Air Tahiti Magazine n°95 jui/aoû/sep 2017
Air Tahiti Magazine n°95 jui/aoû/sep 2017
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°95 de jui/aoû/sep 2017

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Tahiti Communication

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 120

  • Taille du fichier PDF : 7,4 Mo

  • Dans ce numéro : sous le vent de Tahaa.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 108 - 109  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
108 109
108 un BRITTen-noRMAn D’AIR POLYNéSIE SuR LE TARMAc De l’AéRoPoRT De uA Pou/A BriTTeN- NorMAN FroM Air polyNÉsie FleeT iN The TArMAC oF uA pou islANd AirporT. AIR TAHITI P.BAccHeT Du coup, j’ai bien été obligée de passer mon permis bateau car je transportais le personnel de l’escale. en speed boat, le trajet durait une heure et demie. Il fallait le faire quel que soit la météo et l’état de la mer ! nous naviguions de nuit et par mauvais temps ! on n’avait pas peur à l’époque… Aujourd’hui, ce serait perçu comme de l’inconscience ! une fois, de nuit, nous nous sommes perdus ! on nous a retrouvés loin de l’aéroport ! une autre fois, nous sommes tombés en panne, heureusement pas très loin de la côte. lucien kimitete s’est alors mis à l’eau avec ses palmes. en nageant, il a pu « remorquer » le bateau jusqu’à la terre ferme ! mais plus tard, vous aviez une route ! oui, entre Taiohae et Terre déserte. elle passait par le col de Toovii. Mais au début, c’était une piste, mauvaise et dangereuse, surtout lors des fortes pluies. Il y avait des éboulements. A certains endroits, elle était à lanc de falaise. Alors, je me suis achetée un 4x4  : un uMM Alter comme ceux des militaires, un tout terrain hors-pair. Tout le monde s’embourbait sauf moi ! J’emmenais le personnel dans mon véhicule. nous montions avec pelles et pioches pour dégager la piste si besoin. Je n’ai jamais manqué un avion ! nous arrivions à passer coûte que coûte. on descendait, on poussait la voiture, on mettait des cailloux sous les roues, on maniait la barre à mine... ce que nous avions fait dans un sens, il fallait ensuite le refaire dans l’autre. Parfois, on n’en revenait pas d’être passé ! on rentrait chez nous à 21h après être parti à 5h du matin. Le trajet durait trois heures, voire davantage en cas de diicultés et d’obstacles sur la piste. Mais c’était le bon temps quand même ! ensuite, la piste est devenue une route bien aménagée et le parcours se faisait facilement en 1h30 environ. étiez-vous nombreux ? à l’ouverture de l’escale, j’avais trouvé 4 garçons de l’île pour être manœuvres. entre autre, ils faisaient oice de bagagistes comme on dit maintenant. Ils n’étaient pas salariés d’Air Polynésie mais prestataires. et puis, il y avait le commandant de l’aérodrome, lucien kimitete. Je dois dire que j’ai fait cette ouverture d’escale sans avoir de grandes connaissances en la matière. J’ai dû me plonger dans des manuels aéronautiques. … J’ai potassé. J’ai acquis des connaissances sur les types d’avions que nous allions accueillir, leurs particularités et leur capacité de chargement. J’ai appris à faire un devis de masse (nDlR  : ce document récapitule l’ensemble des charges transportables sur un vol incluant les passagers, les bagages en cabine et en soute, le fret, la masse de fuel transportée ainsi que la répartition dans l’avion du fret, des bagages et des passagers).comme j’étais seule à gérer l’escale, je faisais tous les documents et toutes les procédures  : les réservations, les encaissements, l’enregistrement des passagers, le devis de masse, etc. en ce temps, on ne connaissait pas l’informatique ! on avait juste une calculette… Mais je m’en suis sortie ! le tout était d’être rigoureuse et logique. Je me rappelle bien que pour certains vols on pesait même les passagers ! Bien sûr, nous avions un poids « forfaitaire » c’est à dire que nous estimions le poids moyen par personne. Mais manifestement certains passagers le dépassaient alors il fallait les peser pour voir si on ne dépassait pas le poids total autorisé pour l’avion. évidemment, il était délicat de demander aux gens de monter sur la balance… Mais j’avais un très bon contact avec la population marquisienne. quel type d’avion accueilliez vous ? Les avions d’Air Polynésie étaient des Fokker. Après avoir fait une escale dans les Tuamotu, ils arrivaient à Nuku Hiva. Au commencement, nous avions juste un vol par semaine puis la fréquence a augmenté rapidement.
Vue De l’AéRoPoRT De TeRRe DéseRTe à NuKu HIVA Où MARCELINE AuMAITRE TRAVAILLA DE 1979 à 2 000/view oF The Terre dÉserTe AirField iN Nuku hivA islANd where MArCeliNe AuMAiTre worked FroM 1979 Till 2 000. The next day we continued by air to Ua Huka, the northernmost island in the group, and closest to our inal destination. From there we took a boat for Nuku Hiva, 60km by sea, because the Nuku a Taha – Terre déserte airport was not yet operational ! So, I got there for its oicial opening, and for when the irst Air Polynésie light arrived. Lucien Kimitete was head of the aerodrome ! (editor’s note : Lucien Kimitete later became an important political and cultural igure in the archipelago and, more broadly, French Polynesia back in the 1980s and 1990s) What were the work conditions like ? At irst, we didn’t have a great deal : an airstrip, some ground markings and a small fare (editor’s note  : Tahitian for house). No telephone, just a radio for communicating with the planes. There wasn’t even a road from the airport to Taiohae, the main village, that is situated on the other side of the island. You had to take a boat. We moored in a small bay at the foot of the plateau where the airport had been built. The shuttle service for passengers was provided by the administration. However, we the staf had to leave Taiohae beforehand to prepare the arrival of the light and welcome the travelers. Which meant that I had to get my captain’s license, to transport the staf to the airport. It took an hour and a half by speed boat. You had to get there whatever the weather or ocean conditions ! We often navigated after dark and in bad weather ! We were fearless back then … Today, it would be considered irresponsible ! One evening we got lost in the dark ! They found us a long way from the airport ! Another time, the boat broke down, fortunately not far from shore. Lucien Kimitete came swimming out tous wearing his ins. He was able to «swim-tow» the boat to dry land ! later on though, you had a road ! Yes, between Taiohae and Terre déserte. It passed over Toovii hill. Initially, though, it was a dirt track, in poor condition and dangerous, particularly after heavy rain. There were landslides. In places, it hugged the clifs. So, I bought myself a 4WD  : a UMM Alter like those used by the army, an excellent all-terrain vehicle. Everybody got bogged down, except me ! I took the personnel with me in my P.BAccHeT vehicle. We’d always being picks and spades with us, to clear the road, if necessary. I never missed an airplane ! We would get there no matter what. We’d get out, push the car, put stones under the wheels, lift it out with a crow bar... And what you did on the way there you would have to do again on the way back. Sometimes we couldn’t believehow we got through ! We would get back at 9pm having left at 5am the morning. The journey took three hours, and often more if there were problems or the road was blocked. But it was a great time all the same ! Later the track became a proper surfaced road and it could easily be done in about an hour and a half. how many of you were there ? When the lights began, I had four workers, all boys from the island. Among other duties they worked as baggage handlers, as they are called now. They weren’t employed by Air Polynésie, they were subcontracted. And there was also the aerodrome commander, Lucien Kimitete. I must admit that when I irst worked as station manger I didn’t have a great deal of training or experience. I had to pore through the aeronautics manuals. … I crammed. I learnt about the diferent types of planes that we would receive, their speciicities and loading capacity. I learned to make a load report (editor’s note : a document that summarizes the transportable weight that can be carried on a light including passengers, cabin and checked baggage, freight, fuel load as wellas distributing the freight, baggage and passengers inside the plane). I managed the lights alone, I had to do all the paperwork and follow all the protocols  : reservations, payment, passenger check-in, load reports, etc. Back then we didn’t have computers ! We just had calculators… But I managed ! Everything was rigorous and logical. I remember well having to weigh everything, including the passengers, on certain lights ! Of course, we had a « ixed » weight, based on an estimated using an average weight per person. However, certain passengers were clearly heavier than this estimate, so you’d have to weigh everyone to be sure you didn’t exceed the plane’s authorized weight allowance. As you can imagine, it wasn’t always easy to ask people to get on the weighing scales… Fortunately I was on good terms with the Marquesan population. 109



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 1Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 2-3Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 4-5Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 6-7Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 8-9Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 10-11Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 12-13Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 14-15Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 16-17Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 18-19Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 20-21Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 22-23Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 24-25Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 26-27Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 28-29Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 30-31Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 32-33Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 34-35Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 36-37Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 38-39Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 40-41Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 42-43Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 44-45Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 46-47Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 48-49Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 50-51Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 52-53Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 54-55Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 56-57Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 58-59Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 60-61Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 62-63Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 64-65Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 66-67Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 68-69Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 70-71Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 72-73Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 74-75Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 76-77Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 78-79Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 80-81Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 82-83Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 84-85Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 86-87Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 88-89Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 90-91Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 92-93Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 94-95Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 96-97Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 98-99Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 100-101Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 102-103Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 104-105Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 106-107Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 108-109Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 110-111Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 112-113Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 114-115Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 116-117Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 118-119Air Tahiti Magazine numéro 95 jui/aoû/sep 2017 Page 120