Air le Mag n°107 mars 2020
Air le Mag n°107 mars 2020
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°107 de mars 2020

  • Périodicité : mensuel

  • Editeur : Textuel La Mine

  • Format : (215 x 280) mm

  • Nombre de pages : 68

  • Taille du fichier PDF : 10,6 Mo

  • Dans ce numéro : TT Isle of Man, ride on the edge 2.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 58 - 59  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
58 59
INSPIREZ-VOUS ! 58 Matériau aux multiples vertus, le bois revient en force en ce XXI e siècle, particulièrment dans la construction, où la demande explose. Ce qui induit la demande de nombreux pros qualifiés. Texte  : Claire Lefebvre. Illustration  : Louis Otis pour Air le mag Dix-huit étages ! Soit 85,4 mètres de hauteur. C’est la taille du Mjøstårnet, un gratte-ciel récemment inauguré à Brumunddal, en Norvège. Sa structure a la particularité d’être uniquement composée en bois. C’est à ce jour le bâtiment de ce type le plus élevé du monde. Mais il pourrait bien être rapidement détrôné, car, partout sur la planète, les projets du genre se multiplient, comme à Tokyo, où un stade entièrement constitué de cèdre est en construction en vue des jeux Olympiques de 2020. Et, à Londres, des chercheurs de l’université de Cambridge planchent sur un bâtiment de 315 mètres de hauteur, la bien nommée Oakwood Timber Tower (« la tour en bois de chêne »). UNE FILIÈRE EN PLEIN ESSOR Mais les projets d’envergure n’ont pas le monopole de la nouveauté. Ce matériau est également plébiscité dans 58 INSPIREZ Tit la construction de maisons individuelles. Selon une enquête commandée par le Codifabet France Bois Forêt, le nombre de réalisations aurait ainsi augmenté de 49% entre 2016 et 2019. Sans parler des projets de logements collectifs bois qui affichent, eux aussi, une santé insolente (+ 19,4% de croissance sur la même période). Écologique, esthétique, économique et incroyablement résistant, le bois cumule les bons points. Alors que le béton et l’acier ont régné sur toute l’architecture du XX e siècle, il apparaît être le matériau du XXI e siècle ; et la profession de constructeur bois être un métier d’avenir. Pour preuve  : selon le Codifab*, 31% des entreprises spécialisées prévoyaient de réaliser des investissements en 2019, et 52% d’embaucher. PETIT MODE D’EMPLOI Maisons individuelles, projet d’extensions ou de surélévations, habitats collectifs, bâtiments agricoles, mairies, écoles, ponts… le constructeur bois conçoit toutes les constructions à base de ce matériau. À la différence du charpentier, qui travaille uniquement sur la partie supérieure du bâtiment, ce professionnel doit être capable de penser et de réaliser l’ensemble de l’édifice  : sa structure, ses murs, son toit, ses portes et ses fenêtres. Habile travailleur manuel, ne craignant pas la hauteur et possédant un vrai goût pour l’innovation, le constructeur bois doit, en outre, posséder un bon sens du relationnel afin de comprendre le projet de ses clients et de le mener à terme, tout en respectant les contraintes légales et budgétaires. DU CÔTÉ DES FORMATIONS Heureusement, il y en a pour tous les goûts et tous les types de profils. Au niveau CAP, le constructeur bois Mars 2020
-VOUS ! re Noun Project Picto fabrique les éléments de structure et en assure la pose sur chantier. Après un bac pro, il occupe des postes comme conducteur de travaux, chef de chantier, etc. De niveau BTS et licence pro, il réalise l’étude, les dessins techniques de détail, les assemblages, le descriptif quantitatif des matériaux, le chiffrage, l’organisation du chantier et son suivi. Il organise ensuite la fabrication en atelier et assure la conduite des travaux. Par la suite, il peut réaliser l’entretien ou la réhabilitation de ces bâtiments. « En matière de formation, il y en a pour tous les goûts. » Les plus hardis opteront pour un diplôme d’ingénieur spécialisé à l’École nationale supérieure des technologies et industries du bois (Enstib), dans les Vosges, ou à l’École supérieure du bois, à Nantes. À la clé de ces trois ans d’études, souvent réalisées en alternance ? Un poste à responsabilité dans une entreprise, un bureau d’étude ou à son compte. Et l’assurance de faire un métier aussi technique et varié que respectueux de l’environnement. 59 * Enquête nationale construction bois sur l’activité des entreprises en 2018, réalisée en partenariat avec FBR, l’UMB-FFB et Afcobois, et financée par le Codifabet FBF. 59 ATOUTS À TOUT VA Du point de vue environnemental, le bois multiplie les avantages. Il constitue une matière première renouvelable (il faut moins de cent ans pour régénérer un arbre), abondante (la réserve de bois française est de 81 millions de m3), disponible localement (ce qui permet de limiter les rejets de gaz carbonique liés au transport). Sa production et son transport sont, en outre, peu coûteux énergétiquement. De plus, il constitue un très bon isolant une fois posé. Matériau naturel par excellence, le bois est non polluant, recyclable et, surtout, « carbonivore », puisque, lors de leur croissance, les arbres absorbent le gaz carbonique atmosphérique au rythme d’une tonne de CO2 par m 3 de bois nouveau, et continuent de le stocker une fois coupés. ET SUR LA FICHE DE PAIE ? Selon la formation choisie, le salaire mensuel de départ d’un constructeur bois est compris entre 1 400 et 3 238 euros brut.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :