Air le Mag n°31 juillet 2012
Air le Mag n°31 juillet 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°31 de juillet 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 56,8 Mo

  • Dans ce numéro : Batman sort de sa retraite et prend sa revanche.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 40 - 41  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
40 41
RENCONTRE AVEC RENCONT Bérénic Reb BÉRÉNICE BEJO donne de la voix IRONIE DU DESTIN. BÉRÉNICE BEJO, CÉSARISÉE POUR SON RÔLE MUET DANS THE ARTIST, PRÊTE AUJOURD’HUI SA VOIX À UN PERSONNAGE DE DESSIN ANIMÉ : ELLE EST MÉRIDA, L’HÉROÏNE DE REBELLE, DERNIER-NÉ DES STUDIOS PIXAR. 40 40 JUILLET-AOÛT 2012
RE AVEC e Béjo elle Robert Mankoff – August-Agence A | Disney/Pixar. All rights reserved Dans Rebelle, Mérida, l’impétueuse fille du roi Fergus, ne craint pas de défier toutes les conventions. SORTIE LE 1 ER AOÛT REBELLE, de Mark Andrews Comment s’est passé votre dernier festival de Cannes ? Bérénice Bejo : J’étais très angoissée. Avec le recul, je trouve que ce n’est pas très naturel de venir dire bonjour à une salle de trois mille personnes, avec, en plus, des milliers de téléspectateurs qui vous regardent ! [Rires.] J’ai dû prendre sur moi et me dire qu’une actrice césarisée doit être assez forte et professionnelle pour réussir cet exercice au mieux. J’ai beaucoup travaillé, j’ai passé deux jours à apprendre le texte par cœur et à le répéter une trentaine de fois sur scène. Est-ce la première fois que vous doublez un dessin animé ? B. B. : Oui, et j’espère que ce ne sera pas la dernière ! L’idéal serait de le faire une fois tous les ans. Je suis très fière qu’on ait pensé à moi. Il y a des années que je rêve de doubler ! Entrer dans le corps d’un personnage, c’est un travail très physique, et j’adore ce type de défis. Est-ce plus difficile que de jouer la comédie ? B. B. : C’est plus intense surtout. Pendant le doublage, je n’avais pas une minute à moi. J’étais très concentrée, car c’est un travail très précis. Le texte doit correspondre à l’énergie du personnage, à l’esprit du réalisateur américain, les paroles doivent être raccords avec les mouvements de la bouche animée. C’est beaucoup de contraintes, mais j’aime ça. Est-ce que vous êtes vous-même une rebelle, ou est-ce que vous l’avez été plus jeune ? B. B. : Quand j’avais l’âge de Mérida, l’héroïne de Rebelle, je n’étais pas très rebelle, justement. Je me sentais bien dans ma famille, je n’étais pas en rébellion contre mes parents. Aujourd’hui, je suis un peu plus rebelle, dans la mesure où personne ne m’impose quoi que ce soit. Je n’ai pas de plan de carrière. Mon agent ne va pas m’imposer un rendez-vous ou un film uniquement parce que ça ferait bien de le faire. Je veux vivre ma vie. Je n’ai pas envie que l’on m’explique ce qui est bien ou mal : j’ai envie de découvrir les choses par moi-même, et je trouve que c’est un super message pour les jeunes filles d’aujourd’hui… 41 Finalement, Rebelle se révèle être un conte très féministe… B. B. : Oui ! Aujourd’hui, les femmes travaillent, vivent leur vie, font ce qu’elles ont envie de faire, mais ça ne les empêche pas de tomber amoureuses ou de devenir mamans. Le conte montre aussi qu’à l’adolescence on a parfois du mal à s’entendre avec les adultes, mais que, en fait, les parents font tout ce qu’ils font par amour, au risque de parfois se tromper. Un jour, il faut aussi accepter de voir partir son enfant et le laisser vivre sa vie comme bon lui semble. Le message du film, c’est « on s’aime quoi qu’il arrive » et c’est le plus important. C’est la maman qui parle ? B. B. : [Sourire.] Je suis une jeune maman… mais, c’est vrai, que je n’ai plus vingt ans. Avec le recul, on repense à l’adolescence et on se dit que, parfois, on a été un peu dur avec nos parents. Quand vous avez décidé d’être actrice, vos parents ont-ils compris ce choix ? B. B. : Mon père était réalisateur en Argentine avant que je naisse, et ma mère est avocate. À partir du moment où je continuais mes études, mes parents ne m’ont pas trop embêtée. À l’inverse de Mérida, je disais oui à tout : j’allais en cours, mais, en parallèle, je prenais des leçons de théâtre. Quels étaient vos rêves de petite fille ? B. B. : Je rêvais d’être actrice, de jouer au cinéma et, bien sûr, de rencontrer quelqu’un, comme toutes les petites filles qui ont grandi avec les films Disney. Aujourd’hui, tout va plutôt bien pour moi. Mais la chance, ça se travaille. J’en ai eu beaucoup, mais il faut savoir l’entretenir, faire les bons choix. Si on ne l’entretient pas, elle ne sert à rien. Est-ce difficile d’être dépendante du désir des autres, des metteurs en scène, des réalisateurs ? B. B. : Cela fait partie du jeu. J’ai eu des périodes où j’ai moins travaillé, où j’ai été moins désirée. Maintenant, ça va mieux. L’année prochaine, tout sera peut-être différent, mais ça ne me dérange pas. Je laisse les choses venir, j’essaie de ne pas trop m’angoisser. Dans ces moments-là, il est important d’avoir une famille. Il y a le boulot, mais il ne faut pas oublier l’épanouissement personnel. Je mène la vie que je veux. Le césar, ça rassure ou ça met la pression ? B. B. : Cela rassure ! C’est comme un message d’encouragement. J’en avais besoin… PROPOS RECUEILLIS PAR AMANDINE SCHERER PIXAR : DES PROJETS À FOISON Alors que Rebelle sort le 1 er août, pas de répit pour les studios Pixar, qui ont d’ores et déjà quatre projets en chantier : le 24 juillet 2013 devrait en effet sortir Monsters University, qui n’est autre que la préquelle tant attendue de Monstres & Cie. Il faudra ensuite attendre 2014 pour découvrir The Good Dinosaur, qui répondra à cette question excitante : et si les dinosaures n’avaient pas disparu ? 2015 devrait voir naître le nouveau bébé de Pete Docter, heureux scénariste des deux premiers Toy Story. L’histoire se déroulera dans l’esprit humain. Autre Pixar prévu pour 2015 : Día de los Muertos, un dessin animé sur la Fête des morts au Mexique. Un film très original qui nous plongera au cœur des croyances de ce pays coloré. Prends garde à toi, DreamWorks, les studios Pixar font le plein de munitions ! 41



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :


Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 1Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 2-3Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 4-5Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 6-7Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 8-9Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 10-11Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 12-13Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 14-15Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 16-17Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 18-19Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 20-21Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 22-23Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 24-25Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 26-27Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 28-29Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 30-31Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 32-33Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 34-35Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 36-37Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 38-39Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 40-41Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 42-43Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 44-45Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 46-47Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 48-49Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 50-51Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 52-53Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 54-55Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 56-57Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 58-59Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 60-61Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 62-63Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 64-65Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 66-67Air le Mag numéro 31 juillet 2012 Page 68