Air le Mag n°38 avril 2013
Air le Mag n°38 avril 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°38 de avril 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 21,9 Mo

  • Dans ce numéro : Oblivion, Tom Cruise part à la rescousse de la terre.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
CULTURE PH obliv CULTURE PHÉNOMÈNE CONNAISSEZ-VOUS LE 4K ? À LA 3D, Joseph Kosinski a préféré privilégier la qualité de l’image. Le film sera donc présenté en 4K, un format très supérieur au Full HD, avec une résolution de 4 096 x 2 160 pixels, qui donne l’impression d’« entrer » dans le film et offre un meilleur rendu des couleurs et des contrastes. Les studios Disney ne sont pas au générique d’Oblivion. Le réalisateur de Tron, l’héritage a dû renoncer au parrainage de la grande maison productrice de son premier film, qui, après avoir acheté les droits du roman graphique d’origine, n’assumait pas pleinement le côté SF réservée aux adultes affiché par le projet. Sautant sur l’aubaine, Universal Pictures reprenait aussitôt la production, alléché par le potentiel de ce thriller futuriste et la présence de Tom Cruise dans le rôle principal. « Habituellement, la science-fiction post-apocalyptique est une sorte de conte moral, les humains ont amené la destruction sur eux-mêmes. Ce n’est pas le cas avec Oblivion », jure Arvid Nelson, coauteur du roman graphique, édité chez Radical Publishing. CQFD. Oblivion n’est donc pas un conte, encore moins un conte de fées. Il tendrait plutôt vers le polar parano, sous-tendu par une histoire d’amour, immergé dans un univers de pure sciencefiction, à la manière de… Minority Report, le dernier film du genre tourné par Tom Cruise. Depuis ce gros succès signé Spielberg, onze ans ont passé. Entre-temps, Tom Cruise a incarné l’espion 20 surdoué de Mission : Impossible 3 et 4, le colonel conspirateur de Walkyrie, le producteur véreux et méconnaissable de Tonnerre sous les tropiques, la star déjantée de Rock Forever, le flic justicier dans Jack Reacher… Prouvant, rôle après rôle, qu’il restait un des acteurs les plus talentueux de sa génération. Et qu’il sait, décidément, choisir ses films. Fort de cette réputation, son nom, plus qu’une valeur sûre, est plus que jamais une caution de qualité pour les films qu’il choisit. Joseph Kosinski répète ainsi à qui veut l’entendre que Tom Cruise a en personne repéré son Oblivion, au salon du Comic-Con de San Diego. Il était venu y présenter quelques pages de storyboard de sa BD, en guise de projet de film. Après les avoir vues, l’acteur a voulu le rencontrer. Au cours d’une entrevue de deux heures, le jeune réalisateur lui a raconté tout le film. Convaincu malgré l’absence de scénario, sûr de tenir une bonne histoire, Tom Cruise a décidé dès cette époque, sans l’ombre d’un doute, de participer au film. Vraie ou fausse, l’histoire montre en tout cas qu’avec ou sans Disney on a toujours besoin d’une bonne légende 2011 Universal Studios. Tous droits réservés 20 AVRIL 2013
LE FILM ÉNOMÈNE En 2073, soixante années après une invasion extraterrestre, la Terre n’est plus qu’un champ de ruines stérile et pollué. Les humains ont fui, exilés dans des stations spatiales. Jack Harper (Tom Cruise), un ancien soldat envoyé en mission pour réparer les drones qui patrouillent sur le globe déserté et éliminer les dernières menaces extraterrestres, pense être le seul Terrien à arpenter les lieux. Fasciné par la civilisation terrestre qu’il n’a pas connue, il collectionne les objets de ce passé révolu, nostalgique d’une vie qu’il n’a pas vécue. Son existence est bouleversée lorsqu’il est un jour témoin d’un crash. Il sauve la belle inconnue nommée Julia occupant la capsule, qui dit le connaître. Il ne va pas tarder à découvrir qu’elle n’est pas la seule humaine sur la Terre et qu’une armée de survivants se cachent sous sa surface. Qui est Julia, l’at-il aimé autrefois ? Faut-il croire les résistants qui prétendent détenir une autre version de la guerre passée ? Jack part à la recherche de la vérité, malgré les périls qui l’attendent… et le prix à payer. SORTIE LE 10 AVRIL OBLIVION, de Joseph Kosinski ion pour lancer un film à Hollywood ! Mais Oblivion entrera-t-il luimême au panthéon des films de SF cultes ? Le film a tout pour relever ce défi et même peut-être le remporter. Il y a d’abord son univers post-apocalyptique, créatif et magnifiquement filmé, dont les effets spéciaux ont coûté pas moins de 140 millions de dollars. Sa distribution ensuite, que le réalisateur voulait resserrée, pour mieux se concentrer sur la psychologie des protagonistes. Au côté de Tom Cruise, s’illustrent avec talent la belle Olga Kurylenko (Quantum of Solace), la subtile Andrea Riseborough (Shadow Dancer), le sexy Nikolaj Coster-Waldau (Game of Thrones et Mama) et l’infatigable Morgan Freeman. Mais c’est surtout sur son scénario, inventif de bout en bout, ménageant suspense et émotion à chaque instant, qu’Oblivion mise pour rester dans les mémoires. À l’écriture, le réalisateur a fait appel à Michael Arndt, le scénariste de Little Miss Sunshine, de Toy Story 3 et du futur Star Wars VII. « J’ai été inspiré par les vieux modèles de science-fiction comme The Twilight Zone, confie-t-il. Je voulais bâtir une histoire dramatique qui se joue autour de quelques personnages reliés par de forts enjeux émotionnels, mais qui pose en même temps les grandes questions universelles qui font partie intégrante de la science-fiction, sur notre existence, notre but dans le grand ordre des choses… » Ce vaste programme rencontrera-t-il l’adhésion du public ? À la rédaction, on parie que oui. Réponse dans les salles à partir du 10 avril. DOMINIQUE VALOTTO 21 « Tom Cruise a fait tellement de grands films qu’à travers lui j’ai appris de Stanley Kubrick, Michael Mann, Ridley Scott et Sydney Pollack ! » Joseph Kosinski 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :