Air le Mag n°28 avril 2012
Air le Mag n°28 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 58 Mo

  • Dans ce numéro : American Pie 4... ils ont grandi ou presque...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 54 - 55  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
54 55
MODE D’EMPLOI MODE D’MONTER SA B Et si on tentait le coup ? DEVENIR SON PROPRE PATRON, C’EST ASSURER SON INDÉPENDANCE ET CONCRÉTISER SES PROJETS. INUTILE D’ATTENDRE D’AVOIR L’ÂGE DE VOS PARENTS POUR VOUS LANCER. AU CONTRAIRE ! COMMENT TROUVER LES IDÉES QUI MARCHENT ? OÙ SE FAIRE AIDER ? QUELQUES PISTES POUR NE PAS SE PERDRE EN ROUTE. VICTOR DAMERVAL Pas besoin d’être l’héritier d’une grande famille ni d’avoir dépassé la quarantaine pour devenir entrepreneur. SteveJobs et Mark Zuckerberg créé Monter s Apple et Facebook à vingt ans ! Il n’est pas nécessaire non plus de créer une marque au destin planétaire pour que votre projet soit une réussite. Jeune diplômé ou pas, encore étudiant ou pas, peu importe, si vous avez une bonne idée, lancez-vous ! LES AVANTAGES La création d’entreprise a le vent en poupe, le succès remporté par le statut d’auto-entrepreneur le confirme. C’est l’occasion de rebondir en situation de chômage, mais aussi de travailler pour soi et de ne plus dépendre d’un patron. Votre avenir professionnel est désormais entre vos mains. Oser l’indépendance, c’est certes se confronter aux contraintes du marché, mais c’est aussi le moyen de gagner en autonomie et en responsabilités. Bien sûr, motivations et fibre entrepreneuriale sont indispensables. TROUVER L’IDÉE QUI MARCHE E-commerce, restauration, économie d’énergie, bien-être, art de vivre…, voilà quelques secteurs qui inspirent les créateurs du moment. Celui des services aux particuliers, les personnes âgées notamment, offre de belles perspectives. Les services à la personne – travaux ménagers, soins esthétiques… – sont aussi un créneau porteur. Autres idées en vrac : l’installation de piscines biologiques, la maison en bois, la domotique ou les prothèses auditives. Si vous manquez d’idées, le système de la microfranchise lancé par l’Adie propose des concepts peu coûteux du type Chauffeur & Go, qui met des chauffeurs à disposition, ou de Vélobar, une restauration ambulante sur triporteur. 54 54 AVRIL 2012 TU SAIS QUI (www.tusaisqui.fr) pour Air le mag
EMPLOI OÎTE ? ET SUR LE WEB ? www.reseau-balise.org : pour choisir l’idée qui vous correspond le mieux, le réseau Balise vous aide à faire le tri parmi vos motivations : agir contre les inégalités, animer la vie locale, créer des liens, préserver l’environnement, organiser son travail autrement… www.reseau-entreprendre.org : site d’une association de chefs d’entreprise qui aident les jeunes créateurs. LE CONCEPT Même si c’est l’envie de créer qui aide à franchir le pas, la bonne idée compte beaucoup. Mais ne pas en avoir une qui fait tilt immédiatement ne vous condamne pas à rester salarié. Il existe des moyens de les faire émerger. Expérience, savoir-faire, envies, passion, entourage, magazines, livres, sites Internet, blogs ou forums spécialisés…, autant de possibilités de faire fonctionner ses méninges. On peut aussi imaginer adapter autrement un concept qui cartonne en s’inspirant de ses points forts ou en l’améliorant. Pourquoi ne pas regarder ce qui se fait hors de l’Hexagone et qui fonctionne ? Il faudra ensuite tester l’idée pour ne pas se planter. Nombre de structures ont pour vocation de vous y aider, mais aussi de vous accompagner tout au long de vos démarches. a boîte L’ÉTUDE DE MARCHÉ Avant de vous rendre dans une banque pour solliciter un prêt, quelques étapes préalables s’imposent. La première consiste à confronter son produit au marché, c’est le b.a.-ba. Bien utile notamment pour vous aider à définir en détail votre projet : proposer ou vendre quoi, à qui, où et comment ? L’étude de marché vous dira si votre projet est viable ou pas. Consultez l’Insee, les organismes et syndicats professionnels, les chambres de commerce et d’industrie (CCI) ou les chambres de métiers. L’idéal consiste à rencontrer une vingtaine d’interlocuteurs clés : clients, fournisseurs, concurrents… Votre projet doit à tout prix offrir une réponse à une demande. À vous de vérifier que c’est le cas. LE DOSSIER Viennent ensuite business plan, formalités administratives, etc. Définissez clairement votre projet, entourez-vous d’experts de la création pour construire argumentaire et dossier. Vous devez établir précisément votre plan de financement, évaluer votre chiffre d’affaires prévisionnel. Efforcez-vous de coller au plus près à la réalité. Pour cela, comparez le maximum de critères : entreprises comparables, produits équivalents… Côté juridique, s’agit-il d’une activité commerciale, artisanale, industrielle, civile, libérale, agricole ? Malgré des démarches à présent simplifiées, il faut rester vigilant pour éviter de commettre des erreurs. Quand s’opère la transition entre le statut de demandeur d’emploi et celui de créateur d’activité, il y a notamment le risque de perdre le bénéfice d’une exonération fiscale ou d’une indemnité bien utile. 55 COMMENT FINANCER VOTRE PROJET ? Créer sa boîte a un prix. Entre formalités administratives et investissement nécessaire, il va falloir assurer, solliciter par exemple organismes bancaires, mais aussi entourage. Ces prêts peuvent éventuellement s’accompagner de l’obtention de certaines aides, telle l’aide aux chômeurs créateurs ou repreneurs d’entreprises (ACCRE), celles de l’État ou de collectivités locales, voire d’emprunts aidés comme le prêt à la création d’entreprise que propose Oseo. Certaines fondations ou associations soutiennent les projets de création. L’Association d’aide à l’initiative économique (Adie) propose, par exemple, aux bénéficiaires de minima sociaux, qui n’ont pas accès aux crédits bancaires classiques, des microcrédits d’un montant maximal de 10 000 euros. Conseils généraux, missions locales, associations de créateurs d’entreprise…, les concours ne manquent pas. Y participer stimule et cadre le montage de votre dossier. Sur le site de l’APCE, vous trouverez une liste des concours, fondations et aides à la création d’entreprise : www.apce.com 550 000 C’est le nombre de nouvelles entreprises qui ont vu le jour en France en 2011. Source : données Insee 2011. BUSINESS PLAN : POURQUOI, COMMENT, COMBIEN ? Document clé, le business plan ou « plan d’affaire » a pour objet de présenter votre projet de création sous l’angle produit ou service, clients, moyens à déployer, coûts, prévisions financières, cadre juridique, planning, etc. Au moment de le monter, soyez clair et persuasif. Pas si compliqué car on peut se faire aider, notamment par l’APCE, qui offre ses services via son site Web. QUELLE STRUCTURE JURIDIQUE CHOISIR ? Régime fiscal simplifié ou statut de société, le choix du cadre légal dans lequel vous souhaitez exercer votre activité ne se décide pas à la légère. L’estimation du bénéfice et des impôts de votre entreprise ou votre niveau de responsabilité sont en jeu. Si vous êtes plusieurs créateurs, vous opterez obligatoirement pour une société : SA (société anonyme), SARL (société groupant des associés dont la responsabilité est limitée à leur apport personnel) ou EURL (SARL unipersonnelle, c’est-à-dire qu’une seule personne détient toutes les parts), etc. Et pour se lancer en toute simplicité, vous opterez pour le statut d’auto-entrepreneur. Créer sa boîte nécessite d’avoir quelques connaissances juridiques et comptables. Là aussi, les réseaux d’accompagnement à la création renseignent sur les possibilités de s’initier. 55



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :