Air le Mag n°30 juin 2012
Air le Mag n°30 juin 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°30 de juin 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 54,5 Mo

  • Dans ce numéro : mobilisation générale pour « Medal of Honor: Warfighter ».

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 18 - 19  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
18 19
CULTURE PHÉNOMÈNE Le bâtiment est plongé dans le noir. Dehors, la tempête tropicale fait rage. L’eau monte dangereusement : les niveaux inférieurs sont inondés. Les terroristes philippins d’Abu Sayyaf sont là, quelque part, dans les étages, cachés dans une multitude de pièces et de couloirs. Il faut les débusquer et les éliminer. Mais, surtout, prendre garde à ne pas blesser les otages qu’ils détiennent. Les soldats du Tier 1, la crème de la crème de l’élite de l’armée américaine, arrivent devant une porte. Un bon coup de pied fait voler la serrure en éclats. Déluge de balles. Une situation parmi tant d’autres PARTOUT OÙ ÇA CHAUFFE ! Medal of Honor, l’antique série de FPS du début des années 2000, s’enrichit d’un nouvel épisode après le reboot de 2010. Warfighter remet le joueur aux commandes de Preacher, l’un des héros de l’opus précédent. Cette fois-ci, les montagnes afghanes ne sont plus le seul théâtre des opérations. Preacher et son escouade vont être envoyés sur tous les points chauds du globe, notamment les Philippines, la Somalie et vers de nombreuses destinations qui n’ont pas encore été dévoilées. On retrouve là l’une des bottes secrètes de l’éditeur EA pour concurrencer le mastodonte Call of Duty : Medal of Honor (MoH) table sur le réalisme. Moins dans la mise en scène, qui reste toujours spectaculaire (et scriptée) que dans le scénario. Greg Goodrich, le producteur du jeu, a d’ailleurs recueilli de nombreux témoignages de militaires en exercice pour enrichir l’atmosphère du jeu. Cette touche d’authenticité nous plonge parfois dans des scènes inédites, comme celle où la femme de Preacher lui reproche ses absences et déplore que son enfant grandisse sans lui. « Medal of Honor : Warfighter va au-delà du champ de bataille et révèle le côté déchirant de la guerre, à travers les yeux des familles de militaires. Medal of Honor : Warfighter dévoile tous les sacrifices que sont amenés à faire les combattants, bien sûr, mais aussi tous leurs proches », nous explique-t-on du côté d’Electronic Arts. Reste à savoir si cet aspect familial et affectif joue un véritable rôle ou se limite à poser le décor. CULTURE PH GARE AUX MURS QUI S’EFFONDRENT ! Côté technique, Medal of Honor : Warfighter s’appuie sur le moteur graphique Frostbite 2, qui a déjà fait ses preuves dans Battlefield 3, l’autre grosse franchise FPS d’Electronic Arts. Ce moteur est notamment intéressant pour sa maîtrise des décors destructibles : le mobilier éclate sous les impacts, les revêtements et les murs se dégradent au fil des fusillades, et des immeubles vont même jusqu’à s’effondrer ! Derrière le moteur Frostbite 2 suivent tous les petits plus qui font plaisir au joueur : éclaboussures, effets pyrotechniques, moteur physique du décor et travail sur la lumière sont ainsi unanimement reconnus pour être au top. Ajoutant à cela une remarquable modélisation des armes et des effets sonores léchés, on obtient tous les ingrédients pour faire de MoH un titre très immersif qui devrait en séduire plus d’un. Si la campagne solo est prometteuse, on attend également avec impatience d’en savoir plus sur le mode multijoueur… De vrais soldats de l’élite de l’armée américaine ont livré leur expérience et leurs témoignages aux développeurs du jeu. Quête d’authenticité oblige. Medal o 18 18 JUIN 2012 THOMAS BENJAMIN Electronic Arts
ÉNOMÈNE de s’arrêter pour ajuster son tir. Les explosions se multiplient, f honorest littéralement une « mère » pour ses coéquipiers, Décors, lumières, bruits…, tout a été minutieusement travaillé pour une immersion totale du joueur. Les otages sont sauvés. Ou presque. Ils sont entassés sur des hors-bord avec les soldats qui se dirigent vers le point d’extraction. Des ennemis surgissent à droite, à gauche, devant, derrière. Il faut les éliminer, mais il est impossible des bâtiments s’effondrent. Finalement, les hélicoptères apparaissent dans le ciel et, quelques rafales de mini-gun plus tard, otages et militaires sont exfiltrés. Mission terminée ? TEAM NEPTUNE, AU RAPPORT ! Si, à ce jour, l’on ne sait pas encore tout sur Medal of Honor : Warfighter, il est établi que la team Neptune restera au centre de l’épisode. Preacher (le héros… vous, quoi !) fait partie de cette escouade des Navy Seals, intégrée au Tier 1. Il ne parle pas beaucoup, mais prend toujours les devants quand le temps est venu d’entrer en action. Il est fan de hip-hop. Le chef d’escouade, Mother, prêt à prendre tous les risques pour les tirer d’un mauvais pas. Voodoo, l’arme lourde, est le plus agressif de la bande. Il pousse juron sur juron et se plaît à insulter ses ennemis. Il possède des bases en langue pachtoune, ça peut toujours être utile. Rabbit est le personnage incarnant le joueur dans Medal of Honor (2010). Son rôle central au cours des affrontements dans les montagnes afghanes le conduit à être grièvement blessé. Les secours arrivant trop tard, il décède à la fin de l’épisode. 19 SORTIE LE 25 OCTOBRE MEDAL OF HONOR : WARFIGHTER Electronic Arts Sur PS3, Xbox 360, PC 19



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :