Air le Mag n°30 juin 2012
Air le Mag n°30 juin 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de juin 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 54,5 Mo

  • Dans ce numéro : mobilisation générale pour « Medal of Honor: Warfighter ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
INSTANT SPORTIF Il y a deux ans, lors de la Coupe du monde, Raymond Domenech, alors sélectionneur, avait fait appel à vous lors d’un stage élargi avant le départ pour l’Afrique du Sud. Mais il ne vous avait finalement pas retenu. Quel souvenir gardez-vous de ce moment ? YannM’Vila : Cela reste un bon souvenir. J’avais été très surpris de faire partie des trente, parce que je n’avais qu’une seule vraie saison derrière moi. C’était flatteur. J’avais été très ému d’être appelé. La déception de ne pas être du voyage avait été courte. J’avais pris cela comme un encouragement pour la suite. Deux ans plus tard, vous êtes devenu un membre très actif de cette équipe de France. Comment vous sentez-vous au sein de ce groupe ? Y. M. : Je me suis bien adapté, même si ce n’est pas un groupe comme un autre. Dans un club, vous voyez vos partenaires tous les jours. Là, c’est très espacé, et il arrive en plus que vous ne soyez pas appelé. Je reste un jeune joueur, et c’est un moment toujours particulier quand je suis sélectionné et quand je retrouve tous ces joueurs venus des grands clubs. Je ne crois pas être quelqu’un de compliqué et je ne vois pas non plus le foot comme quelque chose de compliqué. Ce qui compte, c’est d’avoir envie de jouer, et j’ai vraiment envie de jouer dans cette équipe. Éprouvez-vous de la timidité au contact de ces joueurs parfois plus renommés que vous ? Y. M. : Non, je pense être assez sociable et je parle à tout le monde. Avec moi, le contact s’établit facilement. Il y a évidemment des joueurs dont je suis plus proche, comme Mamadou Sakho. Mais j’adore parler avec des joueurs plus expérimentés, comme Cédric Carrasso, Hugo Lloris ou Alou Diarra. J’apprends énormément avec eux. Qu’attendez-vous de cet Euro sur un plan personnel et collectif ? Y. M. : Sur un plan personnel, d’avoir du temps de jeu et évidemment d’être bon. Sur un plan collectif, de montrer que cette équipe vaut mieux que ce qu’on a pu en dire car on s’est vraiment battus au cours des deux dernières années. La qualif n’a pas été facile, il y a eu beaucoup de critiques, mais, au final, nous sommes là, et je pense que nous pouvons aller jusqu’au bout. Cette équipe est très déterminée et possède de gros talents individuels. Laurent Blanc lui a redonné de l’élan. Après des prestations en demi-teinte, cette équipe de France a montré un autre visage, plus séduisant, contre l’Allemagne face à qui elle s’est imposée le 29 février. Cette rencontre a-t-elle été un tournant pour vous ? Y. M. : Moi, je n’ai pas réussi mon match, et cela reste donc une petite déception sur le plan personnel. Sinon, l’équipe a montré qu’elle avait du caractère et de la force en allant gagner chez l’un des deux favoris de cet Euro, avec l’Espagne. Il y a du mental dans ce groupe. Après ce qui s’est passé en Afrique du Sud, on a réussi à ramener les supporters vers nous, même s’il y a eu moins de monde qu’avant pour nous regarder. Je crois qu’aujourd’hui les gens comprennent qu’on peut leur redonner du plaisir. Quel souvenir gardez-vous de votre première sélection avec l’équipe de France contre la Norvège en 2010 ? Y. M. : C’est une énorme source de fierté. Quand vous enfilez le maillot pour la première fois, avec ce coq sur la poitrine, c’est forcément quelque INSTANT L’INTERVIEW YANN M’VILA EST DEVENU L’UN DES ROUAGES ESSENTIELS DE L’ÉQUIPE DE FRANCE DE FOOTBALL. POUR AIR LE MAG, IL ÉVOQUE CET EURO OÙ LES BLEUS NE DEVRONT PAS ÊTRE PRIS À LA LÉGÈRE. YANN M’VILA « La France peut gagner ! » chose de particulier. Quand j’étais petit, je rêvais de ce moment-là. L’euro J’aimais le football comme un gosse passionné. Contre la Norvège, je me suis dit : super, tu y es, mais maintenant il faut que tu y restes, et ça, c’est un peu plus compliqué. Mais je n’avais pas le trac. On dit que le mental est l’un de vos points forts… Y. M. : Pour moi, le foot, c’est la bagarre. Contre la Norvège, je me suis dit que je n’avais rien à perdre. Je me dis toujours ça. Sur un terrain, je me fiche de savoir quel est le numéro sur mon maillot, de savoir si je suis beau ou pas, j’y vais ! Avec le temps, j’ai gagné de l’expérience et de la confiance. Techniquement, j’ai progressé en étant notamment plus offensif que dans le passé. J’ose davantage. Et, à la veille de cet Euro, je pense que la France peut gagner. On ne doit pas penser le contraire. Lorsque vous étiez plus jeune, quel souvenir de l’Euro vous a marqué plus que les autres ? Y. M. : Lorsque Trezeguet marque le but de la victoire en 2000 contre l’Italie. Voilà, connaître un moment comme celui-là avec l’équipe de France, ce serait beau ! Cette période de l’équipe de France m’a beaucoup marqué. Enfant, je regardais Patrick Vieira et Claude Makelele qui occupaient des postes similaires au mien et qui formaient un super binôme en équipe de France. Ce sont des exemples. Il faut s’en inspirer pour espérer gagner. PROPOS RECUEILLIS PAR YANNICK COCHENNEC 50 50 JUIN 2012
SPORTIF Pol Emile/Sipa | DR | Journaliste shopping : Yannick Breton 1 2012 6 1/MAILLOT. Fabriqué avec un tissu anti-transpiration pour plus de confort sur le terrain comme dans les gradins, portez fièrement les couleurs des Bleus. En polyester 100% recyclé (en moyenne, sept bouteilles en plastique recyclées sont utilisées pour fabriquer un maillot). Maillot de football réplique officielle FFF, Nike, 80 €. Go Sport. 2/MAILLOT. Portez les couleurs de votre équipe préférée avec les répliques des maillots Adidas de l’Euro 2012. Cette reproduction du maillot porté par les joueurs de l’équipe de Grèce est conçue avec Climacool , qui régule la transpiration. Greece Home Jersey, Adidas, 80 €. 3/GANTS pour gardien de but, avec protection contre les torsions. Adhérence totale et confort maximal à chaque prise de balle. Protection brevetée Flextec : liberté de mouvement totale pour les doigts sans risque de se les tordre. PowerCat 1.12 Protect, Puma, 85 €. 4/CHAUSSURES. Elles n’ont pas que belle allure, elles sont aussi très confortables et amélioreront vos performances grâce à leur tige ultra-légère en microfibre et à leur semelle extérieure en Pebax et fibre de carbone qui offre soutien et stabilité. Speed i FG v1.11, Puma, 180 €. 5/BALLON. Le ballon qui sera utilisé lors des matchs de l’Euro 2012. Il a été conçu avec des matériaux de la plus haute qualité et offre des performances optimales quelles que soient les conditions. Euro 2012 OMB Top Match Ball, Adidas, 130 €. 6/CHAUSSURES. Plus de toucher et de contrôle du ballon, plus de force et de précision pour le jeu ? Avec la toute nouvelle technologie Puma 3D Power Shooting Duo, c’est possible ! Même des stars comme Cesc Fàbregas et Giorgio Chiellini ne jurent que par la Puma PowerCat 1.12 FG. PowerCat 1.12 FG, Puma, 190 €. 4 2 51 LE SHOPPING 3 5 FAITES-VOUS ENTENDRE ! Identifier les plus grands fans de football en Europe en recueillant leurs cris de passionnés, un drôle de dispositif créé par McDonald’s pendant toute la durée de l’Euro 2012 ! Pour en savoir plus, rendez-vous sur WWW.MCDONALDS.FR 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :