Air Tahiti Magazine n°100 oct/nov/déc 2018
Air Tahiti Magazine n°100 oct/nov/déc 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°100 de oct/nov/déc 2018

  • Périodicité : trimestriel

  • Editeur : Tahiti Communication

  • Format : (197 x 260) mm

  • Nombre de pages : 126

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : destination Ua Huka, terre de contrastes.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 62 - 63  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
62 63
gRouPe d’enfAnTs PêchAnT à TAhuATA, îLe des mARquises. A group oF ChildreN FishiNg oN TAhuATA, iN The mArquesAs islANds. 62 Aux Marquises, par exemple, l’adoption prenait autrefois la forme de deux pratiques anciennes  : l’échange de nom et l’adoption en tant que telle. Le premier cas met en évidence que, si la plupart du temps, les pratiques du fa’a’amura’a concernaient des enfants, il pouvait arriver qu’elles concernent aussi des adultes. Dans ce contexte très particulier de l’échange de nom, les deux personnes concernées entraient mutuellement dans la famille et la parenté de l’autre avec des rangs et statuts similaires (le père de l’un devenait aussi le père de l’autre). Quant à l’adoption marquisienne, elle faisait véritablement entrer l’enfant dans la filiation de ses parents adoptifs avec le statut de premier-né et parfois des droits attachés considérables, a fortiori si ses nouveaux parents étaient un couple princier stérile. D’une manière générale, de nombreux chercheurs ont aussi distingué, notamment aux Tuamotu où la récurrence de ces pratiques est très importante, deux grand types de motivations à cette coutume  : une réelle volonté d’adoption ou bien une adoption culturellement prescrite, autrement dit obligatoire. Dans ce dernier cas, l’absence de motivations nettes émanant des adoptants a pu conduire à la croyance que certains accueillaient des fa’a’amu pour en faire des serviteurs. Ces adoptions culturellement prescrites se déroulent quoi qu’il en soit exclusivement dans un cadre intra-familial pour répondre d’abord à des raisons de force majeure comme la séparation du couple parental, un décès, une maladie. L’ensemble des jeunes membres d’une fratrie était souvent susceptible, dans un tel contexte, d’être adopté par les parents de leur parent originaire de leur lieu de résidence. Globalement, on retiendra aussi cet important distinguo établi entre les pratiques selon que le fa’a’amu était justement de type intra- (le plus courant) ou extrafamilial. Mais encore une fois, ces contextes eux-mêmes pouvaient (et peuvent encore) répondre à des situations extrêmement différentes, allant de la rapide prise en charge informelle de l’enfant sans référent familial stable ou maltraité jusqu’à l’enfant avec un vrai statut juridique, de la délégation d’autorité parentale à l’adoption plénière. Des motivations nombreuses et variées Quoi que rarement considérées d’une manière exhaustive, évolutives en fonction des époques et sujettes donc à variation selon les territoires observés, les motivations au fa’a’amura’a répondent globalement à huit injonctions différentes  : sceller une amitié ; se procurer un héritier ; faire offce de cadeau ou de part dans un échange ; sceller une alliance entre deux familles, deux lignages différents mais amis ; offrir une descendance à un couple stérile ; solutionner des problèmes pratiques et logistiques liés à la santé, l’éducation, etc. ; trouver à un « étranger » une place dans l’organisation sociale ; permettre, enfin, aux jeunes gens de conserver leur insouciance, notamment durant la période traditionnelle de taure’are’a pendant laquelle ils étaient autorisés à pratiquer une sexualité libre. Plus largement, lors de guerres entre clans différents, les enfants des vaincus étaient fréquemment adoptés par les vainqueurs. Pas toujours assurés d’un bon accueil et de bons soins, ils étaient néanmoins le plus souvent traités comme les enfants de la famille.
In the very specific context of exchanging names, the two people involved entered mutually into the family and parenting of the other, with similar rank and status (the father of one also became the father of the other). as for Marquesan adoption, this occurred when the child entered the lineage of his adopted parents’family with the status of the firstborn and the considerable rights that come with that, particularly so if the adopting parents were a chiefly couple without offspring of their own. Broadly speaking, many researchers have noticed, most notably in the Tuamotu where the practice remains very common, two large motivating factors for the tradition  : one is a real desire to adopt the other is a culturally prescribed custom, in other words obligatory adoption. in this last case, the absence of genuine motivation from the adopting parents has made certain believethat some people use fa’a’amu children as a type of servant. however, such culturally required adoptions only occur within families, and are also a means of protecting against unpredictable events, like the separation of the parents, a death, or illness. all the young siblings were often likely, in such a context, to be adopted by the parents of the parent, living in their place of residence. Globally, there Pr-d Pôr-Ir] Pcip-eete UVFIAISON GRATUITE DANS LES ÎLES HÔTELS, PENSIONS, MAISONS D'HÔTES fabrication sur'commande VENTE EN LIGNE CULTURE was also an important distinction between the customs of fa’a’amu within family (more common) and between different families. However, once again, the context itself could (and still can) vary greatly between cases, varying from a rapid and informal care of a child that has been mistreated or without a stable family background, to a child with a special legal status, to the delegation of parental authority due to a plenary adoption. Hardly ever considered in any exhaustive fashion, the reasons for fa’a’amura’a have evolved over time and differ with geographic location, but can broadly be classified intoeight contexts  : sealing a friendship ; finding an heir ; as a gift or part of an exchange ; sealing an alliance between two families, friendly but different lineages ; giving offspring to a sterile couple ; solving practical problems linked to health, education, etc. ; giving a « foreigner » a place in the social organization ; lastly, to allow youngsters to keep their freedom, notably in traditional society during their taure’are’a, a time when they were allowed to practice an open sexuality. More generally, during tribal wars, the children of the defeated were often adopted by the victors. They were not always assured a welcome and good conditions, but, more often than not they were treated like the family’s children. reLms rie -rfae dr.= ne, recinhnis.rt..r Fu ri. Ill,ctid al eu, parla im I -3 -F-ariur FliR TRHiTi 63



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 1Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 2-3Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 4-5Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 6-7Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 8-9Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 10-11Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 12-13Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 14-15Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 16-17Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 18-19Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 20-21Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 22-23Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 24-25Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 26-27Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 28-29Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 30-31Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 32-33Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 34-35Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 36-37Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 38-39Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 40-41Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 42-43Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 44-45Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 46-47Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 48-49Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 50-51Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 52-53Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 54-55Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 56-57Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 58-59Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 60-61Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 62-63Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 64-65Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 66-67Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 68-69Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 70-71Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 72-73Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 74-75Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 76-77Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 78-79Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 80-81Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 82-83Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 84-85Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 86-87Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 88-89Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 90-91Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 92-93Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 94-95Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 96-97Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 98-99Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 100-101Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 102-103Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 104-105Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 106-107Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 108-109Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 110-111Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 112-113Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 114-115Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 116-117Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 118-119Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 120-121Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 122-123Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 124-125Air Tahiti Magazine numéro 100 oct/nov/déc 2018 Page 126