Air le Mag n°33 octobre 2012
Air le Mag n°33 octobre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°33 de octobre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 61,8 Mo

  • Dans ce numéro : Nous York, cinq français à New York.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
CULTURE INTERVIEW NOUS YORK CULTURE IN La Grosse Pomme sans pépins ! Manu Payet, Baptiste Lecaplain, Leïla Bekhti, Nader Boussandel et Géraldine Nakache. Géraldine N Nous 6 6 OCTOBRE 2012
TERVIEW ET À LA FAMILLE, CELLE QU’ON A CHOISIE. PREMIÈRE INTERVIEW APRÈS LE SUCCÈS DE TOUT CE QUI BRILLE, LA TEAM DE GÉRALDINE NAKACHE REVIENT POUR UN HOMMAGE À NEW YORK POUR GÉRALDINE NAKACHE, LEÏLA BEKHTI, MANU PAYET, NADER BOUSSANDEL ET BAPTISTE LECAPLAIN. akache… york François Berthier/Contour by Getty Images pour Air le mag Maquillage : Aurélie Bouchet. Coiffure : Franck Nemoz. Stylisme : Sophie Clauzel NEW YORK, STAR FOREVER Comme on peut le voir, vous vous détestez tous… Manu Payet : Tout à fait, mais c’est très récent ! Géraldine, depuis quand aviez-vous envie de faire ce film ? Géraldine Nakache : Après la sortie de Tout ce qui brille, Hervé [Mimran, coréalisateur] et moi avions envie de ne pas arrêter l’histoire. L’idée de base était de parler de la famille. C’est un sujet qui nous tient à cœur. Faire un film sur la famille avec des amis. Pour New York, c’est Manu qui nous a dit un jour : « Vous adorez cette ville, pourquoi ne pas tenter cette aventure là-bas ? » M. P. : C’est sûr que c’est plus sympa que Reims ! Qu’est-ce qui est le plus difficile quand on tourne à New York ? G. N. : De gérer les comédiens ! Quand on les laisse, ils mangent des burgers ! Est-ce que vous vous êtes mis au régime en rentrant ? Nader Boussandel : Pas du tout ! J’ai persisté ! D’ailleurs, je mange un burger au moment où je vous parle ! New York et le cinéma entretiennent une grande histoire d’amour. New York est de tous les films : de Manhattan à Independence Day, en passant par Spider-Man, Taxi Driver ou encore New York 1997. Woody Allen, Martin Scorsese et Spike Lee sont ses plus grands fans. Dans le cinéma américain, New York a été détruit par des météorites, attaqué par des extraterrestres, a servi de lieux d’errance. New York a même assisté à la naissance des plus belles histoires d’amour du cinéma américain ! Les Français aussi ont su lui rendre hommage : comment ne pas sourire aux souvenirs du Gendarme à New York, avec Louis de Funès, ou, plus récemment, s’émerveiller devant le jubilatoire 2 Days in New York, de Julie Delpy. New York est définitivement une vraie star ! Leïla, c’était la première fois que vous alliez à New York. Qu’avez-vous ressenti ? Leïla Bekhti : Dans le scénario, on est censés habiter à New York depuis deux ans, mais, moi, je me sentais plutôt comme les trois garçons qui découvrent la ville pour la première fois. J’étais très émue d’être là-bas, et très heureuse, d’autant plus que c’est grâce à Géraldine et à Hervé ! J’avais l’impression de connaître la ville par cœur tellement on a l’habitude de la voir dans les films ! Y a-t-il une histoire d’amour naissante entre vous et New York ? L. B. : J’y suis retournée quelques mois plus tard, mais j’attends d’avoir un aussi grand coup de foudre qu’avec Paris. 7 SORTIE LE 7 NOVEMBRE NOUS YORK, de Géraldine Nakache et Hervé Mimran Le titre du film a-t-il été le fruit d’un long processus de création ? G. N. : On cherchait depuis un bon moment. On remplissait des pages et des pages de notre carnet de titres. Et puis, un jour, Hervé me « skype » avec un ami et me dit : « Ne t’énerve pas, on a trouvé un titre : Nous York ! » Sur le coup, j’ai eu envie d’en prendre un pour taper sur l’autre, et la minute d’après je me suis dit : mais, évidemment, c’est nous, quoi ! À quoi ressemblait votre vie en dehors des tournages ? G. N. : On était submergés par la ville, comme le sont les personnages.L. B. : En même temps, on s’est fait notre petite vie ! On avait un supermarché en bas de la maison et on faisait nos courses, on se préparait à dîner… G. N. : Il fallait trouver une familiarité avec la ville, hors du tournage, parce qu’on avait besoin de se retrouver un peu chez nous. Au début, les weekends, on avait une frénésie de shopping. Ensuite, on a vécu un peu les uns sur les autres, comme dans « Secret Story ».• 7



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 1Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 2-3Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 4-5Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 6-7Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 8-9Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 10-11Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 12-13Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 14-15Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 16-17Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 18-19Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 20-21Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 22-23Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 24-25Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 26-27Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 28-29Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 30-31Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 32-33Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 34-35Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 36-37Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 38-39Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 40-41Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 42-43Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 44-45Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 46-47Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 48-49Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 50-51Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 52-53Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 54-55Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 56-57Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 58-59Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 60-61Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 62-63Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 64-65Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 66-67Air le Mag numéro 33 octobre 2012 Page 68