti replaced the other aircraft in their fleet. Did you sometimes carry out repairs in the islands ? Yes, and sometimes they were big jobs. Once, we had to change a motor on a Fokker that was stranded on Rurutu, in the Austral Islands. At that time, you had to ship the replacement motor by boat, as well as the special crane needed for the operation. It took forever! It was real folklore, in the islands you don’t have all the equipment that you have at hand in Tahiti. To work from a height you put a plank of wood across two empty oil drums…It was real make-do... Later, with the ATRs, a very useful aspect was that they could carry a replacement motor in their hold, packed in a special case. So, you could quickly deliver a replacement motor to the outer islands. It was clear progress ! On another note, and on several occasions, I was sent to the Marquesas to service the Britten-Norman planes that shuttled between the islands in the archipelago. It required a month-long stay. And there you had to do everything on your own. The mechanic did all the maintenance, cleaned the plane inside and outside, overhauls, repairs etc... You really needed to demonstrate resourcefulness. COMPTOIR POLYNESIEN *YAMAHA yZgAe eArrilreinir- La Team Billabong et les Water Patrols encore et toujours en Waverunners YAMAHA pour l’évènement surf de l’année : La « BILLABONG PRO TAHITI 2017 » PIM GP 1800 Venez découvrir notre gamme 2017 au Showroom * Essais possibles sur RDV Renseignements et Devis TÉL: 40 50 57 50 - FAX: 40 40 43 69 SAV: 40 43 74 75 contact@comptoirpolynesien.pf Comptoir Polynesien - Yamaha Tahiti EASIHG> P:0 :Fa 1K :il FX SVHO EX SPORT tymif,„ wzr " EI %CRI! CC Micas 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 1Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 2-3Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 4-5Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 6-7Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 8-9Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 10-11Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 12-13Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 14-15Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 16-17Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 18-19Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 20-21Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 22-23Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 24-25Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 26-27Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 28-29Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 30-31Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 32-33Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 34-35Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 36-37Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 38-39Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 40-41Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 42-43Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 44-45Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 46-47Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 48-49Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 50-51Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 52-53Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 54-55Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 56-57Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 58-59Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 60-61Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 62-63Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 64-65Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 66-67Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 68-69Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 70-71Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 72-73Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 74-75Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 76-77Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 78-79Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 80-81Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 82-83Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 84-85Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 86-87Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 88-89Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 90-91Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 92-93Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 94-95Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 96-97Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 98-99Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 100-101Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 102-103Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 104-105Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 106-107Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 108-109Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 110-111Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 112-113Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 114-115Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 116-117Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 118-119Air Tahiti Magazine numéro 96 oct/nov/déc 2017 Page 120