Air le Mag n°35bis janvier 2013
Air le Mag n°35bis janvier 2013
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°35bis de janvier 2013

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 56,1 Mo

  • Dans ce numéro : découvrez les origines de Lara Croft.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
CULTURE INTERVIEW Attention, fragile AXELLE LAFFONT AXELLE LAFFONT SE GLISSE DANS LA PEAU D’UNE JEUNE MÈRE DE FAMILLE AU BOUT DU ROULEAU, FILLE D’UNE MAMAN DEALEUSE ! UNE MANIÈRE D’ENTREVOIR QUE LA KAMIKAZE DE L’HUMOUR N’EST PAS QUE RIGOLOTE… CULTURE IN Axelle « Paul SORTIE LE 16 JANVIER PAULETTE, de Jérôme Enrico 22 22 DÉCEMBRE 2012 - JANVIER 2013
TERVIEW Qu’est-ce qui vous a séduite dans cette histoire de retraitée qui se met à vendre du cannabis ? Axelle Laffont : Les personnages sont très méchants, ce qui me fait beaucoup rire en général. J’aime le personnage de Paulette, Lafont ette » Emanuele Scorcelletti cette espèce de vieille dame raciste et odieuse avec sa fille, qui appelle son petit-fils « bamboula ». Dans Paulette, vous héritez d’une mère dealeuse. Est-ce que votre propre maman a déjà vendu du cannabis ? A.L. : Je ne crois pas. Il faudrait lui demander. Je pense même qu’elle n’en a jamais fumé ! Mais je me dis qu’il faudrait peut-être qu’elle essaye ! [Rires.] Vous incarnez la fille de Bernadette Lafont. On peut dire que vous vous en prenez plein la figure pendant le film ! A.L. : Oui ! On ne me voit qu’entre deux portes, et je m’en prends plein la gueule ! C’est ça mon rôle : je sonne chez ma mère et je me fais insulter. C’est un petit rôle, mais vous apportez une touche de douceur et de fragilité dans le monde de brutes de Paulette… A.L. : Oui, c’est ce qui va d’ailleurs finir par l’atteindre… Heureusement ! C’est un rôle particulier. Ce sont des ouvertures de porte avec Bernadette Lafont qui m’envoie valser à chaque fois, pendant que moi je suis au fond du gouffre. C’était très étonnant comme préparation. Même pour le maquillage ! Quand j’arrivais sur le tournage, non seulement on ne me maquillait pas mais, en plus, on me rajoutait des cernes ! Est-ce facile d’accepter des jolis petits rôles comme celui-là ? A.L. : Si le personnage, si petit soit-il, a quelque chose à défendre, pourquoi pas ? Il y a des personnages d’une journée de tournage qui ont une scène vraiment importante… Vieillir, est-ce quelque chose qui vous fait peur ? A.L. : Ah non ! Moi je n’ai pas du tout peur de vieillir ! Je ne suis pas une adepte de la chirurgie esthétique. Il faut savoir accepter les choses. Comme je suis maman, avec, en plus, une fille, ça me paraît naturel de vieillir. Vous êtes très touchante dans le film. Il y a quelque chose de presque naturel dans le fait de vous voir si fragile… A.L. : Les comiques sont souvent de grands angoissés fragiles ! Ils se cachent derrière quelque chose. Personnellement, j’ai une grande fragilité, je suis ultrasensible aussi bien dans l’excès du rire que dans la tristesse. PAULETTE Paulette (Bernadette Lafont) vit seule dans une HLM. En froid avec sa fille, elle survit grâce à ses maigres revenus et ses copines de bridge. Un jour, elle décide de changer de vie et de vendre du shit dans son quartier. Une activité pas de tout repos… Paulette est une comédie française comme on les aime : personnages passés au vitriol, situations comiques mais pas rocambolesques, dialogues qui font mouche. Une petite gourmandise agrémentée d’une brochette d’actrices décapantes. Axelle Laffont apporte la touche de douceur qui fait du bien. Qui a dit que c’était moche de vieillir ? UN FILM DE Jérôme Enrico. AVEC Bernadette Lafont, Dominique Lavanant, Carmen Maura, Axelle Laffont, Mathias Melloul, André Penvern… 23 DURÉE : 1 h 27 CIEL DÉGAGÉ POUR LES MISS MÉTÉO Être Miss Météo à la télévision offre visiblement de belles perspectives de carrière au cinéma. Louise Bourgoin, qui a déjà tourné pour Luc Besson et Anne Fontaine, sera bientôt à l’affiche de Tirez la langue, mademoiselle. Pauline Lefèvre s’est vu offrir un très joli premier rôle par Patrice Leconte l’année dernière, tandis qu’Anne Depetrini est brillamment passée à la réalisation. La plus prometteuse du moment ? Charlotte Le Bon, la Québécoise fun, à l’affiche d’Astérix et Obélix au service de Sa Majesté, qui devrait faire sensation en 2013 dans le nouveau film de Michel Gondry, L’Écume des jours. Vous qui venez de la télé, quel regard vous portez sur elle ? A.L. : La télévision, je la regarde vers 1 h 30 du matin, quand je m’endors. Je vois beaucoup de dessins animés parce que ma fille en regarde pas mal, donc je suis un peu à côté de la plaque… Vous avez ouvert la voie des Miss Météo actrices. Est-ce que cela vous fait sourire de voir que l’équation « météo + humour = carrière au cinéma » devient aujourd’hui systématique ? A.L. : Il y en a qui ont mieux réussi que moi ! Louise Bourgoin, par exemple, fait une vraie carrière ! Je trouve intéressant qu’une jolie fille fasse autre chose que « pot de fleur ». D’ailleurs, je me souviens que, pour ma première météo, j’avais recruté un très joli mannequin pour présenter à ma place et surprendre les gens ! Vous allez réaliser votre premier film, MILF. Comment est née cette envie ? A.L. : C’est un peu une suite logique. J’ai fait plein de trucs différents : j’ai écrit une bande dessinée, j’ai sorti un album, j’ai réalisé deux courtsmétrages… Et là, je me suis lancée dans l’écriture d’un film et je vais le réaliser. Pourquoi ce phénomène des MILF, ces mamans qui font fantasmer les ados, vous a touchée ? A.L. : C’est un peu par hasard que je suis arrivée sur ce thème, mais c’est un sujet qui finalement me concerne directement. Quand on a 40-42 ans, bizarrement, on ne se fait jamais draguer par des garçons de son âge ! Les jeunes ont énormément d’assurance, ils n’ont pas froid aux yeux. Vous faites beaucoup de choses par vous-même. Vous êtes assez débrouillarde, en fait ! A.L. : Par la force des choses, je suis un peu obligée de l’être. Quand j’ai eu ma fille, j’avais envie que les projets viennent à moi, mais il ne s’est pas passé grand-chose ! Donc, je m’y suis remise. Je préfère développer des choses. Je n’aime pas rester dans l’attente. PROPOS RECUEILLIS PAR AMANDINE SCHERER. 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 1Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 2-3Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 4-5Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 6-7Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 8-9Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 10-11Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 12-13Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 14-15Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 16-17Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 18-19Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 20-21Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 22-23Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 24-25Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 26-27Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 28-29Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 30-31Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 32-33Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 34-35Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 36-37Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 38-39Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 40-41Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 42-43Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 44-45Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 46-47Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 48-49Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 50-51Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 52-53Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 54-55Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 56-57Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 58-59Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 60-61Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 62-63Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 64-65Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 66-67Air le Mag numéro 35bis janvier 2013 Page 68