Aïki Mag n°23 déc 11 à mai 2012
Aïki Mag n°23 déc 11 à mai 2012
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°23 de déc 11 à mai 2012

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,4 Mo

  • Dans ce numéro : Noro Masamichi, 50 ans d'enseignement.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
ligue languedoc-roussillon marc allorant Marc Allorant, vous êtes un enseignant reconnu, vous avez également des responsabilités fédérales, quelles sontelles, comment conciliez-vous toutes ces fonctions ? Non, on ne peut pas dire que je sois un enseignant reconnu ; je suis peut-être au mieux un enseignant occasionnel apprécié, parce que, à mon modeste niveau, je peux m'appuyer sur une longue expérience dans d'autres disciplines et parce que j'ai la passion de faire grandir l'autre. Le caractère occasionnel de cet enseignement me laisse donc du temps pour les activités fédérales. Heureusement d'ailleurs, car mon rôle de président de Ligue, du moins tel que je le conçois avec mes imperfections, est assez vaste pour occuper une bonne partie de mes journées, alors même que je n'ai pas fini d'en découvrir tous les aspects. Il implique aussi des échanges très fréquents avec la fédération. Un président de ligue me semble devoir être un animateur et un fédérateur en interne, rester à l'écoute et tirer le meilleur parti possible des dynamismes et des énergies de sa ligue et les stimuler. Il doit aussi avec son CODIR mener une réflexion permanente sur le développement à court et moyen terme de l'Aïkido dans sa ligue. A ce titre, ces réflexions intéressent la fédération, qui est naturellement pilote dans ce domaine, permettant ainsi que que le développement de l'Aïkido et l'épanouissement de ses pratiquants soient l'affaire de tous. De qui avez-vous reçu l'essentiel de votre Aïkido ? Après une année de découverte de l'Aïkido avec un élève de maître Minoru Mochizuki en 1965/66, j'ai dû attendre 1999 et la retraite pour reprendre la pratique avec Marc Senzier, 4 e dan BE1, qui enseigne dans plusieurs clubs au NE de Montpellier. J'apprécie tout particulièrement son souci de perfection technique et de cohérence martiale, sa rigueur dans l'acquisition des fondamentaux et le respect des principes... toujours dans la bonne humeur. De nombreuses activités et quelques blessures ne m'ont pas permis de participer à beaucoup de stages, mais j'ai apprécié pour 4 RENCONTRE rigueur & transmission Marc Allorant, 2 e dan, est le président comblé de la ligue Languedoc-Roussillon, qui ne cesse de progresser, grâce à la qualité de transmission et la force de travail de ses cadres techniques. leurs apports différents Gilbert Maillot, Franck Noel, Christian Tissier, Micheline Tissier, Philippe Gouttard et Marc Bachraty, cités à peu près dans l'ordre dans lequel je les ai rencontrés. La fidélité à une école ou à un senseï vous semble t-elle indispensable, pourquoi ? Comment répondre sans préciser le sens donné à senseï, à école et à fidélité ? Il peut y avoir là de grandes différences. Le senseï est pour moi une personne qui a développé une maîtrise très poussée de l'Aïkido et dont la vie et le comportement sont imprégnés par l'esprit de la discipline. L'école est formée par l'ensemble des élèves d'un senseï particulièrement charismatique ; elle apporte une vision de l'Aïkido et du monde. Mais quel que soit le senseï, maître Ueshiba mis à part, qui peut prétendre avoir embrassé tout l'Aïkido ? La fidélité est conscience des racines de sa pratique, reconnaissance pour le sensei et ou l'école auxquels on les doit, joie de pratiquer dans leur respect. Mais elle n'interdit en aucun cas…
La ligue Languedoc-Roussillon Le territoire de la ligue Languedoc-Roussillon comprend cinq départements, Aude, Gard, Hérault, Lozère et Pyrénées- Orientales. Pour des raisons de commodité géographique, le sudest de l'Aveyron, tourné vers Montpellier, lui est rattaché. C'est un territoire éclaté puisqu'il s'étend par la route sur 320 km d'est en ouest et 370 du nord au sud, aucun département n'ayant de limites communes avec plus de deux autres départements de la région. Celle-ci compte environ 2.600.000 habitants, avec une agglomération majeure, Montpellier (440 000 hab.), et une chaîne d'agglomérations moins importantes, déployées le long des axes de pénétration : Alès (50 000 hab.), Nîmes (180 000 hab.), Béziers, (90.000 hab), Narbonne (70 000 hab.), Carcassonne (60 000 hab.) et Perpignan (120 000 hab.). Le terrain très accidenté et les ressources naturelles limitées en dehors de la plaine côtière ont entraîné la stagnation, voire la régression des villes situées dans l'arrière-pays. Les zones basses présentent un réseau assez dense de villages et de villes petites ou moyennes. La ligue comptait au 31 août 2011, 1465 licenciés, 227 pour l'Aude, 309 pour le Gard, 575 pour l'Hérault, 70 pour la Lozère, 233 pour les Pyrénées Orientales et 50 pour l'Aveyron (1 club). Lozère et Aveyron sont les seuls à ne pas avoir des effectifs en progression cette année. L'étalement de la ligue implique un mode de fonctionnement très décentralisé. Le CODIR ligue se concentre sur des actions d'intérêt général et la coordination des activités et donne aux CODEP une grande marge d'initiative et quelques moyens financiers pour développer leurs actions. Cela fonctionne de façon satisfaisante grâce à l'engagement desmembres clé du CODIR de la ligue, Béatrice Navarro et Marie- Quelques animateurs de la ligue Languedoc-Rousillon, de haut en bas et de gauche à droite : Serge Grissi, Mariano Aristin, Alain Tendron, Francisco Diaz, Marc Senzier. 5 Ange de Sonis à Carcassonne, Christian Roosen à Narbonne, Francisco Diaz de Montpellier et des CODEP, Béatrice Navarro (encore elle !) pour l'Aude, Serge Grissi pour le Gard, Francisco Diaz (encore lui !) pour l'Hérault, Thierry Barbier pour la Lozère, Danielle Faguet pour les Pyrénées Orientales et Françoise Guy pour le club de Millau. Les 51 clubs de la ligue se trouvent essentiellement dans les grandes agglomérations, mais les créations les plus récentes ont eu lieu en majorité dans des petites villes. De nouvelles affiliations sont en cours et notre réservoir d'enseignants qualifiés nous ouvre des perspectives intéressantes. Dix clubs ont plus de 50 licenciés, 13 en ont entre 30 et 50, 18 entre 30 et 10 et 10 en ont moins de 10. Le club le plus important en compte 76. Après les passages de grades dan de juin 2011, la ligue compte exactement 201 gradés dan, soit un 7 e dan, trois 5 e dan, quinze 4 e dan, vingtneuf 3 e dan, cinquante-cinq 2 e dan et quatre-vingt-dixhuit 1 er dan : une pyramide bien régulière ! La ligue entame la dernière année d'une olympiade qui a vu ses effectifs se redresser. Cela sera une année de consolidation, et de réflexion pour constituer au niveau de la ligue comme des CODEP des équipes qui pourront entretenir et amplifier sa progression dans la bonne humeur et la concertation. ◆ M.A.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :