Air le Mag n°93 octobre 2018
Air le Mag n°93 octobre 2018
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°93 de octobre 2018

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 37,5 Mo

  • Dans ce numéro : le flic de Belleville.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
INSPIREZ-VOUS ! °Mir _r r L 58rgM Le visage de l'entrepreneur RAJEUNIT et son parcours se transforme. Le terrain de jeu, lui aussi, ÉVOLUE jusqu'à atteindre les quartiers dits « difficiles ». Pour changer les mentalités et accompagner le développement des projets, de NOMBREUSES SOLUTIONS sont proposées à ces nouveaux entrepreneurs. Sans exception. _r r r r n D), H n I _L L D) L L D)L D) L U Texte  : Benoît Piraux. Illustrations  : Lanaspa pour Air le mag r Li13r r r ri r"Ic Entreprendre avant de boucler ses études  : il y a encore dix ans, l'idée était réservée aux têtes brûlées. Aujourd'hui, le profil type de l'entrepreneur français n'est plus aussi tranché. Pas besoin de sortir d'un grand groupe ou d'HEC pour se lancer dans la création d'entreprise. On peut presque le faire depuis son canapé, avec un bac en poche. L'idée d'un entrepreneuriat réservé aux élites se délite. Si l'héritage culturel et familial aura toujours un impact sur nos chances de découvertes professionnelles, il n'est plus si déterminant dans la réussite des projets. Reste ce qu'il faut savoir pour se lancer dans le grain bain de l'entrepreneuriat. Bref, connaître les cartes que vous pouvez jouer. ENTREPRENDRE POUR EXISTER ? L'économie estfra girisée ? Les chances de réussites moindres ? La concurrence massive ? Qu'à cela ne tienne, autant se mettre à rêver. De son avenir, de ses envies, de ses projets. Exit les grands groupes, les start-up ont le vent en poupe. Le digital a fait exploser les barrières du travail traditionnel  : on peut bosser de chez soi, depuis Bali ou de l'espace de coworking de son quartier... et avec qui l'on veut. Les formes simplifiées d'entreprise ont apporté de nouvelles opportunités à cette jeune génération désireuse de se lancer  : entreprendre ne coûte aujourd'hui que quelques clics. Octobre 2018
À l'inverse, on peut entreprendre très tôt, et le faire vite. Le « chômage des jeunes » ? Le marché de l'emploi est « bouché » ? On l'oublie ! La solution, c'est de se lancer tout de suite. UN ACCOMPAGNEMENT OU NON ? L'éducation supérieure se décline en mode « entrepreneur ». Après l'essor de l'alternance, des formations hybrides apparaissent  : entrepreneuriat & management, business development & marketing... IF s'agit de mettre la création au coeur du projet professionnel étudiant. Les hackathons réunissent, par exemple, des élèves d'écoles de commerce et d'ingénieurs autour de problématiques entrepreneuriales. Mais ces formations sont-elles vraiment pertinentes ? D'aucuns pensent qu'on ne peut pas se former à l'entrepreneuriat par ces voies traditionnelles. Ainsi, de nombreux jeunes se lancent, parfois sans vision à long terme, souvent sans business plan... Pourtant, posséder une bonne idée ou un concept prometteur ne suffit pas. C'est pourquoi de nombreux organismes proposent des aides qui contribuent à la diversité entrepreneuriale. Les formes simplifiées d'entreprise ont apporté de nouvelles opportunités à la jeune génération. INNOVER DANS LES QUARTIERS, C'EST POSSIBLE En banlieue, l'entrepreneuriat s'affiche comme un outil de motivation sans égal  : les quartiers « sensibles » s'organisent pour rentrer dans la course à l'innovation, à grands coups de structures locales dédiées à la réussite entrepreneuriale de leurs habitants. Sources de renseignements, de formations, soutien financier ou accélératrices de projets, ces structures viennent renforcer des territoires fragiles et diffusent un discours simple et direct à la jeunesse des banlieues  : « Entreprendre c'est possible. » C'est ainsi que, par exemple, depuis dix ans, Entrepreneurs dans la ville s'adresse aux 20-35 ans de la région lyonnaise, issus des quartiers prioritaires. Vingt-cinq candidats peuvent, chaque année, passer quatre mois dans les locaux de l'EM Lyon (une top business school française), avant d'intégrer une pépinière pendant deux ans. À Paris, le Fighters Program de la fameuse Station F s'intéresse aux profils de personnes autrefois oubliées, voire marginalisées  : venant de familles modestes, étrangers, en réinsertion... Un an d'incubation, locaux, possibilité de lever des fonds  : la structure propose du soutien administratif et un logement parisien. Il existe aussi des concours tremplin, comme ceux de Talents des cités, qui en organisent quatorze chaque année. Autant d'initiatives qui contribuent à faire des quartiers des écosystèmes riches en opportunités. À vous d'innover ! I Avoir une -onne idée ou un concept prometteur ne suffit pas pour se lancer. Le financement est une étape difficile pour les jeunes entrepreneurs. Surtout quand on manque d'expérience ou que l'on est en cours d'études. Obtenir un emprunt s'avère laborieux et les banques sont rarement des interlocuteurs conciliants. M ais il existe des solutions... Des business angels s'intéressent au potentiel des banlieues et investissent dans les projets émergents. L'Adié (Association pour le droit à l'initiative économique) contourne le système bancaire traditionnel en proposant des microcrédits. Ouvrez l'oeil pour guetter ces sources de financement alternatives  : connectez-vous aux réseaux d'entrepreneurs pour glaner les bonnes infos ! - « 111. 11e- V joli LE MYTHE ZERO DIPLOME 72% des entrepreneurs issus des ZUS (Zones urbaines sensibles) ont le baccalauréat. Près de 50% ont décroché un bac+2. Ils ont en moyenne 39 ans. Source ; Étude BPI France et Terra Nova, septembre 2016.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 1Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 2-3Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 4-5Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 6-7Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 8-9Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 10-11Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 12-13Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 14-15Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 16-17Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 18-19Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 20-21Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 22-23Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 24-25Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 26-27Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 28-29Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 30-31Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 32-33Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 34-35Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 36-37Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 38-39Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 40-41Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 42-43Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 44-45Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 46-47Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 48-49Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 50-51Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 52-53Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 54-55Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 56-57Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 58-59Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 60-61Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 62-63Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 64-65Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 66-67Air le Mag numéro 93 octobre 2018 Page 68