Air le Mag n°38 avril 2013
Air le Mag n°38 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : Oblivion, Tom Cruise part à la rescousse de la terre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
CULTURE IN CULTURE INTERVIEW Thomas (Max Boublil) et ses futurs beaux-parents, Gilbert (Alain Chabat) et Suzanne (Sandrine Kiberlain). C’est votre première expérience au cinéma. Avez-vous eu le trac avant de tourner ? M. B. : Oui, j’avais le trac ! Je n’étais pas très à l’aise car je suis quelqu’un de plutôt timide. J’avais surtout du mal à y croire ! Cela faisait trois ans qu’on travaillait sur ce film. La vieille du tournage, je me souviens avoir envoyé des SMS au réalisateur en lui disant « Tu te rends compte ? On va tourner avec Alain Chabat !!! » monde se met à chanter, je me rends compte alors vraiment de l’impact d’Internet. Mes chansons ne passent pas à la radio, mais elles sont connues ! Il y a quelques jours, j’étais dans le train, et tout un tas de gamins ont commencé à me prendre d’assaut ! Max B M. B. : Très bien. Danièle Thompson est venue voir Vous serez aussi bientôt à l’affiche du nouveau film de Danièle Thompson, Des gens qui s’embrassent [sortie le 24 avril]. Comment s’est passé le tournage ? Comment peut-on être timide et humoriste en même temps ? M. B. : Il y a un « lâcher-prise » sur scène. C’est comme se jeter à l’eau : une fois qu’on y est, on s’amuse. Mais quand le rideau se ferme, je retourne à la vie normale et j’y suis plutôt timide. mon spectacle l’année dernière et elle a adoré. Elle « les ga m’a rejoint dans ma loge tout de suite après pour me proposer un rôle. Je me suis retrouvé sur le tournage avec Kad Merad et Monica Bellucci, qui jouait rôle de ma belle-mère. C’est étrange de se retrouver avec cette famille, qui est finalement VOIR AUSSI LA CRITIQUE DE LES GAMINS : chronique en page 10. Ce soir, tu vas prendre, J’aime les moches… Quand on voit le titre de vos chansons, on se dit que vous êtes un grand romantique ! M. B. : Bien sûr ! J’aime les moches, c’est une façon de dire que je n’aime pas les filles qui misent tout sur l’apparence. Et Ce soir, tu vas prendre, c’est la déclaration d’amour ultime. Oui, je trouve que mes chansons sont de très belles déclarations d’amour aux femmes ! [Rires.] En vrai, êtes-vous un romantique ? M. B. : Disons que je suis plutôt gentleman avec les femmes : je tiens la porte au restaurant, je paye l’addition… Romantique ? Ça dépend des saisons ! Entre provocation et mauvais goût, y a-t-il une frontière à ne pas dépasser ? M. B. : Pour moi, non ! Plus on me dit que mon sketch est politiquement incorrect, plus j’ai envie de le jouer. Ce qui compte, c’est qu’il me fasse rire avant de faire rire le public. Vingt millions de vues pour J’aime les moches, six cent mille fans sur Facebook : c’est grisant ? M. B. : Au début, les vues ne veulent pas dire grand-chose. Mais, quand j’arrive dans une salle de spectacle, que je prends 8ma guitare, et que tout le assez éloignée de la mienne. Est-ce difficile de conquérir un public plus large quand on est l’idole des ados ? M. B. : En tout cas, c’est le challenge que je me fixe ! Et c’est ce qui se passe avec mon spectacle. Je vois dans les salles des adultes tirés par leurs enfants et qui viennent me remercier à la fin. Votre mère aurait préféré vous voir en avocat ou en chirurgien. Est-ce qu’elle s’en est remise ? M. B. : Oui, bien sûr ! Quand elle vient voir le spectacle, elle rit beaucoup. Ce qui est bien, c’est qu’elle reste très critique : quand quelque chose ne lui a pas plu, elle le dit ! C’est très important pour moi. Max Boublil gamin, il ressemblait à quoi ? M. B. : Un peu timide mais un peu fou aussi ! Je multipliais les bêtises et je me faisais virer du collège. En même temps, je rougissais quand on m’adressait la parole : un vrai paradoxe ! Je n’avais pas la cote avec les filles, je n’étais pas doué en sport, donc il fallait que je me fasse remarquer d’une autre manière. Un peu comme aujourd’hui ? M. B. : En fait, je n’ai pas beaucoup changé. J’ai toujours quatorze ans dans ma tête ! PROPOS RECUEILLIS PAR AMANDINE SCHERER Nicolas Guiraud/Peopleforcinema Productions/Légende Films/Gaumont ; DR 8 AVRIL 2013
LE 17 AVRIL TERVIEW SORTIE LES GAMINS, d’Anthony Marciano oublil mins » 9 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :