Air le Mag n°33 octobre 2012
Air le Mag n°33 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°33 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 61,8 Mo

  • Dans ce numéro : Nous York, cinq français à New York.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 8 - 9  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
8 9
CULTURE INTERVIEW NOUS YORK Michaël, Nabil et Sylvain ont décidé de partir à New York pour faire une surprise à leurs amies d’enfance Samia et Gabrielle. Une fois l’euphorie de la ville et des retrouvailles passée, les rancœurs et les jalousies refont surface… Ceux d’entre nous qui sont un jour tombés amoureux de la Grosse Pomme seront conquis. Tout y est : Times Square, les stands de hot dogs, les lumières de la ville. Mais, attention, si New York est un personnage à part entière, la famille et les racines sont les thèmes fédérateurs de ce film en forme de cœur. La synergie entre les comédiens fonctionne à merveille et comble de-ci de-là le léger manque d’enjeu scénaristique. La troupe se fait et nous fait plaisir. Quant au caméo de l’actrice angloaméricaine Sienna Miller, il restera sans conteste dans les annales… Un film de Géraldine Nakache et Hervé Mimran. Avec Géraldine Nakache, Leïla Bekhti, Manu Payet, Nader Boussandel, Baptiste Lecaplain, Marthe Villalonga… On sent que la famille et les racines sont des éléments importants dans votre film… G. N. : C’est un leitmotiv qui nous travaille au quo- CULTURE IN tidien. Qui es-tu ? D’où tu viens ? Où tu vas ? C’est un peu l’histoire de mes personnages. À 6 000 km de chez eux, ils transportent des valises pleines de joie, d’amitié, mais aussi de soucis qu’on décide de fuir, mais qu’on ne peut finalement pas éviter… Avez-vous ressenti une certaine pression après le succès de Tout ce qui brille ? G. N. : Il y a de la pression quand on sort un film quel qu’il soit ! Un million quatre cent mille personnes ont suivi nos aventures, et ils vont nous retrouver dans cette histoire de famille. C’est évident qu’ils vont nous attendre, mais c’est bienveillant, ils ont envie de nous suivre. Nous avons aussi fait ce film pour eux ! Pour leur dire que nous n’avons pas fini de leur raconter des histoires. C’est vrai qu’il y a une continuité entre les deux films… G. N. : À moins qu’on ne passe au western, il y aura toujours de la continuité dans nos films ! Choisir ses amis pour jouer dans son film, c’est une solution de facilité ou est-ce que ce sont vraiment les meilleurs ? G. N. : C’est les deux ! On croit que c’est facile, mais ce n’est pas forcément le cas ! C’est plus compliqué de parler à des gens qu’on connaît bien et de leur dire ce qu’ils doivent faire qu’à des inconnus qu’on a juste engagés pour faire un film. Mais nous étions comme une vraie famille. M. P. : On a quand même eu des moments de blues, parce que c’est une très grande ville, qui vous oblige à être sans cesse en mouvement… Comment s’est passée la rencontre avec Sienna Miller, les garçons ? Baptiste Lecaplain : J’ai appris que j’avais une scène de baiser avec une actrice américaine pendant le tournage. J’entendais des noms circuler et je me disais : ah ouais, pas mal ! Sienna Miller est arrivée à la fin du tournage : elle a été adorable, très sympa ! Nous étions super-intimidés… Enfin, surtout moi ! M. P. : Il y a plein de comédiens américains qui apparaissent dans le film ! L’un des personnages de la maison de retraite a joué dans Cocktail, un autre dans Maman, j’ai raté l’avion ! B.L. : On a même eu sur le plateau des mecs qui jouaient dans Les Experts ! Géraldine N Nous Une bande de Français à la découverte d’une ville magique, mythique… Baptiste, est-ce que vous avez été bizuté parce que vous êtes le dernier de la bande ? B.L. : Pas du tout ! C’est mon premier film, et je ne pouvais pas rêver de mieux pour commencer ! C’est comme la conduite accompagnée avec Alain Prost ! J’ai beaucoup appris, c’est un film de bande, on se renvoyait la balle.L. B. : Baptiste était un partenaire extraordinaire. On ne sentait pas que c’était son premier film ! Il y a même une scène où j’étais encore plus stressée que lui ! Il m’a beaucoup aidée à ce moment-là. En général, c’était facile, sauf avec Nader : on commençait toujours les prises avec lui, sinon il fatiguait vite, comme les enfants [rires]. 8 8 OCTOBRE 2012 Vertigo Productions 2012 | Jackson Lee Davis
TERVIEW Quel est votre meilleur souvenir de tournage ? G. N. : La dernière séquence qu’on a tournée. C’était la nuit, il faisait froid, il pleuvait. Manu devait lancer sa chaussure et faire en sorte qu’elle s’accroche à un câble électrique, comme on le fait beaucoup à Brooklyn. On avait cinq minutes pour tourner cette scène entre deux averses. Il a réussi du premier coup ! Personne n’en revenait. C’était comme dans New York New York, que chante Sinatra : « Si tu peux le faire ici, tu peux le faire partout ». M. P. : On était en chaussettes dans l’eau, c’était un truc de dingue ! L’explosion de joie qu’on voit dans le film est vraiment sincère ! L. B. : À ce moment-là, je les ai regardés et je me suis écriée : « Putain, les gars, on a fait un film à New York ! » PROPOS RECUEILLIS PAR AMANDINE SCHERER akache… york « C’est une très grande ville, qui vous oblige à être sans cesse en mouvement… » 9 9



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 1Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 2-3Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 4-5Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 6-7Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 8-9Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 10-11Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 12-13Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 14-15Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 16-17Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 18-19Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 20-21Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 22-23Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 24-25Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 26-27Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 28-29Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 30-31Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 32-33Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 34-35Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 36-37Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 38-39Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 40-41Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 42-43Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 44-45Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 46-47Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 48-49Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 50-51Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 52-53Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 54-55Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 56-57Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 58-59Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 60-61Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 62-63Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 64-65Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 66-67Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 68