Air le Mag n°37 mars 2013
Air le Mag n°37 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 27,7 Mo

  • Dans ce numéro : G.I. Joe Conspiration - 3D, l'action entre dans une nouvelle dimension !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
CULTURE IN Agathe B « au bout d CULTURE INTERVIEW AGATHE BONITZER 6 6 MARS 2013
TERVIEW « La compétition… J’adore ça ! » DANS AU BOUT DU CONTE, ELLE INCARNE UNE JEUNE FILLE À LA CROISÉE DES CHEMINS, HÉSITANT ENTRE LE GRAND AMOUR ET L’AVENTURE. DANS LA VIE, AGATHE BONITZER SUIT SON PETIT BONHOMME DE CHEMIN. SANS HÉSITER. remporte le rôle après des castings serrés ! Ça a été le cas pour convaincre, de préparer son jeu. J’aime travailler, et la compétition, j’adore ça ! onitzer Au bout du conte arrive pour vous après La Belle Personne, Une bouteille à la mer, À moi seule, tous plébiscités par la critique… Connaissez-vous déjà le luxe de choisir vos rôles ou avez-vous de la chance ? Agathe Bonitzer : C’est vrai que j’ai toujours travaillé avec des gens intéressants et que j’ai eu la chance de me voir proposer de bons scénarios. Mais, pour certains films, il a fallu que je Au bout du conte : j’ai vécu un long suspense, avec une sélection u conte » en trois étapes, qui s’est étalée sur quatre mois avant que je sois choisie par Agnès Jaoui. C’est une réalisatrice exigeante, qui veut être sûre de ses choix. Moi, ça me va bien ! J’apprécie les vrais castings, qui permettent à une actrice d’essayer de Comme dans Au bout du conte, vous jouez souvent des filles très jeunes, adolescentes… A. B. : Oui, j’ai vingt-quatre ans, je joue depuis l’âge de treize ans, et j’en ai un peu marre de jouer les éternelles ados ! J’aimerais avoir l’air plus âgée, plus mature. Je crois que ça commence à être le cas, je vais enfin bientôt pouvoir passer à des rôles plus mûrs. Cela dit, incarner la jeune fille ingénue pour Au bout du conte m’a bien amusée. Je suis habituée à des rôles de filles plutôt ironiques, rentre-dedans… Cette fois, je devais jouer la naïve, qui croit au prince charmant et aux contes de fées ! Benni Valsson pour Air le mag. SORTIE LE 6 MARS AU BOUT 7DU CONTE, d’Agnès Jaoui Qu’avez-vous de commun avec elle ? A. B. : Je ne suis pas aussi naïve, ni crédule ! Je ne consulte pas un radiesthésiste non plus. Mais j’avoue que je suis assez romanesque… J’adore les livres, en particulier la littérature classique, et j’assume un côté Emma Bovary ! Et puis je suis très superstitieuse, moi aussi ! Je crois comme elle aux signes du destin. Je vais vous dire : je vois des signes partout ! Votre personnage, c’est un peu le Petit Chaperon rouge… A. B. : Oui, séduite par le loup joué par Benjamin Biolay ! Mais Agnès voulait aussi que je le joue très Peau d’Âne…, amoureuse de son père, bien sûr. Avec une touche Belle au Bois dormant qui attend le réveil… Ce côté princesse, cela vous ressemble ? A. B. : Pas vraiment, même si j’ai adoré le jouer. C’était un rôle très féminin, très apprêté, avec des costumes magnifiques, mais ce n’est pas moi. Je suis très proche de mes parents, j’ai d’excellents rapports avec eux, mais je n’ai pas été élevée dans un univers aussi fermé, cocoonesque et bourgeois. On vous voit dans pas moins de trois films ce printemps [Au bout du conte, Les Nuits avec Théodore, La Religieuse]. Vous travaillez beaucoup ! A. B. : En fait, je suis restée très longtemps sans tourner après le film d’Agnès. Ce sont les hasards de la distribution qui font que tous ces films sortent au même moment. J’ai encore du mal avec les périodes de vide… 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :