Air le Mag n°32 septembre 2012
Air le Mag n°32 septembre 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°32 de septembre 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 25,2 Mo

  • Dans ce numéro : Les Seigneurs, l'équipe qui va vous faire enfin rêver !

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
RENCONTRE AVEC RENCONT VINCENT LACOSTE fait sa rentrée Vincent 40 40 SEPTEMBRE 2012
Est-ce compatible d’être timide et comédien ? V.L. : Oui, parce que ce sont deux choses diffé- RE AVECrentes. Quand on est timide dans la vie, on a peur Lacoste Vous êtes à l’affiche d’Astérix et Obélix : au service de Sa Majesté, qui sortira le 17 octobre prochain. Comment s’est passé le tournage ? V.L. : C’était énorme ! On a tourné en Hongrie, à Malte, en Daniel Angeli I DR EN SEPTEMBRE, POUR LA PREMIÈRE FOIS AU THÉÂTRE, PUIS CHEZ ASTÉRIX ET OBÉLIX EN OCTOBRE, LA RENTRÉE S’ANNONCE BIEN REMPLIE POUR L’EX- « BEAU GOSSE » DE RIAD SATTOUF, ÂGÉ AUJOURD’HUI DE DIX-NEUF ANS. Comment tout a commencé pour vous ? Vincent Lacoste : Un peu par hasard. J’étais à la cantine quand on m’a donné un papier pour un casting. Je me suis présenté et j’ai été pris pour Les Beaux Gosses, de Riad Sattouf. Finalement, j’ai bien fait de manger à la cantine ! Avant, je n’avais jamais envisagé de devenir comédien. En fait, je ne savais pas ce que je voulais faire : j’étais en troisième, je voulais aller au lycée. Je me disais que ce serait déjà bien. Il y a un an, j’ai eu mon bac et maintenant je vis du cinéma. Mes parents m’ont toujours laissé faire, ils voulaient juste que j’aie mon diplôme. Ils sont contents de ce qui m’arrive, ils me laissent décider, et c’est très bien comme ça. Irlande… C’est assez impressionnant ce genre de tournage : plusieurs équipes se relayaient parfois dans la même journée. Il y avait énormément de monde. On s’est bien amusés, même si ce n’était pas toujours évident car je passais le bac en même temps. Quand on tournait en Hongrie, je devais réviser le soir en rentrant à l’hôtel. C’était stressant. Lisiez-vous Astérix plus jeune ? V.L. : Bien sûr ! Je suis un grand fan ! J’ai tous les albums ! En plus, Astérix et Obélix chez les Bretons, c’était mon préféré. Dans ce film, vous jouez un jeune homme obsédé par son apparence. Êtes-vous comme ça dans la vie ? V.L. : Un peu moins quand même. Je me préoccupe un peu de mes vêtements, je vérifie que mes cheveux ressemblent à quelque chose, mais je ne passe pas des heures à les coiffer. Je passe la main dedans, et c’est bon ! Comment s’est passée votre rencontre avec Édouard Baer, qui y reprend le rôle d’Astérix ? V.L. : On s’est bien entendus tout de suite, on était très proches. Il m’a accompagné, rassuré, il m’a pris sous son aile. Il est drôle, gentil et généreux. Il vous a aidé à réviser le bac… V.L. : [Rires.] Je ne suis pas sûr qu’il soit très au point en maths. Dans la pièce d’Édouard Baer, À la française, vous êtes Jean-Pierre, le stagiaire. Avez-vous peur de monter sur scène ? V.L. : On a déjà joué la pièce à Saumur devant près de mille six cents personnes. La première fois, j’étais stressé, anxieux, mais je n’ai pas vomi ! J’ai une peur bleue de vomir. Édouard nous a emmenés derrière le rideau et nous a rassurés, Leïla et moi. On était quand même très angoissés au moment de monter sur scène. d’être soi-même. Personnellement, quand je monte sur scène, je m’oublie, je me lâche, donc je ne suis plus timide. Mais le cinéma ne m’aide pas à vaincre ma timidité au quotidien. Au contraire… Après Les Beaux Gosses, j’étais encore plus timide, parce que les gens avaient une image de moi bien particulière. La timidité ne m’empêche pas d’être comédien, mais je suis toujours anxieux. La pièce parle de redorer l’image des Français. Êtes-vous attaché à la culture française ? V.L. : La culture française m’intéresse beaucoup, que ce soit le cinéma ou la littérature. Je ne vais voir quasiment que des films français. Je ne suis pas d’accord avec ceux qui critiquent le cinéma français : je trouve qu’il est très divers et de qualité. Dans la pièce, vous chantez. C’était dur ? V.L. : En fait, j’essaie surtout de cacher ma voix ! D’ailleurs, je me suis fait remonter les bretelles par Édouard parce que je ne chantais pas assez fort. Il a tout de suite senti que j’avais une « grande voix », donc il m’a mis au milieu de plusieurs personnes. J’ai juste un problème de rythme, c’est embêtant quand on chante à plusieurs. Qu’est-ce que Les Beaux Gosses ont changé pour vous ? V.L. : Presque rien. Si ce n’est que j’ai continué à faire du cinéma ensuite. C’est vrai que les gens me reconnaissent un peu dans la rue, mais on ne peut pas dire que je suis célèbre. Avez-vous l’impression d’être devenu un beau gosse aujourd’hui ? V.L. : Pas vraiment, non. En réalité, « beau gosse », ça ne veut pas dire grand-chose… PROPOS RECUEILLIS PAR AMANDINE SCHERER 41 LEUR PREMIÈRE FOIS À PARTIR DU 21 SEPTEMBRE À LA FRANÇAISE, Une pièce d’Édouard Baer, avec Vincent Lacoste, Leïla Bekhti, Atmen Kelif. AU THÉÂTRE MARIGNY Vincent Lacoste et Leïla Bekhti feront leurs premiers pas au théâtre sous la direction d’Édouard Baer dans À la française, une pièce qui passera au peigne fin l’image des Français. L’histoire : à la veille d’une réunion du G20, Édouard Baer et sa troupe tentent de redorer le blason des Français et de faire oublier leur image de « grognons, sales, vieux, arrogants ». Pour Leïla Bekhti, bientôt à l’affiche de Nous York, le nouveau film de son amie Géraldine Nakache, l’expérience est forte : « Grâce à Édouard, je ressens des émotions que je n’ai jamais ressenties. J’avais vu au moins 457 fois ses pièces. Quand il m’a proposé de rejoindre sa troupe, j’ai accepté d’emblée. Sans savoir de quoi parlait la pièce. » Pour son retour au théâtre deux ans après Miam Miam, l’acteur et scénariste réunira également quelques-uns de ses comédiens fétiches, comme Atmen Kelif, Lionel Abelanski et Léa Drucker. 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 1Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 2-3Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 4-5Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 6-7Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 8-9Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 10-11Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 12-13Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 14-15Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 16-17Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 18-19Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 20-21Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 22-23Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 24-25Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 26-27Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 28-29Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 30-31Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 32-33Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 34-35Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 36-37Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 38-39Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 40-41Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 42-43Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 44-45Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 46-47Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 48-49Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 50-51Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 52-53Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 54-55Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 56-57Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 58-59Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 60-61Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 62-63Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 64-65Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 66-67Air le Mag numéro 32 septembre 2012 Page 68