Air le Mag n°30 juin 2012
Air le Mag n°30 juin 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de juin 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 54,5 Mo

  • Dans ce numéro : mobilisation générale pour « Medal of Honor: Warfighter ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 34 - 35  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
34 35
CULTURE JEUX VIDÉO Les récompenses reçues par les jeux signés Blizzard Entertainment sont présentées dans les vitrines des studios, qui ont même été élus trois années de suite « meilleur endroit où travailler » par le quotidien californien Orange County Register. CULTURE J des ennemis toujours plus puissants. Autre titre phare du catalogue de Blizzard, StarCraft voit le jour en 1998. Comme Warcraft, ce jeu de stratégie en temps réel fait rapidement un carton auprès des joueurs. Pourtant, il dispose d’une jouabilité classique reposant sur la collecte de ressources, la construction de bâtiments, la formation d’unités et l’extermination de l’adversaire. La particularité de StarCraft réside dans les trois factions jouables dont il dispose : Terran, Protoss et Zerg. Elles possèdent chacune de vraies spécificités, ce qui donne une remarquable profondeur au jeu. LA VALSE DES SUITES Aujourd’hui, Blizzard s’appuie sur trois franchises phares. Star- Craft, dont le deuxième épisode, paru en 2010, est déjà un succès planétaire. Vient ensuite Diablo, dont le troisième volet est sorti le 15 mai dernier. Enfin, Warcraft, dont l’univers continue de vivre grâce au fameux jeu de rôle en ligne massivement multijoueur World of Warcraft (ou WoW). Blizzard a en effet délaissé le côté stratégie de la série pour concevoir ce titre qui représente l’apothéose, la récompense après plus de vingt années passées à créer des jeux vidéo. Avec WoW, Blizzard révolutionne tout un genre. Plus de dix millions d’abonnés paient aujourd’hui tous les mois pour profiter de ce titre hors norme. Des extensions du jeu continuent d’ailleurs régulièrement de sortir. La dernière en date devrait nous parvenir en fin d’année. « Devrait », car la réponse des équipes de Blizzard, lorsqu’on leur demande la date de sortie de l’une de leurs productions, est immuable : « When it’s done », soit « Quand c’est terminé ». Savoir prendre son temps pour livrer un produit parfait, c’est là l’une des Blizzard Entertn grandes forces du studio, qui n’a jamais changé de ligne de Tout commence en 1991. Fraîchement diplômés de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA), Allen Adham, Michael Morhaime et Frank Pearce fondent une entreprise de production de jeux vidéo qu’ils baptisent Silicon & Synapse. Leur premier travail consiste à porter des titres créés par d’autres studios d’une machine à une autre. Les trois compères et les programmeurs qui officient pour eux restent dans l’ombre d’autres créateurs. Toutefois, ce job ingrat leur permet de se faire la main, d’élargir leur champ de compétences, d’apprendre le métier. 1992 : LE TOURNANT Comme dans toutes les success story, il existe un moment où tout bascule. Pour Silicon & Synapse, c’est en 1992 que cela se produit. Leur première vraie création intitulée The Lost Vikings sort sur le marché. Il s’agit d’un jeu mêlant plate-forme et réflexion, conçu avec un savoir-faire qui force déjà le respect. Dès l’année suivante, leur deuxième production originale débarque en boutique. Il s’agit de Rock n’Roll Racing, qui propose de participer à des courses rythmées, au cours desquelles les joueurs peuvent détruire les voitures des concurrents. Grâce à ces deux jeux, le studio reçoit des prix prestigieux. Financièrement, l’entreprise est suffisamment solide pour se lancer dans des projets plus ambitieux. En 1994, la société change de nom pour s’appeler Blizzard Entertainment. Cette même année, elle sort Warcraft : Orcs & Humans. Ce jeu de stratégie en temps réel a marqué toute une génération par son univers travaillé, son ambiance unique et sa jouabilité quasi parfaite. Warcraft se vend comme des petits pains, ce qui permet à Blizzard d’envisager la suite avec sérénité. L’AVÈNEMENT DES GROSSES FRANCHISES Si plusieurs titres sont développés par Blizzard à la fin des années 1990, deux d’entre eux sortent clairement du lot et remportent un franc succès auprès du public. Diablo, tout d’abord, sorti en 1996, que l’on range dans le genre hack’n’slash. Il s’agit d’un jeu d’action-aventure qui propose aux joueurs de nettoyer des environnements remplis de monstres, de découvrir des trésors et de faire progresser leur personnage afin de combattre conduite, que ce soit après le rachat par le groupe Vivendi ou la fusion avec l’éditeur américain Activision. PIERRE-ALEXANDRE CONTE En 2010, plus de 3,3 millions d’exemplaires de WoW : Cataclysm ont été vendus dans les vingtquatre heures après sa sortie ! Warcraft : Orcs & Humans et The Lost Vikings, deux univers, deux façons de jouer. Mais jouer à l’un n’exclut pas de jouer à l’autre ! 34 34 JUIN 2012 Blizzard Entertainment
EUX VIDÉO ainment studio StarCraft II. Jim Raynor, le héros, saura-t-il amener ses hommes à la victoire ? Avec votre coup de pouce, qui sait ? Dans Diablo III, sorti le 15 mai dernier, des événements ou des quêtes aléatoires donnent encore plus de sel à l’aventure. 35 LE TOP 5 des jeux qui ont compté dans l’histoire de Blizzard 1. WORLD OF WARCRAFT (2004) Avec Call of Duty, dans un autre style, c’est certainement l’un des succès commerciaux les plus impressionnants de l’histoire du jeu vidéo. World of Warcraft a compté jusqu’à douze millions d’abonnés payant une dizaine d’euros chaque mois pour accéder à son contenu. Pour faire simple, il s’agit d’un jeu de rôle en ligne massivement multijoueur qui reprend l’univers de Warcraft. Le joueur incarne un personnage créé de toutes pièces par ses soins et progresse seul ou en équipe dans des environnements remplis d’ennemis. L’objectif est avant tout de faire évoluer son avatar et d’abattre les boss les plus puissants. À noter que le jeu n’a pas de fin, le monde continuant d’évoluer en permanence, qu’on soit ou non connecté. PC, MAC. 2. STARCRAFT (1998) Pour résumer le succès de StarCraft premier du nom, il suffit de regarder le nombre de fans qui continuent d’enchaîner des parties du jeu quatorze ans après sa sortie. Certains d’entre eux refusent même carrément de passer au deuxième épisode, sorti en 2010. En Corée du Sud, StarCraft est un vrai phénomène. Des joueurs vivent des récompenses glanées lors de compétitions organisées autour de ce jeu de stratégie en temps réel. Sur le principe, il est assez similaire à Warcraft, mais les trois factions dont il dispose – Protoss, Terran, Zerg – offrent un éventail de possibilités qui a été décisif dans le succès du titre. PC, MAC. 3. DIABLO II (2000) Après un premier épisode d’excellente facture, Diablo II parfait la formule de son aîné. Cinq classes de personnages, des combats à n’en plus finir, des récompenses comme s’il en pleuvait, des tonnes de pouvoirs à acquérir, des couloirs sombres à parcourir et un terrible démon à arrêter, voilà le programme de l’aventure qui vous est proposée. Doté d’une ambiance séduisante, profond comme rarement un jeu d’action-aventure de type hack’n slash ne l’a été, Diablo II s’impose comme un titre qui fait date. PC, MAC. 4. WARCRAFT : ORCS & HUMANS (1994) Premier gros succès international de Blizzard, Warcraft est un jeu de stratégie en temps réel au concept assez simple. Qu’il soit dans le camp des orcs ou dans celui des humains, le joueur doit explorer les cartes, à la recherche de ressources qui lui permettront de former une armée afin de massacrer son adversaire. Avec son riche univers médiévalfantastique, sa jouabilité minutieusement concoctée par Blizzard, Warcraft devient vite incontournable. D’autant qu’il a largement participé à la démocratisation du multijoueur dans les jeux de stratégie. PC, MAC. 5. THE LOST VIKINGS (1992) The Lost Vikings est la première création originale signée Blizzard. Le jeu alterne habilement phases de plate-forme et résolutions d’énigme. Pour progresser à travers les niveaux, le joueur doit utiliser les capacités de chacun des trois Vikings qu’il peut incarner. Ainsi, Baleog demeure un redoutable épéiste, Erik est capable de courir à vive allure, et Olaf est particulièrement résistant grâce à son bouclier. En parcourant divers environnements, les joueurs découvraient en 1992 une aventure très plaisante à vivre. SUPER NINTENDO, GENESIS, GAME BOY ADVANCE, PC, AMIGA. 35



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :