Air le Mag n°40 juin 2013
Air le Mag n°40 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 64,6 Mo

  • Dans ce numéro : Man of Steel... Superman s'envole vers les sommets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
MODE D’EMPLOI EXPOSITIONS, SPECTACLE VIVANT, NUMÉRIQUE…, EN FRANCE, LA CULTURE OUVRE À DE NOMBREUX DOMAINES ET MÉTIERS. BEAUCOUP RÊVENT D’Y FAIRE CARRIÈRE, DES MILLIERS DE PERSONNES S’Y CONSACRENT, MAIS LES PLACES SONT CHÈRES. FORTE MOTIVATION ET QUALIFICATION INDISPENSABLES. MODE D’CULTURE ET PATRIM Dans les règles de l’art FORMATION : UN DIPLÔME SINON RIEN ! Bien des métiers de la culture et du patrimoine nécessitent de posséder des compétences en management et en gestion. D’autre part, une expertise dans le domaine d’activité s’impose. C’est pourquoi les recrutements s’opèrent souvent sur la base d’une formation de niveau bac + 3 à bac + 5. La licence pro suffit pour devenir guide conférencier ou pour réaliser les missions d’assistant de direction ou de production. Il existe plus d’une centaine de cursus en gestion et en administration de la culture de niveau master. Parmi les formations les plus cotées liées au patrimoine, celles dispensées par l’Institut national du patrimoine et l’École du Louvre bénéficient d’une excellente image. Quel que soit votre choix de formation ou de métier, une solide culture générale s’impose. Bien entendu, vous devez aussi posséder le goût pour l’histoire de l’art ou pour les disciplines liées à la culture. Il est recommandé de multiplier les occasions de réaliser des stages au cours de votre formation afin de cumuler les expériences significatives et de vous constituer un solide carnet d’adresses, indispensable dans ce milieu. Musées, centres d’art, festivals, salles d’expositions, galeries ou théâtres…, il existe aujourd’hui une multitude de sites à vocation culturelle sur l’ensemble du territoire. Un univers qui regorge de missions clés autour d’événements ou de lieux : gestion, développement, commercialisation, promotion ou restauration. La fonction publique, les collectivités locales et, dans une moindre mesure, les associations en sont les plus grands pourvoyeurs d’emplois, mais elles recrutent surtout des professionnels qualifiés. DES MÉDIATEURS CULTURELS UN PEU PARTOUT Les Il existe plusieurs voies pour décrocher un poste. La plus classique consiste à d passer les épreuves des concours afin de devenir, par exemple, administrateur, conservateur ou restaurateur. La sélection est rude. En revanche, d’autres solutions existent pour les métiers de guide ou d’animateur du patrimoine. Pour le premier, il est même possible d’exercer à son compte. Comme les pouvoirs publics valorisent l’accès à la culture pour les populations ou les lieux qui en restent éloignés – comme certains quartiers défavorisés, les prisons ou les hôpitaux –, on recrute de plus en plus de profils de médiateurs culturels. La plupart du temps, les cursus de formation longs s’imposent. Les masters sont même souvent de rigueur. LES CDD COMME PORTES D’ENTRÉE DANS LA PROFESSION En dehors des postes qui s’obtiennent par concours, il est souvent nécessaire de passer par la phase CDD (contrat à durée déterminée) afin d’exercer ses premiers jobs, et cela quel que soit le métier visé. Les revenus des métiers de la culture et du patrimoine couvrent un large éventail. Le plus souvent, un technicien a le statut d’intermittent. Quant aux salaires mensuels bruts, ils varient en début de carrière de 1 800 euros pour un médiateur à 3 500 euros pour un directeur de salle de spectacle selon le lieu. S’il n’est pas question de faire fortune ici, les professionnels témoignent souvent de leur satisfaction à exercer un des métiers du secteur. À la clé, l’épanouissement. VICTOR DAMERVAL 700 000 C’est le nombre de salariés qui interviennent dans le champ culturel. Source : Insee et département des études, de la prospective et des statistiques (Deps) du ministère de la Culture. 34% C’est le pourcentage de salariés exerçant dans le spectacle vivant. Source : Insee et département des études, de la prospective et des statistiques (Deps) du ministère de la Culture. 54 54 JUIN 2013 Keuj(agent : Comillus) pour Air le mag
EMPLOI OINE e la culture 79 000 C’est le nombre de personnes employées par la filière culturelle territoriale. La France compte plusieurs milliers de musées et monuments nationaux. Source : Insee et département des études, de la prospective et des statistiques (Deps) du ministère de la Culture. L’ART ET LA MANIÈRE DE DÉCROCHER UN JOB Obtenir un diplôme, c’est bien, mais l’expérience compte beaucoup. Surtout dans un univers où les postes ne courent pas les rues. On l’a dit, les « stages sont primordiaux pour espérer s’insérer. Une double compétence peut être un atout, ainsi que la mobilité. Mieux vaut être disponible, car les événements culturels se déroulent souvent le soir et le week-end », résume l’Onisep dans sa publication Les Métiers de la culture et du patrimoine*. Faire preuve de mobilité est un gage pour le recruteur. Enfin, on ne compte pas son temps, et il faut savoir s’adapter aux rythmes imposés par l’activité. S’investir au préalable dans le monde associatif, faire du bénévolat dans les activités de la création, des arts ou du patrimoine compte énormément pour décrocher un emploi à terme. De nombreux festivals recrutent des bénévoles partout. Postulez pour un job d’été dans un musée ou un festival. Ici, le réseau compte beaucoup. Multiplier les activités, c’est autant d’occasions de rencontrer des professionnels, qui sauront se souvenir de vous le cas échéant. Bref, investissez-vous ! Détermination et engagement sont deux autres piliers de la réussite. * Les Métiers de la culture et du patrimoine, 55 collection « Parcours », Onisep. 12 euros. LES PROFESSIONNELS DE LA CULTURE ET DU PATRIMOINE Les régions, les départements et les communes emploient de nombreuses personnes, en particulier pour gérer leur patrimoine. Hormis les fonctionnaires, ils font appel à des contractuels pour certaines missions de management culturel ou pour animer des manifestations. Un métier a le vent en poupe : médiateur culturel. Autres pistes : les associations chargées de manifestations culturelles, les centres d’art et les galeries…• Administration et gestion. Ils conjuguent la culture et l’art avec la rigueur et l’organisation. Administrateur de salle, organisateur d’événements, commissaire d’exposition, producteur, programmateur, directeur de musée…• Promotion. Ils valorisent l’art, la culture ou le patrimoine aux yeux du public. Guide conférencier de musée ou de monument, animateur du patrimoine, muséographe, attaché de presse, chargé des relations publiques, critique d’art…• Préservation et restauration. Ils protègent et mettent en valeur monuments historiques et œuvres d’art. Archéologue, restaurateur, conservateur de l’inventaire général, des archives ou du patrimoine, architecte du patrimoine, régisseur d’œuvre d’art, archiviste…• Commercialisation. Ils jouent les intermédiaires entre art et acheteurs, quels qu’ils soient : antiquaire, expert en art, galeriste, commissaire-priseur… ET SUR LE WEB ? www.culture.fr. Le ministère de la Culture et de la Communication, qui définit la politique culturelle et gère des établissements publics, met en ligne toutes les informations sur les filières et les métiers. www.profilculture.com. Ce site met en relation les professionnels avec les recruteurs du secteur. Un moteur de recherche permet d’accéder aux offres d’emploi et aux formations. www.inp.fr. Le site de l’Institut national du patrimoine, établissement d’enseignement supérieur, présente les métiers liés au patrimoine et ses filières. 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :