Aïki Mag n°6 juin à nov 2003
Aïki Mag n°6 juin à nov 2003
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°6 de juin à nov 2003

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,9 Mo

  • Dans ce numéro : le réalisme Aïki d'Arnaud Waltz.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 22 - 23  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
22 23
aïkibudo Christine Fuche, 2e dan Aïkibudo, 2e dan katori, BEES 1er degré. Franck Mancino 1er dan aïkibudo, moniteur fédéral. Bruno Isaac 2e dan Aïkibudo, 2e dan katori, non voyant, candidat BEES 1er degré. 22 responsabilité de l’enseignant est totale et la première sanction sera les résultats enregistrés aux passages de grades, au monitorat fédéral voir au BEES. 2°/LES DEVOIRS DU PROFESSEUR ENVERS SES ELEVES : Enseigner, c'est Décider. L'enseignement sportif offre donc une multitude d'occasions où l'éducateur sportif devra décider, faire des choix, en vue d'un meilleur résultat. Confronté à la mission d'enseigner une discipline sportive à un groupe de pratiquants, l'éducateur sportif s'interroge. Quelles sont les caractéristiques de ces personnes ? Qu'attendent-ils de cet enseignement ? Comment choisir les exercices pour que chacun progresse ? Comment les présenter, les expliquer ? Que faire en cas de "Non- Réussite" de la part de chacun ? Comment organiser le groupe, l'espace, le temps ? L'enseignement sportif offre donc une multitude d'occasions où l'éducateur sportif devra décider, faire le choix, en vue d'un meilleur résultat. Le rôle du professeur à l’instar de celui de parent sera de faire les choix stratégiques à ses yeux afin de faire « grandir » son enfant ou son élève. Cette démarche éducative passe par la recherche de transformations durables des capacités de l’enfant ou du pratiquant et l’acquisition de compétences particulières liées à la pratique Aïkibudo. L’intérêt de la formation pédagogique spécifique de ces stages réside dans la mise à disposition des stagiaires des éléments fondamentaux permettant l’élaboration d’une leçon pédagogique adaptée aux différents critères rattachés à celle-ci : contenu de la leçon, public concerné, moment dans l’année, programme… Si l'éducateur veut développer au maximum chez le pratiquant l'attirance envers l'activité qu'il lui enseigne, il doit lui-même adopter le comportement désiré : faire preuve d'intérêt, d'enthousiasme, de disponibilité. Une activité sportive devient attirante pour un pratiquant lorsqu'il réussit, car il se sent à l'aise et confiant et que les circonstances le mènent à des expériences qui flattent son amour propre, enrichissent l'image qu'il a de lui et lui confère une grande assurance ; elle est associée à des éducateurs sympathiques, admirés et qui font preuve d'enthousiasme. Une activité est rejetée par le pratiquant lorsqu’il ne réussit pas ou ne semble pas avoir d'aptitudes pour elle et qu'elle entraîne une gêne physique ou mentale que le pratiquant, en général, essaie d'éviter. Il s'agit de tout événement susceptible de l'amener à douter de sa propre valeur, à perdre son amour propre, sa dignité, en un mot, susceptible de la rabaisser ; elle est associée à des éducateurs antipathiques. Mais il en est d'autres, moins évidentes, mais tout aussi néfastes : la douleur, la peine, l'angoisse, la frustration en font partie. Une tâche trop difficile est susceptible de provoquer des réactions affectives négatives. L'ennui naît aussi de la monotonie des tâches, de leur manque de variétés… Il est évident que la pédagogie reste la difficulté majeure auquel se trouvent confrontés les futurs enseignants, une fois la maîtrise technique du programme Aïkibudo acquise. Cette démarche volontaire de transmission de notre Art peut s’apparenter à la décision irrévocable et aux conséquences insoupçonnées de devenir parent : l’éducation d’un enfant innocent des choses de la vie impose la mise en place par ses parents de règles, de contrainte et de limites dans ses opportunités d’apprentissage. C’est pourquoi les stagiaires se confrontent quotidiennement aux difficultés théoriques d’élaboration d’une leçon par la rédaction de sujets pédagogiques corrigés individuellement et commentés par M. Paul- Patrick Harmant. Par ailleurs les futurs enseignants se heurtent aux réalités pratiques de mise en œuvre de parties de ces mêmes leçons pendant les cours. Les candidats et les futurs candidats bénéficient ici de l’expérience des professeurs diplômés présents : que ce soit sur le plan des épreuves liées à l’examen ou de celle de l’enseignement en club. Cet échange précieux permet la confrontation des à priori théoriques des futurs diplômés avec les réalités pratiques d’enseignants aguerris. Ainsi les futurs diplômés sont-ils préparés avec plus d’acuité aux examens de Monitorat Fédéral ou du B.E.E.S. Les futurs professeurs se voient enseigner les règles de base de la pédagogie et les arcanes de la préparation d’une séance pédagogique appropriée visant à la mise en place d’un Climat Affectif positif : Un des objectifs importants que l'éducateur doit se fixer est celui qui vise à prolonger son action audelà du cours proprement dit. Cela est surtout vrai en ce qui concerne l'attitude affective du pratiquant vis à vis de la discipline enseignée. Son but n'est pas seulement de faire apprécier l'activité qu'il enseigne pendant le cours mais aussi de s'intéresser à ce que fera le pratiquant une fois le cours terminé et surtout à ce que sera son attitude affective vis à vis du sport pratiqué (Objectif de Motivation). Ainsi le découpage spécifique d’une séance pédagogique est décortiqué en insistant sur l’importance de ces choix, la façon de les mettre en œuvre, de les justifier et les erreurs à ne pas commettre : toute séance doit commencer par une Prise en Main, pour éveiller l'attention des élèves, avant de passer à une Mise en Train, qui vise au réveil cardio-pulmonaire et neuromusculaire de l'organisme au travers d’un échauffement qui prépare le corps à l'effort physique sans le fatiguer. Vient ensuite la Partie Technique, qui vise à l’apprentissage de la technique, la correction des fautes, la recherche de l'aisance, de l'efficacité et de l'automatisme dans l'exécution. La séance se poursuit par une Application, par le biais d’une exécution globale des techniques sans réflexion, sous forme de randori. Le Retour au Calme favorise le retour général des fonctions générales du corps à un rythme normal de travail, avant la nécessaire Reprise en Main, qui permet de faire les remarques sur l’ensemble du travail effectué, etc. L’accent est plus particulièrement mis sur les qualités nécessaires aux
professeurs : la connaissance rigoureuse et précise du programme technique (revu en détails durant le stage), les différentes qualités à respecter au cours d'une séance que sont le dosage, la progressivité, la continuité et l’attrait. Le comportement de l'Educateur est fondamental : il doit d'être dynamique, connaître son sujet, être vu par tous ses élèves lors des explications techniques, bien se placer pour les démonstrations, savoir encourager et motiver les pratiquants, etc. La condition physique, cette capacité générale à s'adapter et à répondre favorablement à l'effort physique n’est pas oubliée. Le degré de la condition physique dépend de l'état de santé du sujet, de sa constitution et de son activité physique passée ou présente. L'entraînement physique a pour objet de maintenir les personnes intéressées dans une condition physique opérationnelle tout au long de leur vie. Les éléments qui constituent la condition physique sont : Endurance - Résistance - Vitesse - Détente - Souplesse - Puissance - Adresse. 3°/LES DEVOIRS DES ELEVES ENVERS LEUR PROFESSEUR : Comme nous l’avons vu jusqu’à présent, les devoirs du professeur sont particulièrement nombreux, mais le rôle d’élève en comporte également, vis-à-vis des autres élèves, mais surtout vis-à-vis de son professeur. Premièrement, les élèves doivent avoir un profond respect de leur professeur, au premier jour de leur pratique comme au dernier, quel que soit le niveau qu’ils atteignent, et encore plus s’ils parviennent à égaler, voir à dépasser leur professeur. Ils ne doivent jamais oublier que sans leur professeur (le premier comme les suivants, et le Maître avant tous), ils n’auraient certainement pas eu la chance de pratiquer l’Aïkibudo avec toutes ses composantes. Ils doivent être reconnaissants de l’investissement de l’ensemble des cadres techniques actuels comme passés, sans lesquels le patrimoine des écoles composantes de l’Aïkibudo n’aurait pu nous parvenir. Ce respect doit être étendu à l’ensemble des pratiquants d’Aïkibudo, sans lesquels ils ne pourraient pratiquer à l’occasion d’entraînements réguliers ou de stages… Le second devoir qui s’imposent aux élèves est le respect strict des consignes du professeur, et la reproduction la plus fidèle possible des techniques démontrées. Il en va d’une part de la sécurité physique des pratiquants et notamment du partenaire, et d’autre part, il en va de l’exécution technique correcte dans le cadre de l’Aïkibudo et de ses composantes historiques. Il existe de nombreuses formes de flexions de poignets dans diverses écoles traditionnelles martiales japonaises, mais il n’existe qu’une forme technique juste de faire un Kote gaeshi en Aïkibudo. Cette forme spécifique doit être préservée, conservée et transmise de générations en générations le plus fidèlement possible. C’est le rôle des professeurs de la démontrer, et c’est le devoir des élèves de tenter de l’intégrer afin de la reproduire ! Troisièmement, les élèves doivent Groupe de stagiaires, séminaire Bois-Guillaume, novembe 2002. s’engager dans leur pratique avec la volonté de progresser dans la compréhension profonde des fondements de l’Aïkibudo. Les composantes historiques sont les bases et le fondement de notre pratique évolutive, et doivent à ce titre être enseignées et apprises par l’ensemble des pratiquants. Il en va du devenir même de notre pratique ! Il est toutefois certain que la densité du programme technique impose un engagement particulièrement important, pas toujours facile à mettre en place. Cela doit toutefois rester un idéal vers lequel chaque pratiquant doit tendre. Quatrièmement, les élèves doivent adhérer et respecter les choix de leur professeur et du Maître. L’entraînement doit être l’occasion d’un échange entre pratiquant d’un même Art Martial, au-delà des différences de niveau, de sexe, d’origine sociale ou d’handicap. Ainsi la pratique avec Bruno Isaac (non voyant et candidat au B.E.E.S. 1er degré) est l’occasion d’un échange particulier et une chance sur le plan kinesthésique et sensitif. Gérard Clérin 6e dan aïkibudo. Bo jutsu. 4°/L’IMPORTANCE DE LA FORMATION CONTINUE : L’organisation interne de la formation des cadres en Aïkibudo s’attache à accompagner les candidats à l’enseignement dans les étapes successives liées à ce choix courageux vital pour la survie de notre discipline. Les E.R.C.A. (Écoles Régionales des Cadres) sont un maillon essentiel de la transmission de notre Art au côté des stages purement techniques et une aide précieuse pour l’ensemble des enseignants qui les mettent en lien direct avec la démarche de Maître Alain FLOQUET et le collège des Kodansha. Ces stages facilitent la transmission verticale et horizontale des programmes techniques et des solutions par le Comité Fédéral Aïkibudo. Ils permettent d’uniformiser la technique et la pédagogie dans la transmission des différentes composantes de l’Aïkibudo en associant la rigueur des strictes composantes ancestrales ou historiques et la nécessaire adaptation aux réalités culturelles et psychologiques. Ils sont l’occasion de confronter les expériences, d’approfondir les connaissances et d’échanger les informations scientifiques et pédagogiques pour améliorer la formation pédagogique des enseignants. En collaboration, Maître Alain Floquet, Paul- Patrick Harmant Frédéric Fraisse et Jean-Pierre Vallé (photographies : CERA) Séminaire Monitorat Fédéral et Brevet d’État AÏKIBUDO sous la direction de M. Paul-Patrick HARMANT conférencier Réglementation M. Gérard CLERIN MONT SAINT-MARTIN, 1er au 4 novembre 2003, Salle de la Fraternelle, Rue Jeanne d’Arc, 54350 MONT SAINT-MARTIN Inscriptions et renseignements : 03.90.23.16.17.(pro.) 03.88.72.36.89.(dom.) 23



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :