Air le Mag n°39 mai 2013
Air le Mag n°39 mai 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°39 de mai 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 75,8 Mo

  • Dans ce numéro : fast & furious 6, une équipe toujours plus explosive !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
CULTURE INTERVIEW CULTURE INTER ZACH GALIFIANAKIS mise tout sur le trois ZACH GALIFIANAKIS INCARNE LE PERSONNAGE DÉJANTÉ D’ALAN GARNER DEPUIS LE PREMIER VERY BAD TRIP. APRÈS UN DEUXIÈME ENTERREMENT DE VIE DE GARÇON CAUCHEMARDESQUE, L’ÉQUIPE SE RETROUVE POUR UN TROISIÈME PLONGEON AU CŒUR DE LAS VEGAS. Qu’est-ce qui différencie Very Bad Trip 3 des deux précédents opus ? Zach Galifianakis : Dans celui-ci, il y a beaucoup plus d’action. Je pense qu’il y en a même davantage que dans les deux premiers films réunis. La Bradley Coop « Very bad trip nouveauté, c’est le nombre de cascades. Comme vous l’avez dit, Very Bad Trip 3 est plus physique, avez-vous suivi un entraînement spécifique ? Z. G. : Non, on ne s’est pas préparés de manière différente. Une scène a été particulièrement difficile à tourner pour moi parce qu’elle se déroulait en hauteur et que j’ai le vertige ! Où se déroule le film cette fois-ci ? Z. G. : Tout se passe principalement à Las Vegas, pas de lieu exotique ! Comment Todd Phillips, le réalisateur, fait-il évoluer votre personnage ? Z. G. : Alan est forcé de se rendre dans un centre de désintoxication, où il va devoir rester sobre. Il doit faire face à ce changement. Il s’était habitué à sa vie chaotique, mais ses potes viennent le voir et lui expliquent à quel point ils sont inquiets pour lui. Dans ce troisième film, on peut dire qu’Alan grandit… Enfin, légèrement ! VOIR AUSSI LA CRITIQUE DE VERY BAD TRIP 3 : chronique en page 12. 18 18 MAI 2013
n’avoir plus aucun souvenir le lendemain matin. Je m’inspire de Z. G. : Il y en a tellement ! C’est amusant la façon dont certaines VIEW À quel point ressemblez-vous à votre personnage ? Z. G. : En fait, je ne lui ressemble quasiment pas. Sauf peut-être à une époque de ma vie où j’avais l’habitude de trop boire et de ce vécu pour jouer Alan. À part ça, on n’a très peu de points communs. Alan est drôle parce qu’il est maladroit et un peu agaçant. Je trouve que les gens qui ne savent pas ce qu’ils font sont très amusants ! Du coup, jouer ce personnage devient très simple : faire des choses stupides, ça fera toujours rire les gens ! Les films Very Bad Trip ont eu un rayonnement mondial. Qu’est-ce que cela a changé dans votre carrière ? Z. G. : Le plus génial, ce sont les liens que l’on a tissés entre acteurs et avec toute l’équipe. Je me sens vraiment chanceux d’en être arrivé là parce qu’il y a des tas de mecs dehors qui pourraient faire ce job. On a eu de la chance et, pour tout ça, on est vraiment reconnaissants ! En jouant Alan, avez-vous l’impression d’être enfermé dans un rôle ? Z. G. : Pas du tout ! D’ailleurs, c’est moi qui vais incarner le futur James Bond ! Je suis carrément aux anges ! [Rires.] Non, je rigole ! Ce que cherche un acteur, c’est d’abord de jouer des choses différentes afin de trouver son style. Par la suite, lorsqu’on vous propose un rôle, c’est souvent dans ce style particulier. À vous de voir si vous êtes capable de le jouer de manière originale. Le « style Alan », je l’ai assez joué, je passe à autre chose maintenant. Quelle est l’anecdote la plus loufoque qu’on vous a racontée à propos d’une gueule de bois ? er personnes 3 nous » dévoilent leurs histoires de gueule de bois. Par contre, je trouve toujours étrange de parler à des gens qui me voient comme mon personnage. En fait, ils ne me connaissent qu’à travers Very Bad Trip. J’essaye d’être sympa, mais ça n’a rien de fun d’être coincé dans un ascenseur avec ce type de fan. Les gens voudraient faire partie de l’histoire avec moi et, quand ils s’aperçoivent que dans la vraie vie je suis différent de mon personnage, ils sont déçus. Comment décririez-vous le style de Todd Phillips ? Z. G. : Todd est un excellent réalisateur et le chef opérateur est incroyable. Il a un regard plus sérieux, ça apporte de nouvelles choses au comique de situation. Depuis le premier film, Todd a évolué vers une atmosphère plus sombre. Very Bad Trip 3 insiste davantage sur le côté obscur de Vegas. Todd réalise ici un film peu conventionnel. PROPOS RECUEILLIS PAR LUCILE POPP SORTIE LE 29 MAI VERY BAD TRIP 3, de Todd Phillips Vera Anderson/Contour 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :