Air Tahiti Magazine n°102 avr/mai/jun 2019
Air Tahiti Magazine n°102 avr/mai/jun 2019
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°102 de avr/mai/jun 2019

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Tahiti Communication

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 130

  • Taille du fichier PDF : 36 Mo

  • Dans ce numéro : Rimatara, immensément séduisante.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 74 - 75  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
74 75
Peigne à tatouer de la Société Tattoo combfrom the Society Islands Les Anglais ayant été les premiers à s’aventurer en Océanie et notamment en Polynésie (Cook fit trois voyages relativement longs à Tahiti), ils y collectèrent rapidement les pièces indigènes les plus précieuses, rares et anciennes, que l'on retrouva par la suite au British Muséum de Londres mais également dans nombre de collections privées. Cet exemplaire a longtemps fait partie de celle du Britannique James Hooper (1897-1971), l’une des plus célèbres au monde. Riche d’énormément d’objets polynésiens, elle fut dispersée à sa mort. Mais Hooper ayant émis le souhait que les pièces en soient prioritairement proposées aux pays d’origine à des conditions très avantageuses, le Musée de Tahiti et ses îles put acquérir celle-ci en 1978. Matériaux  : bois de aito, os d’oiseau et brins de bourre de coco (en l’absence d’expertises irréfutables, les deux premiers matériaux relèvent de la forte probabilité) Technique  : sculpture, ponçage, polissage et tressage Date de confection  : seconde moitié du XVIII e siècle Origine  : îles de la Société Dimensions  : longueur 18,8 cm ; largeur peigne 3 cm ; poids 12 g ; diamètre du manche 1 cm Description  : cet outil, utilisé avec un maillet, qui servait à le marteler délicatement et avec précision pour percer la peau, était l’instrument principal de la seule technique pratiquée pour tatouer en Polynésie française. Constitué d’un manche en bois dont l’une des extrémités accueille le peigne à proprement parler, fait de deux os d’oiseau légèrement concaves (peut-être pour mieux retenir l’encre) dentelés et reliés entre eux par des brins de bourre de coco, il présente la particularité unique d'être en partie sculpté, présentant une forme de tête humaine taillée ddans le bois, juste au-dessus du peigne en os. The English being among the first to venture across Oceania and specifically the region that is today French Polynesia (Cook made three relatively long voyages to Tahiti), they quickly collected precious, rare and ancient indigenous objects. Many of these objects eventually found their way to the British Museum in London others into a number of private collections. This piece was part of the British James Hooper (1897-1971) collection, one of the best known in the world. A treasury of many Polynesian objects, it was brokenup when he died. However, Hooper had left instructions that the objects should preferentially be offered to their countries of origin, under reasonable conditions, and so the Musée de Tahiti et ses îles was able to acquire this piece in 1978. Materials  : aito wood, bird bone, human hair and coconut husk fiber (the two first materials have not been irrefutably identified by experts, but it is reasonable surmise). Techniques  : sculpture, sanding, polishing and weaving Date of creation  : second half of the 18 th century Origin  : Society Island Dimensions  : length 18.8cm ; combwidth 3cm ; weight 12g ; handle diameter 1 cm Description  : this tool, used with a mallet that was used to tap it and pierce the skin, was the main instrument and only tattoo technique practiced for making tattoos in French Polynesia. It has a wooden handle whose proximal end is decorated with a fine plait of hair. The other end holds the combmade from two concave pierced bird bones (possibly for better retaining the ink), serrated and attached to each other with strands of coconut fiber. It has a unique particularity in that one end is sculpted into the formof a human head, just above the bone comb.
Air Tahiti s’associe au Musée de Tahiti et des Îles, Te Fare Manaha, pour présenter dans chaque numéro un objet embléMATique de l’art polynésien provenant du musée. Une plongée dans le passé et notre hériTAge, riche de la diversité de nos îles, de nos cuLTures et de nos savoir-FAire ancestraux. culture Le tatouage ancien des Tahitiens est très peu connu car cette pratique ancestrale fut l’une des premières à être interdite par les missionnaires après l’évangélisation de nos îles par les Européens. Si l’on sait que tous les archipels de Polynésie le pratiquaient à très vaste échelle (mais avec des disparités importantes en termes de motifs notamment), les documents disponibles font apparaître que ces différents tatouages évoluèrent en outre tous beaucoup et rapidement après l’arrivée des Occidentaux. Cette pratique cessa pour finir soudainement à la Société et aux Australes ; seul le tatouage marquisien fut bien mieux et plus longtemps préservé du fait de la résistance des Marquisiens à la nouvelle religion. Ce sont les dessins réalisés par les équipages européens à l’époque du contact qui rendent le mieux compte de ce que fut le tatouage à Tahiti aux temps anciens. D’après ces croquis, dont les premiers sont dus à des membres de l’équipage de Cook, ce tatouage semblait assez proche de celui pratiqué aux Samoa, avec des motifs très denses sur les cuisses et les fesses notamment. Tous les chefs, prêtres et guerriers importants arboraient énormément de tatouages, qui recouvraient quasiment l’intégralité du corps. Lorsque les Européens interdirent cette pratique, les objets servant à cet usage disparurent très rapidement, certains sans doute échangés et troqués, mais la plupart certainement détruits ou cachés car les populations locales ne voulaient pas voir ces objets sacrés tomber entre les mains des nouveaux arrivants. On n'a jamais retrouvé de peignes à tatouer sur des marae par exemple ou bien dans des sépultures, même s'il est arrivé que les archéologues en mettent au jour lors de leurs fouilles, mêlés à de nombreux autres vestiges. Les plus beaux exemplaires de ces pièces sont de ce fait recensés parmi celles collectées par les premiers navigateurs et colons, bien souvent anglais. Le peigne à tatouer présenté dans ces pages connut ce destin. Il est exceptionnel par deux aspects  : le visage sculpté dans le bois de l’une de ses extrémités (peut-être un dieu tutélaire du tatouage) et la largeur de son peigne (la plupart n’excèdent pas 1 ou 1,5 cm) qui devait le destiner à la réalisation de longues lignes droites ou au remplissage de grands motifs pleins. Il était utilisé avec une encre élaborée à partir de la noix du bancoulier (tutui ou ti'a'iri) que l’on carbonisait pour en recueillir une suie très épaisse diluée ensuite avec de l’eau ou de l’huile de coco. Air Tahiti joins with the Musée de Tahiti et des îles, Te Fare Manaha (Museum of Tahiti and her Islands), to showcase an emblematic objeCT of Polynesian art, housed at the museum. A journey through our history, rich with the diversity of our islands, our cultures and our ancestral knowledge. Little is known about ancient Tahitian tattoos as the practice was one of the first things that was forbidden by the missionaries, after the islands were converted to Christianity by Europeans. We know that tattooing was widely practiced across all the archipelagos of French Polynesia (but with distinct differences in the motifs used), these motifs clearly changed a great deal and very rapidly under the Western influence. The tradition was totally lost in the Societies and Australs ; only in the Marquesas did tattoos survive a little more and for longer, due to the islands’remoteness. The sketches made by European seamen and crew members at the time of first contact best convey what tattoos were like in ancient Tahiti. From these drawings, the first of which were made by members of Cook’s voyage, the tattoos appear to be similar to those found in Samoa, with very dense motifs on the thighs, buttocks and large parts of the body filled in solid black. All important chiefs, priests and warriors had extensive tattoos covering almost their entire body. When Europeans banished the practice, the objects used for the practice also disappeared rapidly, some of which were no doubt traded or exchanged as gifts, the most part however were surely destroyed or hidden by the local population, who did not wish such objects to endup in the hands of newcomers. Archaeologists have never found intact combs during their excavations of marae or tombs. The most beautiful examples of these objects remain those that were collected by the first navigators and colonists, quite often English. The tattoo combshown in these pages is an object of this type. It is exceptional for two reasons  : the presence of a face sculpted into the wood of one of its ends (maybe an image of the god of tattoos) and the size of the comb(most are no larger than 1 or 1.5cm) which must have been used to make long straight lines or for filling in solid designs. It was used with an ink made from burning candlenuts (tutui or ti'a'iri) creating a thick soot that was collected and then diluted in water or coconut oil. 75



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 1Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 2-3Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 4-5Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 6-7Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 8-9Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 10-11Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 12-13Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 14-15Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 16-17Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 18-19Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 20-21Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 22-23Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 24-25Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 26-27Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 28-29Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 30-31Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 32-33Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 34-35Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 36-37Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 38-39Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 40-41Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 42-43Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 44-45Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 46-47Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 48-49Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 50-51Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 52-53Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 54-55Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 56-57Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 58-59Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 60-61Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 62-63Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 64-65Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 66-67Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 68-69Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 70-71Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 72-73Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 74-75Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 76-77Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 78-79Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 80-81Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 82-83Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 84-85Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 86-87Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 88-89Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 90-91Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 92-93Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 94-95Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 96-97Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 98-99Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 100-101Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 102-103Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 104-105Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 106-107Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 108-109Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 110-111Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 112-113Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 114-115Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 116-117Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 118-119Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 120-121Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 122-123Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 124-125Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 126-127Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 128-129Air Tahiti Magazine numéro 102 avr/mai/jun 2019 Page 130