Air le Mag n°28 avril 2012
Air le Mag n°28 avril 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°28 de avril 2012

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (220 x 287) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 58 Mo

  • Dans ce numéro : American Pie 4... ils ont grandi ou presque...

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 50 - 51  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
50 51
INSTANT SPORTIF STAND UP PADDLE : LES ESSENTIELS LUNETTES DE SOLEIL. Les reflets et les UV dangereux sont neutralisés grâce à la polarisation des verres. Convient parfaitement pour les sports d’action. Big Beach, Maui Jim, 253 €. BOARDSHORT. Avec de l’élasthanne extensible dans les quatre sens, sans couture, ni sur le côté ni à l’intérieur, séchage rapide. Teamrider EpicFreak, O’Neill, 70 €. PLANCHE. Le Whopper 10’x 34 » 2012 garantit une excellente stabilité dans les conditions les plus difficiles. Presque impossible de piquer du nez avec lui. Il attrape même les plus petites vagues avec aisance, pour encore plus de plaisir en SUP. Starboard, à partir de 850 €. PAGAIE. Elle combine efficacité et douceur, pour les longues balades ou pour prendre un max de vagues. Session, Outside Reef, à partir de 219 €. DR | Journaliste : Yannick Breton ARTHUR DANIEL INSTANT La pagaie sans pagaille Le stand u Vous avez seize ans. Avec Benoît Carpentier, vous êtes l’un des grands espoirs du standup paddle (SUP) en France. Quels sont vos titres ? Arthur Daniel : Avec Benoît, nous sommes chacun spécialistes d’une des deux disciplines du standup paddle. Lui se consacre essentiellement à la vague, moi je me focalise davantage sur la race, même si nous continuons de pratiquer l’un et l’autre les deux types de standup paddle. Compte tenu de mon âge, j’ai encore peu d’expérience parmi les seniors. Néanmoins, en décembre, j’ai participé à une grande course sur la Seine, à Paris, parallèlement au Salon nautique. On en a beaucoup parlé. J’ai fini sixième, premier chez les juniors. Cela se passait sur une distance de 10 kilomètres, et nous étions cent au départ. Comment avez-vous commencé le stand-up paddle ? A. D. : J’ai débuté classiquement, par le surf. Je m’y suis mis voilà deux ans et demi, encouragé par mon père, qui s’était lancé dans ce sport. Ça ne m’a pas trop plu au départ. Je trouvais que c’était fait pour les vieux [sourire]. Mais j’ai vite compris que je m’étais trompé. Il faut une excellente condition physique pour exercer cette activité, qui s’est par ailleurs révélée plus fun que je ne l’imaginais. Mon choix s’est ensuite fait naturellement pour la race, dans la mesure où la vague convient mieux aux très bons surfeurs, ce que je n’étais pas. Et puis, dans la vague, on dépend d’un jury, alors que pour la race, le résultat n’est pas assujetti au jugement humain. La race est plus motivante de votre point de vue… A. D. : Oui, dans la mesure où vous faites une course contre plusieurs concurrents. C’est une discipline qui exige à la fois de la force physique et du sens tactique. Il faut savoir ne pas partir trop vite, calculer le bon moment pour dépasser, en fonction du vent par exemple. C’est complet. Et puis vous pouvez en faire partout, sur lac ou sur mer, avec vos amis ou votre famille. Quels sont vos atouts ? A. D. : Je m’entraîne beaucoup. Très souvent, je suis dans l’eau, que ce soit en rivière près d’Auray, dans le Morbihan, où j’habite, ou en mer, à Guidel, où je suis licencié. J’ai un entraîneur physique, Emmanuel Caillibotte, et je suis suivi par mon père, à qui il arrive aussi de participer à des courses, comme ça a été le cas à Paris. Votre père évolue-t-il à un bon niveau ? A. D. : C’est un ancien champion de France de windsurf et il a quelques beaux restes [sourire]. Quelle est la distance moyenne parcourue lors d’une race ? A. D. : Il y a différents formats de courses. Traditionnellement, une course tourne autour de 10 à 12 kilomètres. En Bretagne, il y a une course connue, la Presqu’île Paddle Race, dont la distance est de 28 kilomètres. Il est aussi possible de partir du large et de courir avec la houle dans le dos ou 50 50 AVRIL 2011
SPORTIF ARTHUR DANIEL Né le 18 août 1995. 1,86m, 75 kg. www.supfrance.com 14 AVRIL STADE DE FRANCE FOOTBALL FINALE DE LA COUPE DE LA LIGUE Double tenant du titre, l’Olympique de Marseille visera une troisième victoire consécutive lors de cette finale qui l’oppo- p paddlesera à l’Olympique lyonnais au d’évoluer en bord de mer dans les vagues lors de courses qu’on appelle beach races. Quels sont vos buts dans votre discipline ? A. D. : Cette année, il y a des championnats de France pour les moins de dix-huit ans, c’est un premier objectif. Pour la suite, on verra. Comme la discipline est toute jeune, il est difficile de savoir comment elle évoluera, même si elle semble aujourd’hui rencontrer de plus en plus de succès. Pourquoi ne pas rêver de participer un jour à un championnat du monde ? Où en êtes-vous dans vos études ? A. D. : En seconde pro commerce à Vannes. Mais je ne sais pas encore ce que j’ai envie de faire professionnellement. Ça marche bien, même si le SUP me prend de plus en plus de temps [sourire]. Ce serait top d’en faire son métier, mais pour le moment c’est très hypothétique. Ces jours-ci, Benoît [Carpentier] est à Hawaii pour les Championnats de monde de vague. Ça fait rêver ! Le premier objectif, c’est le bac. Pour la suite, peut-être priorité au standup paddle. PROPOS RECUEILLIS PAR Y. C Agenda SPORT Laurent Guizard pour Air le mag | B. Bade | Sipa | DR Stade de France. Souvent décriée en raison de son inutilité dans un calendrier embouteillé, 51 EN SAVOIR + : WWW.ERCRUGBY.COM 8 AVRIL FRANCE CYCLISME PARIS-ROUBAIX Chaque année, Paris-Roubaix, la reine des classiques du cyclisme, est au cœur de bien des fantasmes et de convoitises tant la légende de cette course, courue en partie sur des pavés, a traversé les époques depuis sa première édition en 1896. Frédéric Guesdon reste le dernier Français à avoir levé les bras au vélodrome de Roubaix – c’était en 1997. En revanche, les Belges, consacrés six fois au cours des dix dernières années, tel Johan Vansummeren en 2011, sont des habitués de la victoire. EN SAVOIR + : WWW.LETOUR.FR la Coupe de la Ligue, qui offre au vainqueur une place en Ligue Europa, n’en reste pas moins un titre sur lequel il est bon de mettre la main. EN SAVOIR + : WWW.LFP.FR 6-8 AVRIL EUROPE RUGBY H CUP Quarts de finale de la H Cup, la Coupe d’Europe de rugby. Le Stade toulousain ira défier l’équipe écossaise d’Édimbourg alors que Clermont- Ferrand se déplacera à Londres chez les champions d’Angleterre des Saracens. Un autre quart donnera lieu à un affrontement 100% irlandais entre le Munster et l’Ulster. Enfin, leurs compatriotes tenants du titre du Leinster accueilleront les Cardiff Blues. 14-22 AVRIL MONTE-CARLO TENNIS MONTE-CARLO ROLEX MASTERS Quand vient le temps du Monte- Carlo Rolex Masters, il est déjà l’heure pour les champions de tennis de penser à Roland- Garros. Ce premier rendezvous d’importance de la saison sur terre battue est plus qu’un tournoi de préparation, déjà un repère dans l’optique des Internationaux de France. Vainqueur des sept dernières éditions, Rafael Nadal en sera le favori, malgré la présence des meilleurs mondiaux, à commencer par Novak Djokovic, numéro un mondial, vainqueur de l’Espagnol en finale du dernier Open d’Australie. EN SAVOIR + : FR.MONTE- CARLOROLEXMASTERS.COM 51



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :