Air le Mag n°40 juin 2013
Air le Mag n°40 juin 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°40 de juin 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 64,6 Mo

  • Dans ce numéro : Man of Steel... Superman s'envole vers les sommets.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
I CULTURE JEUX VIDÉO LA RÉALITÉ AUGMENTÉE, UN GADGET ? Annoncé il y a plusieurs années comme une révolution, le procédé de la réalité augmentée n’a jamais vraiment été utilisé à bon escient dans le monde du jeu vidéo. Bien qu’assez nombreuses, les tentatives n’ont pas donné de résultats significatifs. En témoigne la toute dernière console portable de Sony, la Play- Station Vita, qui offre cette fonctionnalité à ses utilisateurs mais qui ne possède que très peu de jeux l’exploitant réellement. La société japonaise a par ailleurs essayé à plusieurs reprises d’imposer la réalité augmentée. On pense notamment au jeu EyePet, sorti en 2009 sur PlayStation 3, qui permettait aux joueurs de s’amuser avec un animal de compagnie virtuel. Une idée fort sympathique mais finalement assez limitée dans les faits. Quelques années auparavant, en 2007, toujours sur PS3, The Eye of Judgment avait également vu le jour. Il s’agissait d’un jeu de cartes à collectionner offrant la possibilité de voir les différentes créatures à l’écran grâce à une caméra relativement perfectionnée. Un concept intéressant mais assez maladroitement exploité au final. Peu abordable pour le grand public, aussi bien par son prix que de par la complexité de ses règles, le jeu n’est pas resté dans les mémoires. LES CARTES AU CŒUR DE L’EXPÉRIENCE Reconnaissons-le, Drakerz n’a rien inventé, son concept étant proche de celui de The Eye of Judgment. Cependant, PéoLéo Entertainment, le studio de développement français œuvrant à l’intérieur de l’agence de communication du même nom, a été très malin dans son approche. Partant du postulat que le fantasme de l’hologramme – façon Star Wars – était encore bien présent dans l’esprit des joueurs, les développeurs ont effectué de longues recherches pour parvenir à créer une technologie utilisant de manière intéressante la réalité augmentée. Plutôt que de proposer une caméra onéreuse, PéoLéo a choisi de tout miser sur les cartes à collectionner. Ce sont elles qui sont au cœur de l’expérience et abritent le fruit du travail des développeurs. En les glissant devant l’objectif de n’importe quelle webcam, la conséquence Les cartes placées devant votre webcam sont reconnues instantanément, et vos Drakos prennent vie sans tarder. CULTURE J Drak à l’écran est immédiate, qu’il s’agisse de l’apparition d’une créature ou d’un sort. Avant de lancer une partie, il faut évidemment que les joueurs téléchargent ce que l’on appelle un client. En gros, il s’agit du logiciel qui permet de faire tourner le jeu, qui est gratuit, au contraire des cartes bien sûr. Drakerz reste cependant relativement abordable (voir page ci-contre). Les espèces de Drakos sont multiples. Choisissez le vôtre. LE PUISSANT GOROK À VOS ORDRES Concrètement, Drakerz propose à deux joueurs de s’affronter en ligne lors de combats furieux. La possibilité de jouer seul contre une intelligence artificielle existe aussi. Il y a même une histoire qui enrobe le tout. Pour se battre, les joueurs peuvent choisir parmi six Drakos. Contrairement à ce que leur nom semble signifier, il ne s’agit pas à proprement parler de dragons, mais plutôt de chimères aux looks variés et réussis. Ce sont ces créatures qui apparaissent à l’écran et que le joueur dirige. Chacune possède des pouvoirs, Gorok se met, par exemple, à frapper plus fort s’il domine son adversaire alors que Felis régénère ses propres points de vie lorsqu’il en a besoin. Au fur et à mesure des parties, les Drakos peuvent être personnalisés et gagnent en expérience. Les autres cartes à collectionner possèdent toutes des effets différents. Elles permettent de déclencher des attaques ou encore d’obtenir des bonus de défense. UNE BONNE STRATÉGIE, CLÉ DE LA VICTOIRE Lorsque le joueur place la carte devant la webcam, l’effet est immédiat et le sentiment grisant. Au début d’une partie, le Drako doit être positionné dans un cercle déterminant le point de départ de la créature. L’adversaire en fait de même. Les deux chimères se font alors face. Le but ensuite est de déplacer son Drako dans l’arène avant de lancer une offensive. Ces mouvements sont cruciaux car attaquer l’ennemi de côté ou dans le dos multiplie les 34 34 JUIN 2013
EUX VIDÉO PéoLéo LES CARTES Les Mes de Sefliol Anuce/Aqe...,- erz Resislus Superior Cartes Starter Origines pour débuter, cartes Booster pour frapper encore plus fort… Cent cinquante cartes sont déjà à votre disposition. Aucun risque de s’ennuyer ! • DRAKERZ - CONFRONTATION, UN UNIVERS À DÉCOUVRIR SUR WWW.DRAKERZ.COM 35 À chaque Drako, ses qualités, ses aptitudes spécifiques. DRAKERZ, ÇA COÛTE COMBIEN ? Pour commencer à jouer, il suffit de se procurer un Starter Pack coûtant 10 euros. Il contient quarante et une cartes, dont le fameux Drako. Le Booster qui renferme, lui, neuf cartes, s’obtient au prix de 5 euros. Il permet d’étoffer, de personnaliser son deck. Tous ces packs sont vendus sur le site officiel du jeu (drakerz.com), mais aussi dans plusieurs boutiques partenaires. En revanche, on note que les cartes peuvent s’abîmer assez rapidement. Par ailleurs, il est important de préciser que, selon PéoLéo, le jeu est compatible avec 99% des webcams du marché. dégâts. Les combats se déroulent au tour par tour. Comprenez par là que chaque joueur effectue ses actions avant de laisser l’adversaire faire de même. Et ainsi de suite jusqu’à ce que quelqu’un l’emporte. L’utilisation des cartes de son deck est évidemment cruciale dans l’optique de gagner un match. Chaque déplacement, chaque offensive – normale ou spéciale – doivent être réfléchis. Les règles ne sont pas forcément aisées à appréhender, mais Drakerz propose une réelle profondeur stratégique. DE TROIS À QUATRE MILLE JOUEURS ACTIFS On sent que le résultat dépend de sa motivation et, bien entendu, des cartes en sa possession. Ce qui pousse le joueur à s’en procurer de nouvelles pour être plus fort. C’est le jeu mais aussi, en un sens, le travers de ce genre de titres. Si l’on excepte une interface pas toujours très claire, quelques bugs et un certain manque d’accessibilité des règles, l’ensemble se tient donc vraiment bien. Disponible depuis janvier dernier, Drakerz compte déjà trois à quatre mille joueurs actifs. Voilà qui semble prometteur pour l’avenir de cette sympathique production made in France signée PéoLéo. PIERRE-ALEXANDRE CONTE 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :