Air le Mag n°39 mai 2013
Air le Mag n°39 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 75,8 Mo

  • Dans ce numéro : fast & furious 6, une équipe toujours plus explosive !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
Chris W RENCONTRE AVEC La forêt et toutes les créatures qui l’habitent sont en danger. Les hommes-feuilles pourront-ils la sauver ? RENCONT La jeune Mary Katherine aurait-elle imaginé, quelques jours avant sa transformation, avoir un tête-à-tête avec une limace ? SORTIE LE 22 MAI EPIC : LA BATAILLE DU ROYAUME SECRET, de Chris Wedge 40 VOIR AUSSI LA CRITIQUE D’EPIC : LA BATAILLE DU ROYAUME SECRET : chronique en page 12. 40 MAI 2013
RE AVEC CHRIS WEDGE En quête d’aventure CHRIS WEDGE A DÉLAISSÉ LA BANQUISE DE L’ÂGE DE GLACE POUR SE MESURER UNE NOUVELLE FOIS AUX GÉANTS DE L’ANIMATION EN DIRIGEANT UNE ÉPOPÉE FANTASTIQUE EN 3D : EPIC : LA BATAILLE DU ROYAUME SECRET. 2013 Twentieth Century Fox Film Corporation. All rights reserved Epic : la bataille du royaume secret était-il un projet que vous mûrissiez depuis longtemps ? Chris Wedge : Cela fait près de dix ans que j’ai ce film en tête. La production a débuté seulement il y a quatre ans car jusqu’ici les technologies mises à notre disposition n’étaient pas à la hauteur de mes espérances. edge nous sommes passés peu à peu à quelque chose de plus léger. Est-ce que le résultat est différent de ce que vous aviez imaginé au départ ? C. W. : À partir du livre de William Joyce [The Leaf Men and the Brave Good Bugs], qui a aussi participé à l’élaboration du scénario, le projet a évolué à trois reprises. D’un ton très dramatique, Nous souhaitions réaliser un film d’animation à grand spectacle qui allie émotion, action et humour. Une sorte de Seigneur des anneaux, mais à l’échelle d’un jardin. Ce monde peuplé d’esprits de la nature dans lequel est projeté un être humain évoque des films comme Les Aventures de Zak et Crysta dans la forêt tropicale de FernGully ou encore Avatar…C. W. : En vérité, tout est parti d’illustrations de contes et de peintures de l’époque victorienne. Par ailleurs, le rétrécissement de l’héroïne s’inspire bien sûr d’Alice aux pays des merveilles, de Lewis Carroll. Quant à l’aspect des « hommes-feuilles », nous nous sommes tournés vers le folklore japonais pour leur donner une allure de samouraïs. Epic sera proposé en 3D, comme la majorité des films d’animation actuels. Était-ce pour vous indispensable ? C. W. : J’ai toujours été fasciné par l’évolution de la technologie numérique. L’apport de la 3D a révolutionné notre façon de raconter une histoire et nous pousse à explorer de nouveaux genres. Utilisée à bon escient, comme cela a été le cas pour Avatar, elle permet aux spectateurs de vivre une aventure de manière plus immersive. À terme, j’espère que le procédé d’animation deviendra moins contraignant et plus interactif, l’objectif étant de ne pas perdre en cours de route une partie de la spontanéité du projet initial. Dans cette optique, nous cherchons constamment à nous surpasser pour matérialiser à l’écran nos idées les plus folles. À ce propos, quel a été le plus gros challenge à relever sur ce long-métrage ? C. W. : Les textures de Mub, la limace, et Grub, l’escargot. Tous deux nous ont donné pas mal de fil à retordre. Mais aussi 41 les nombreuses scènes de vol à dos de colibri et les cavalcades à travers les branches des arbres que nous souhaitions le plus vertigineuses possible. Vous avez un attachement particulier pour Scrat, l’écureuil de L’Âge de glace à qui vous prêtez votre voix. Éprouvez-vous une affection similaire pour l’un des personnages d’Epic ? C. W. : Cette fois-ci, je n’ai doublé personne. Cela dit, j’aime beaucoup le professeur Bomba qu’interprète Jason Sudeikis. Son côté scientifique un peu fou me plaît bien. Colin Farrell, Amanda Seyfried, Beyoncé ou encore Christoph Waltz, qui vient de remporter un oscar, vous jouissez d’un étonnant casting vocal…C. W. : Je suis heureux de leur participation et je suis d’autant plus satisfait du résultat qu’il s’agissait pour certains de leur première expérience de doublage. Je pense notamment à Colin Farrell et à Beyoncé qui interprètent respectivement Ronin, le héros vétéran et chef des hommes-feuilles, et la reine Tara, qui permet à la forêt de survivre. Ils se sont très vite adaptés. Quel message souhaitiez-vous faire passer à travers votre film ? C. W. : Il s’agit d’une fresque familiale où s’entrecroisent plusieurs quêtes. En mettant l’accent sur l’interaction qui existe entre la nature et ces personnages extraordinaires qui puisent leur force dans leur environnement, j’ai souhaité que les gens prennent enfin conscience que tout est lié. J’espère également que le public remarquera l’évolution avec mes précédents métrages et l’appréhendera comme un véritable film d’aventures et non plus comme un simple dessin animé. À l’instar d’Andrew Stanton qui s’est lancé après Wall-E dans la réalisation de John Carter, êtes-vous tenté par un film avec de vrais acteurs ? C. W. : J’aimerais bien réaliser un film d’aventures, un nouveau film humoristique… et aussi une comédie musicale ! [Rires.] Ma préférence va cependant à l’heroic fantasy. C’est un univers dans lequel les spectateurs peuvent s’immerger totalement. William Joyce et moi partageons la même fascination étrange pour les lutins, les magiciens et les dragons ! [Rires.] PROPOS RECUEILLIS PAR VALÉRIE LEVILAIN 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :