Aïki Mag n°8 juin à nov 2004
Aïki Mag n°8 juin à nov 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°8 de juin à nov 2004

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : Philippe Bersani, une passion pour le ken jutsu

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
aïkibudo Maître Alain Floquet définit l’Aikibudo comme « un art martial traditionnel, sophistiqué et pragmatique, particulièrement adapté vers la défense, qui ne saurait être ce qu’il est, s’il n’était étudié en réponse à des attaques précises, sincères, réelles et variées, issues des arts martiaux anciens et modernes ». LES BASES DE L’AÏKIBUDO (I) LES NOTIONS DE TE HODOKI ET CHIKA MA Nous commençons ici une série d’articles relatifs aux bases de l’Aïkibudo. Ces éléments fondamentaux qui participent à la spécificité de notre art martial, et qui se retrouvent dans l’ensemble des composantes du programme, doivent être vérifiés et présentés lors des passages de grades. Sans ces bases constitutives, il ne saurait exister d’Aïkibudo, même si une partie d’entre eux se retrouvent sous une forme différentes dans d’autres arts martiaux. Dans le cadre de notre art martial, ils se présentent sous une forme spécifique qui permettent à coup sûr de parler d’Aïkibudo ! La notion de TE HODOKI correspond d’une part à l’aptitude au dégagement de toutes attaques sur saisies et à la défense directe et immédiate, et à l’harmonisation des énergies psychophysiques des deux partenaires. Elle peut être opposée à celle de WA NO SEI- SHIN, qui correspond à l’harmonisation physique et spirituelle des deux partenaires, dans la recherche de l’expansion de l’énergie potentielle du corps. 20 1°/LA NOTION DE « TE HODOKI » : La notion de TE HODOKI, ou dégagement de saisie, apparaît comme fondamentale dans le programme Aïkibudo. Elle s’organise autour des diverses saisies de références avant ou arrière, et permet aux pratiquants de découvrir un ensemble de notions fondamentales à la pratique Aïkibudo : la mise en place et l’importance des gardes (kamae), la gestion de la distance (ma-aï), l’utilisation des déplacements (taï sabaki) devant un adversaire qui vous attaque sur des saisies à une main (katate kogeki waza) ou à deux mains (ryote kogeki waza), la vigilance dans le travail (zanshin) et l’esprit de décision (kime), l’utilisation efficace des atémis et des kiaï, la difficile maîtrise de la coordination motrice dans la mise en place stratégique du TSUKURI et du KUZU- SHI afin, par la suite de permettre la réalisation de la technique choisie que ce soit une projection (nage), un contrôle articulaire (kansetstu waza ou hikitate waza), un contrôle au sol (osae waza). Toutes ces notions fondamentales se retrouvent dans le travail formateur du TE HODOKI. Par ailleurs, il s’agit d’un exercice à l’importance stratégique particulière, puisqu’il s’organise autour d’une saisie de sémé, donc il présuppose que uké, pour des raisons diverses, a laissé ou permis à Seme de l’approcher suffisamment pour organiser une saisie, qui sera le prétexte au travail de uké. Il n’en demeure pas moins que uké se trouve en situation dangereuse, puisqu’il a laissé sémé franchir la distance de sécurité naturelle qui existe autour de chacun de nous. Dans le te hodoki, uké choisi de laisser sémé s’approcher, et organiser une saisie ferme et définitive, nécessitant de uké une réactivité authentique. Ce travail se retrouve dans les différentes distances (chika ma - ma) et impose une réactivité ou un temps de réaction différents, Le travail en CHIKA MA, ou distance courte s’organise autour de la possibilité pour sémé de porter directement une attaque contre uké, de part la proximité immédiate des deux partenaires. Ce travail implique une vigilance (zanshin) Té hodoki sur Jyun té dori, par Alain Floquet (uké) sur saisie d'Alain Roinel (sémé) à Passy-Buzenval en 1969. Le caméraman passant en arrière plan est notre ami Claude JALBERT, Président fondateur du CERA et Président co-fondateur de la FFAAA.
accrue de uké, et une maîtrise parfaite de la notion de TE HODOKI, ou l’art de se dégager efficacement voir de dissuader l’attaque de sémé. Par ailleurs, il s’agira pour uké de pouvoir, quelle que soit l’attaque, de canaliser l’énergie développée, et d’amener le partenaire dans une situation défavorable, tout en se mettant soi-même en situation favorable pour porter la technique choisie : le recours à une préparation correcte (TSUKURI) et à une mise en déséquilibre (KUZU- SHI) sera alors impérative, comme dans chacune des techniques du programme Aïkibudo. Le tsukuri consistera à placer sémé dans la position la plus appropriée à l’exécution d’une technique sans possibilités de ripostes, tout en offrant une position la plus favorable et efficace : ces déplacements devront être simultanés, et coordonnés. C’est à ce prix que la genèse d’un déséquilibre cohérent pourra être initiée et permettre une projection (nage) de sémé. Le travail de base des TE HODOKI peut être étudié selon deux axes distincts, en fonction de l’origine de l’attaque se fera de face ou de dos. La forme de travail restera cependant strictement similaire dans les deux cas. L’étude des TE HODOKI arrière (ushiro) fait référence à des attaques hors du champ visuel de uké. Précisons ici qu’en Aïkibudo cette situation qui normalement ne doit pas arriver, puisque le pratiquant au fur et à mesure des années d'entraînements doit posséder une vigilance naturelle (zanshin) suffisamment développée pour ne pas permettre de s’exposer à une attaque non pressentie. Le réalisme inhérent à notre Art nous oblige toutefois à envisager ces cas et à appliquer les principes du TE HODOKI dans ces situations imprévues. uké se présentera donc face à son partenaire, puis se tournera volontairement afin de lui permettre de porter une attaque arrière de son choix. Il restera le maître de la situation, et le déclencheur du travail. En aucun cas, sémé ne pourra prendre l’initiative d’une attaque arrière. L’étude des TE HODOKI avant (mae) fait référence à des attaques dans le champ visuel de uké. Il permettra au pratiquant de comprendre l’importance de la distance de travail et de celle de sécurité. Sa réaction dépendra du temps d’attaque et de réaction dans lequel il souhaitera travailler, qui correspondra à son niveau de maîtrise et à l’évolution de sa pratique. Premièrement, nous envisagerons la saisie ferme et définitive de sémé, et la réaction tardive de uké, qui se sera laissé surprendre par l’attaque. Cette situation mettra en évidence une faille dans la vigilance et la gestion de la distance de sécurité de uké et lui imposera un travail en réaction à posteriori de la saisie soit en GO no SEN. Particulièrement dangereux, ce travail nécessitera la mise en œuvre d’une énergie considérable pour d’une part se dégager efficacement, et mettre l’adversaire - partenaire en mouvement. La dynamique du mouvement sera presque essentiellement donnée par uké qui devra prendre en charge la quasi-totalité du TSUKURI et du KUZUSHI. Il s’agit ici du stade élémentaire du travail AÏKI, dans lequel le retard dans la réaction impose une dépense personnelle d’énergie importante. Le recours et l’utilisation de l’énergie du partenaire n’est plus possible, de part le retard. De plus, cette situation imposera de mettre en place des atémis pour détourner l’attention de l’adversaire, afin de causer un faiblesse de sa résistance et profiter de ce laps de temps pour provoquer le dégagement qui conduira ensuite à la technique choisie (atémi direct ou technique). Nous sommes encore ici dans la sphère "Jujutsu" de l'"Aïkibudo", forme primitive de la défense indispensable à l'acquisition des bases concernant l'appréhension de la force adverse de sa canalisation. Deuxièmement, nous envisagerons la saisie en cours de réalisation, avant qu’elle ne devienne ferme et définitive, et la réaction simultanée de uké, qui ne se sera pas laissé surprendre par l’attaque. Cette situation mettra en évidence une vigilance et une gestion accrues de la distance de sécurité de uké et lui Technique à mains nues par Paul-Patrick Harmant 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :