Air le Mag n°39 mai 2013
Air le Mag n°39 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 75,8 Mo

  • Dans ce numéro : fast & furious 6, une équipe toujours plus explosive !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 64 - 65  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
64 65
(DÉ) CONNECTÉ Le « LIKE » premier degré C’est le « like » enthousiaste et un peu bêta, qu’on clique sans arrière-pensée, comme quand les Américains lancent « Hey ! What’sup buddy ! » Il s’adresse à tout le monde – de son pire ennemi, dont on n’a pas osé refuser l’invitation sur Facebook, à sa mère, en passant par l’inconnu échoué par hasard sur votre page. Et il s’applique à n’importe quoi : la vidéo d’un enfant qui tombe dans la neige, un statut environnemental débile (« Mort aux vaches ! ») ou la photo d’un pote de pote de pote qui vomit dans les toilettes d’un resto de luxe. On clique, on réfléchira plus tard. Le (DÉ)CON « LIKE » de retour de soirée C’est l’équivalent du « Je t’aime » lancé à tous ses amis (même ceux que vous ne connaissez pas) au milieu d’une fête arrosée… Sauf que là vous êtes seul devant votre ordi. Alors vous « likez » à tout va, sans y réfléchir, les tumblr de chatons mignons, la photo du neveu du collègue de travail, le « RIP Daniel Darc » du voisin… Le lendemain, vous avez oublié cet élan d’amour universel. Et c’est tant mieux. Le « LIKE » qui appelle le « like » Le « LIKE » intéressé N’en déplaise à vous, jeunes naïfs romantiques, le « like » n’est pas toujours gratuit. Il n’est pas toujours non plus le signe d’un intérêt pour votre personne. Ainsi, si Joséphine, la stagiaire de l’étage du dessus, ou Bastien, le créa de votre open space, « aiment » tous vos statuts, c’est peut-être parce que vous avez promis de leur prêter votre perceuse ou votre voiture le week-end prochain. Et ils se rappellent à votre bon souvenir. Ces « like » faux-culs disparaissent généralement après obtention de la chose, et peuvent éventuellement s’inverser en cas de non-retour du bien. 10 bonnes C’est celui des personnes peu actives rai sur Le « LIKE » corporate Facebook ou ayant des publics restreints. Aujourd’hui, vous vous sentez plus en verve que d’habitude, vous avez posté un statut foufou du type « Ce soir PSG-OM : qui va gagner le championnat ? » Cela vous arrive tellement rarement que vous n’apparaissez pas sur le fil d’actualité de vos contacts. Bref, personne n’a vu votre statut, c’est le bide. Seule solution : « liker » tous vos contacts, histoire de vous rendre à nouveau visible et de susciter, en retour, un « like » poli de remerciement. Les grands jours, vous en récoltez deux. Parmi les statuts les plus hypocrites, celui-ci atteint des sommets. Il consiste à passer la brosse à reluire de manière soutenue sur l’ego de son supérieur hiérarchique, ou collègue, ou client, à grands coups de « like » fayots. En gros, tout ce que cette personne dit, fait ou aime sur Facebook, vous aimez. Votre bossinscrit le statut « Cap Ferré, huîtres et vin blanc » ? Vous « likez ». Un commentaire triste sur la mort de Daniel Darc ? Vous cliquez (en précisant, par peur d’être mal compris, qu’« en fait, vous n’aimez pas vraiment, mais bon… »). Une photo de coucher de soleil ? Re- « like ». Ce genre de clic est généralement assorti 64 d’un abonnement à la page officielle de sa boîte. FA-YOT, on vous dit. 64 MAI 2013
Suffisance ? Autosatisfaction ? Appel au « like » ? Façon de faire NECTÉ L’« auto LIKE » croire à plus de popularité ? Personne ne sait très bien. L’« autolike » est le plus bizarre du réseau. Ce qui est certain, c’est que ceux qui le pratiquent n’ont pas compris la règle numéro un de Facebook, qui consiste à s’échanger les bons points (les « like ») sans s’en attribuer soi-même. Ce serait un peu comme s’autoproclamer « personnalité la plus populaire du lycée » alors que personne ne vous connaît. Le « LIKE » d’esquive Totalement lâche, ce « like » sert à répondre à un message gênant du type « Salut, j’espère que tout va bien pour toi, à bientôt, biz » posté sur votre mur par un vieux copain que vous n’avez pas vu depuis le collège et dont vous vous contrefichez, mais dont vous avez accepté l’invitation un soir de faiblesse. Vous le « likez » pour ne pas avoir à y répondre et vous retournez lamentablement Le à vos occupations. Dans la vraie vie, ce « like » équivaut à : « Là, j’peux pas. sons de liker Je suis sous l’eau au boulot, mais on se prend un verre bientôt, sans faute ! » Le de dérapage « LIKE » C’est le clic que vous ne vouliez surtout pas faire. Mais voilà, votre pouce a ripé pendant que vous espionniez honteusement le profil de votre ex ou de ce garçon ou fille charmant(e) croisé(e) en soirée et dont vous cherchez à savoir s’il ou elle a une moitié. À ce moment-là deux solutions : cliquer sur le bouton « J’aime plus » et vous faire griller lamentablement par la personne ou assumer en ajoutant un commentaire : « Sympa, cette photo ! » assortie de moult smileys et en espérant très fort que ce commentaire se noiera parmi d’autres. « LIKE » d’anniversaire C’est le passage obligé de toute personne fêtant son anniversaire et dont les amis ont tenu à marquer l’événement par un laconique « happy birthday ». Vous êtes alors tenu de « liker » une par une ces cinquante mêmes phrases, un peu comme on dirait cinquante fois merci. Joachim Larralde (agent : Talkie Walkie) pour Air le mag Le « LIKE » de personal branding C’est celui qui sert à grandir son image publique. Il consiste à « aimer » les statuts crypto-cool de ses amis hipsters, amateurs de groupes de rock indé, marques de fringues avant-gardistes et bars underground. Tout cela pour faire rejaillir le prestige de cette personne sur votre profil, sur le mode « On a les mêmes goûts, Julien et moi ». Reste à montrer que vous êtes aussi un être cultivé, intelligent et concerné par l’actualité de ce monde, en cliquant sur les statuts évoquant le conflit israélo-palestinien, le réchauffement climatique ou la crise grecque. Même si deux minutes après vous postez un tumblr débile intitulé « Teenage mutant Ninja noses », répertoriant tous les nez de célébrités 65 qui ressemblent à des têtes de tortues Ninja. 65



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :