Air le Mag n°37 mars 2013
Air le Mag n°37 mars 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°37 de mars 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 27,7 Mo

  • Dans ce numéro : G.I. Joe Conspiration - 3D, l'action entre dans une nouvelle dimension !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 24 - 25  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
24 25
CULTURE MUSIQUE j’ai sorti mon premier album au Canada à vingt et un ans. J’ai CULTURE CARLY RAE JEPSEN MUSIQUE Canadian Shy* LE 19 MARS À BERCY (PARIS) EN PREMIÈRE PARTIE DE JUSTIN BIEBER, LE 8 AVRIL À STRASBOURG. CALL ME MAYBE, LE TUBE DE L’ANNÉE 2012, C’EST ELLE ! ADOUBÉE PAR JUSTIN BIEBER, PARODIÉE PAR LES PLUS GRANDES STARS DE HOLLYWOOD, CARLY RAE JEPSEN A ÉTÉ CONSACRÉE RÉVÉLATION INTERNATIONALE DE L’ANNÉE AUX NRJ MUSIC AWARDS 2013. LA CLASSE ! Racontez-nous l’histoire de ce tube planétaire qu’est Call Me Maybe ? Carly Rae Jepsen : J’ai toujours été timide. J’avais envie d’une chanson dans laquelle j’aurais le courage d’aborder un garçon. Je me suis enfermée trois jours au Canada avec deux de mes meilleurs amis, et nous avons écrit Call Me Maybe. Nous l’avons mise sur Internet et, quelques jours après, c’était le raz de marée ! itv Justin Bieber a beaucoup compté dans ce succès…C. R. J. : C’est mon plus grand supporter ! Quand il a découvert ma chanson, il l’a tout de suite « tweetée » à ses fans et en a enregistré une parodie avec Selena Gomez qui a été vue douze millions de fois sur Internet ! Une très bonne publicité ! Il m’a ensuite proposé de faire sa première partie dans le monde entier. Il a fallu que je me pince pour être sûre que je n’étais pas en train de rêver ! Carly C’est déjà votre deuxième album. Est-ce que le succès est plus facile à gérer quand on a vingt-sept ans ? C. R. J. : Je ne suis plus un « bébé » dans ce métier : je suis montée pour la première fois sur une scène à l’âge de sept ans, Rae Jepsen Vous avez participé à l’émission « Canadian Idol » déjà connu des hauts et des bas. Quand j’étais adolescente, mon groupe et moi jouions dans des bars gratuitement et fabriquions nous-mêmes nos affiches de concert. J’ai eu le temps de profiter de toutes les étapes avant de connaître le succès. [l’équivalent de « Nouvelle Star »]. Est-ce une bonne école ? C. R. J. : C’est un peu comme un camp d’entraînement ! C’est la première fois de ma vie que je me confrontais à la critique. Cette émission m’a permis d’interpréter des chansons d’artistes que j’admire et d’affirmer ma personnalité. À quel moment vous êtes-vous rendu compte que vous aimeriez être chanteuse ? C. R. J. : Le jour où maman m’a fait découvrir Sinéad O’Connor sur une vieille cassette audio. Je suis tombée instantanément amoureuse de sa voix : vulnérable et forte à la fois. Je n’arrêtais pas de l’imiter à la maison. À douze ans, mon père m’a proposé de participer à un concours de chant. J’ai fait une reprise de Eternal Flame des Bangles et j’ai gagné 400 dollars ! Une fortune pour moi à l’époque [rires]. Est-ce que vous connaissez quelques artistes français ? C. R. J. : Pas encore, mais je ne demande que ça ! Mon premier petit ami était français, et j’en garde un très bon souvenir… PROPOS RECUEILLIS PAR AMANDINE SCHERER * « Shy » : « timide », en anglais. Vanessa Heins 24 CARLY RAE JEPSEN KISS, Polydor 24 MARS 2013
Paites un don pour traduir:§) les pollueurs f en justice. SURFRIDER FOUNOATIONEUROPE.UDEZ-NOUS l GARDER LA MER PROPRE. oil.aur ! rider.eu vut.. 11 1 25



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :