Aïki Mag n°3 nov 01 à mai 02
Aïki Mag n°3 nov 01 à mai 02
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°3 de nov 01 à mai 02

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Gérard Chavineau.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
commission jeunes l’art d’ENSEIGNER aux ENFANTS Y A T-IL UNE DIFFÉRENCE D'ENSEI- GNANTS ET D'ENSEIGNEMENTS QUAND ON S'ADRESSE AUX ENFANTS ? Cela paraît différent, mais pas autant qu'il y paraît. Il faut enseigner surtout des mouvements à base de déplacements, des esquives pour une réponse martiale, c'est à dire apprendre à dompter le stress. Avoir un réflexe de déplacement plutôt qu'un réflexe de panique. Ce genre de pratique développe non seulement le côté physique mais également le côté mental. La technique n'a pas beaucoup d'importance. L'enseignement peut être réalisé à partir de jeux éducatifs. Il faut développer les compétences de chacun pour les aider à s'épanouir. Je n'ai jamais enseigné les techniques qui sollicitent les articulations (Ex. Ikkyo - Nikkyo - Kote gaeshi) car elles sont dangereuses pour les enfants et les blessures infligées peuvent être définitives. Pour l'enseignement aux enfants, les 5 e et 6 e Dan sont très forts physiquement et techniquement mais pas forcément des bons enseignants. Parfois un 1 er Dan pourra enseigner avec plus de facilité qu'un haut gradé. C'est avant tout une affaire de personnalité et de qualités humaines. Il faut beaucoup de créativité pour intéresser les enfants et les maintenir en éveil. Il faut bien sûr connaître sa personnalité afin de montrer un certain charisme car pour l'enfant, le professeur est un héros. Il faut apprendre et comprendre la psychologie de l'enfant et lui montrer une image positive du 12 En recherche constante sur la voie pédagogique la mieux adaptée à l’enseignement de l’AIkido aux plus jeunes, Alain Tisman, 4 e dan, responsable de la commission, a voulu connaître le point de vue de Saotome senseï. Un entretien réalisé lors du dernier passage du sensei en France. monde. C'est plus important que la technique car les enseignants forment les générations futures. L'enseignement aux enfants est une tâche difficile, mais avant tout, il s'agit de transférer des valeurs humaines comme l'honnêteté, la dignité, la loyauté, l'esprit de groupe. Au Japon, il est plus difficile d'être instituteur qu'universitaire parce que ce dernier travaille sur un domaine restreint. L'instituteur enseigne plusieurs disciplines et doit former l'enfant dans sa façon de voir le monde et d'appréhender la société. Il en est de même pour les professeurs d'Aïkido qui ont de ce fait, une plus grande responsabilité. J'ai enseigné aux enfants au Hombu dojo pendant 3 ans. J'ai aussi par la suite enseigner l'Aïkido à des enfants handicapés. Je me rappelle un jour où il y avait une cinquantaine d'enfants présents et une cinquantaine de parents autour du tatami. Un enfant de 5 ans pleurait parce qu'il ne voulait pas quitter sa mère. Je l'ai pris et l'ai conduit fermement vers les autres enfants afin qu'il s'intègre au groupe. Je disais aux parents, que si ces derniers n'adhéraient pas à mon type d'enseignement, il était préférable qu'ils retirent définitivement l'enfant de la séance. Enseigner aux enfants c'était aussi enseigner aux parents le "lâcher prise", permettre à l'enfant d'aller vers son autonomie. Quand les parents ont un amour trop possessif, ils "tuent" l'enfant.
COMMENT PALLIER L'ABSENCE DE COMPÉTITION ? L'enfant ne demande pas de compétition. Le jeu répond à un grand nombre de besoins. Les enfants comprennent très vite. La séance doit être divertissante. Il ne faut pas créer d'opposition. La compétition doit être prise dans le sens d'une coopération qui fait avancer les choses. Par exemple, j'apprenais à deux enfants qui avaient chacun un Jo à tenir un seul ballon en l'air. Il fallait qu'ils travaillent ensemble pour réaliser cet objectif. Regardez la compétition en boxe, elle cherche à détruire : c'est une compétition négative. Alors qu'une compétition en golf cherche à accroître les compétences de chacun. L'enseignement doit être strict, mais il faut aussi qu'il y ait du plaisir pour l'enfant. Les grades ne sont pas très importants. Je me rappelle que les séances d'Aïkido étaient entrecoupées d'une pause de quinze minutes. Je laissais alors les enfants me chahuter, me toucher, me bousculer. Ils cherchaient le contact physique mais aussi, recherchaient à se mesurer. Au Japon, les parents n'ont pas beaucoup de contact physique avec leurs enfants. C'est regrettable. QUE PEUT APPORTER LE TRAVAIL AUX ARMES ? Le Shinaï est bien adapté aux enfants car il est souple et ne blesse pas. Il permet de réaliser des déplacements et des esquives à partir d'attaques. À mon Dojo de Washington, ils utilisent le Shinaï pour l'étude de Irimi Tenkan. C'est aussi un outil qui autorise la mise en place « L'enseignement aux enfants est une tâche difficile, mais avant tout, il s'agit de transférer des valeurs humaines comme l'honnêteté, la dignité, la loyauté, l'esprit de groupe… » 13



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :