Aïki Mag n°7 déc 03 à mai 2004
Aïki Mag n°7 déc 03 à mai 2004
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°7 de déc 03 à mai 2004

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : Kinomichi, l'art du mouvement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 20 - 21  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
20 21
aïkibudo " Le Daito ryu Aikijujutsu et le Katori Shinto ryu sont les deux berges d’un fleuve dont le Yoseikan Shinto ryu est le lit, dans lequel s’écoule l’Aikibudo. Les deux berges de ce fleuve sont les rails de la tradition, et l’Aikibudo le flux de la modernité. " (Maître Alain Floquet) MINORU MOCHIZUKI Le dernier des samouraï 20 Maître Minoru Mochizuki est né le 11 avril 1907 à Shizuoka, Préfecture de Chiba (Japon). Son grand père était le dernier descendant d'une lignée de Samourai et enseignait l'art du sabre. Le père de Mochizuki Minoru en revanche n'était qu'un simple paysan qui fut d'abord l'élève du grand père avant de devenir son gendre et de prendre son nom. Le père étant venu s'établir à Tokyo, le jeune Minoru y commença l'étude du Judo dès l'âge de 5 ans, chez Me Takebe. À 17 ans il s'inscrivit au Kendokan, qui était Minoru Mochizuki, 1907-2003 : Fondateur du Yoseikan bu dojo menkyo kaiden daito-ryu aikijujutsu 10e dan Aikido - meïjin 9e dan nihon jujutsu 8e dan judo 8e dan katori shinto ryu 7e dan iaido 5e dan kendo 5e dan jodo 5e dan karaté alors le dojo du grand maître de Judo Toku, par ailleurs, un escrimeur hors pair. Peu après il s'inscrivit au dojo de Me Kano, le Kodokan. Reçu au 1er dan en juin 1926 à 19 ans ; l'année suivante il passait 2ème dan et devint l'assistant de Me Mifune Kyuzo, un expert dans l'art du sutemi. Maître Kano souhaitant que les jeunes judoka n'oublient pas les arts ancestraux, créa une section en 1928, la kobudo Kenkyukai, et paya des professeurs du Katori Shinto ryu pour enseigner leur art aux judokas. Me Mochizuki se pas-
sionna pour cet art, à tel point qu'il lui fut proposer d'épouser la fille du soké (héritier) de l'école, Iizasa Morisada soké, mort sans laisser d'héritier mâle, et de devenir ainsi le nouveau soké. Comme cette situation l'aurait cependant conduit à s'établir à Narita et donc à quitter maître Kano, maître Mochizuki refusa cette proposition. Il s'est également retrouvé dans le dojo du maître Tokusanbo, le Kendokan, où il pratiquait le Judo. Dans cette même période, il a aussi pratiqué du Gyokushinryu Jujutsu avec Sanjuro Öshiam et du Kenjutsu avec un ex-samuraï. En 1926, il s'est inscrit au Kodokan, dojo de Jigoro Kano Shihan. Il est rapidement devenu un disciple particulier de Kyuso Mifune sensei (10e dan de Judo) au point qu’il demeurait chez lui. C'était un temps de pleine expansion pour le Kodokan. Kano sensei encourageait ses élèves à étudier d'autres disciplines. Sous la tutelle du fondateur du Judo, maître Mochizuki devint le plus jeune membre du Kobudo Kenkyukai - organisation pour l'étude, la présentation et le développement des arts martiaux classiques - établie au sein du Kodokan, dans laquelle il pratiqua entre autres le Katori Shinto-ryu (entre autres : le Iai, le Ken, le Bo, le Naginata), du Jujutsu avec Takaji Shimizu sensei au Dojo Mumon et du Kendo au dojo Yushinkan avec Hakuko Nakayama Shihan. Voyant qu'il maîtrisait rapidement ces arts, Jigoro Kano sensei l'a envoyé étudier au dojo Kobukan sous Morihei Ueshiba sensei, shibucho de Daîtoryu Aîki-jujutsu d'O sensei Takéda Sokaku. En plus de la tâche évidente d'en apprendre le plus qu'il pouvait, il devait aussi se rapporter régulièrement à Kano sensei pour un compte-rendu de son entraînement et ses progrès. En 1930, Me Kano l'envoya étudier un art nouveau auprès d'un maître à la réputation grandissante, Morihei Ueshiba (cf. biographie). De la même façon ; il lui fit étudier le Shindo muso ryu ju jutsu auprès de maître Shimizu. maître Mochizuki est devenu rapidement l'assistant de maître Ueshiba et Maîtres Mifune, Mochizuki et Jim Alcheik. Maîtres Ueshiba et Mochizuki. obtint deux certificats en Daito-ryu en juin 1932 ("Goshinyo no te" et "Hiden ogi no koto"). En 1933 et en 1935, il fut l'uchi-deshi de Morihei Ueshiba au Kobukan Dojo pour une année avant d'ouvrir son propre dojo dans la ville de Shizuoka en 1935 : le Yoseikan (maison de l'enseignement de la droiture). Il y enseigna alors notamment le Judo et l'Aïki-jujutsu du maître Ueshiba. Délégué pour la France par le Kodokan En 1938, lors de la guerre sinojaponaise, maître Mochizuki fut envoyé en Mongolie, puis nommé sous-préfet du département de Sei su ga. Il en profita pour enseigner aux Mongols le Judo le Kendo et l'Aiki-jutsu. C'est à cette époque qu'il rencontra un autre japonais originaire des Ryu kyu (archipel au sud d'Okinawa), qui l'initia au Karaté. Il y fût actif en tant qu'éducateur et entrepreneur de travaux destinés à améliorer les communications et l'irrigation. Son idée de combattre le communisme par l'application des principes d'"entraide et prospérité mutuelle" et de "la meilleure utilisation de l'énergie" de Jigoro Kano contribua au développement de sa région. De plus son projet d'irrigation fut complété après la deuxième Guerre Mondiale par les autorités Chinoises. En 1947, il retourna au Japon et reconstruisit son dojo à Shizuoka. Peu de temps après il vint en France. C'était en 1951. Il est resté en France durant 3 ans. Venu au sein d'une mission culturelle officielle, comme expert délégué par le Kodokan, donc pour le Judo, il eu l'occasion de démontrer son expertise de la pratique de l'Aiki(do) - jujutsu, art qui subjugua un bon nombre de pratiquants de Judo, ainsi que le Iai et un peu de Karaté. Il retourna au japon en 1953. En 1954, un jeune judoka, enthousiasmé par ce qu'il avait vu en France, fut admis au Yoseikan de maître Mochizuki. Il s'appelait Jim Alcheik, y resta trois ans et de retour en France, enseigna ce qu'il avait reçu sous le nom d'Aikidojujutsu du Yoseikan (communément appelé alors Aïkido-Yoseikan ou Aïkido-Mochizuki), créa la Fédération française d'Aikido-taijitsu et de Kendo et fut le premier professeur de maître Alain Floquet. En 1957, Jim Alcheik revenant du Japon représenta officiellement en Europe l'Aikido-jujutsu du Yoseikan et créa la Fédération Française d'Aikido-taijitsu et de Kendo. Alain Floquet devint l'un de ses moniteurs-assistants. Jim Alcheck disparut tragiquement en 1962. Pour assurer l'avenir de l'Aïkido- Jujutsu en France, Alain Floquet, déjà le plus jeune 2ème dan de France, prit alors contact avec maître Mochizuki qui proposa que son fils Hiroo se rende auprès de la FFATK à Paris pour aider à la sauvegarde de la fédération et de son art et répondre ainsi aux inquiétudes d'Alain Floquet. En 1966, Alain Floquet fut nommé Directeur Technique de l'école d'Aïkidoyoseikan pour la France. En 1973, il fonde leC.E.R.A (Cercle d'Etude et de Recherche sur l'Aikibudo). En 1978, Mochizuki Minoru lui délivra le grade de 7ème dan et le titre de "Kyoshi", reconnaissant ainsi l'importance de son action. En 1980, maître Floquet décida de nommer le contenu de sa pratique, son style et l'Art qui en découle : "Aikibudo" cela en plein accord avec Mochizuki Minoru. Il renoua également avec l'école mère et l'héritier du Daito ryu Aikijujutsu, Takeda Tokimune, fils du grand maître Takeda Sokaku, qui lui confia la mission de le représenter. Il intégra cette connaissance originelle de l'Aiki jujutsu dans son enseignement de l'Aikibudo, aux côtés de celle de l'école d'armes du Katori Shinto ryu. En 1987, "l'Aikibudo ", s'unit à l'Aikido afin de fonder en tant que co-discipline, la Fédération Française d'Aikido, Aikibudo et Affinitaires (F.F.A.A.A.). Le patrimoine japonais Depuis, sous l'impulsion de maître Alain Floquet, cet art se développe dans le monde entier où il trouve de plus en plus d'adeptes. Puisant ses racines dans les écoles traditionnelles du patrimoine martial japonais, l'Aïkibudo, recueilli auprès de sources historiques inconstestables, dépasse le simple cadre de la pratique technique. Depuis 1970, Mochizuki Minoru a reçu régulièrement maître Floquet au Yoseikan, ainsi que ses principaux disciples. Il est également venu animer des stages à plusieurs reprises en France. Mochizuki Minoru s'est éteint en France, près d'Aix en Provence, le 30 mai 2003. Minoru Mochizuki avait puisé et développé son expertise martiale en prenant ses sources dans les Budo classiques nippons qu’il avait eu la chance d’étudier auprès des plus grands. Son expérience 21



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :