Aïki Mag n°20 jun à nov 2010
Aïki Mag n°20 jun à nov 2010
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°20 de jun à nov 2010

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,8 Mo

  • Dans ce numéro : rencontre avec Sophie d'Auzac, l'énergie communicative.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
STAGE osawa hayato shihan un grand sensei de l’aïkikaï en essonne Du 9 au 13 décembre derniers, le Comité Départemental FFAAA de l’Essonne, aidé en cela par le Conseil Général, a organisé une tournée des dojos pour présenter l’Aïkido dans ce département. Le Président et son Comité ont invité, pour à cette occasion, Osawa Hayato sensei, 7 e dan, professeur à l’Aïkikai de Tokyo. Osawa Hayato n’est autre que le fils du grand maître Osawa Kisaburo qui fut l’un des plus proches collaborateurs de feu Ueshiba Morihei (1883-1969), le fondateur de l’Aïkido. Pour cette occasion, Osawa Hayato sensei a dirigé des stages dans cinq villes de l’Essonne, à savoir Draveil, Lisses, Morangis en soirée, Sainte-Geneviève-des-Bois le samedi Des aïkidoka venus de toute l’Europe pour perfectionner leurs kihon waza avec Osawa Hayato shihan. après-midi puis il a terminé son tour des dojos de l’Essonne à Brétigny-sur- Orge, le dimanche toute la journée. Plus de 850 stagiaires ont pu profiter de ces stages pour pratiquer avec un sensei japonais, certains pour la première fois, comme débutants, d’autres pour se perfectionner au contact d’un sensei de l’Aïkikaï. Pour chaque cours le nombre de participants approchait les 200 stagiaires, même en soirée. Des aïkidoka de l’Essonne bien sûr, mais beaucoup étaient venus également de toute l’Ile-de-France et d’ailleurs. Un grand nombre d’aïkidoka étrangers étaient présents, 25 Roumains, de nombreux Belges dont Dany Leclerc, Président et responsable technique de 6 la Fédération de Belgique, des Italiens, ainsi qu’un aïkidoka congolais, secrétaire général de la Fédération du Congo, venu directement de Brazzaville pour participer à cet événement exceptionnel, témoignant de l’implantation de notre art sur les cinq continents. La qualité technique Présents également, des hauts gradés ainsi que des responsables de la FFAAA comme Maxime Delhomme son Président, le docteur Hubert Thomas, Président du Kinomichi, Madame Odyle Noro, maître Noro Masamichi s’étant fait excuser, Christian Tissier, Frank Noel, Arnaud Waltz, Pascal Norbelly, Pascal Durchon ont participé à ces stages. Des personnalités locales comme les maires de chaque ville organisatrice étaient présentes, ainsi que de nombreux responsables des sports et associations. Ils ont pu apprécier, pour certains découvrir l’Aïkido, ses techniques mais aussi les valeurs qui font l’essence de notre pratique. Tout au long de ces stages, les aïkidoka présents ont pu mesurer la qualité technique de l’enseignement d’Osawa sensei, comme nous le précise Maurice Thai, professeur à Morangis et co-organisateur de cette tournée : « Comme fil directeur du stage, Osawa sensei a fait principalement travailler les techniques fondamentales de base (kihon waza avec ikkyo, irimi nage et shiho
L’Aikido shimbun de Tokyo a relaté le séjour en France d’Osawa Hayato shihan : À la demande de la FFAAA, Osawa Hayato shihan a dirigé, du 9 au 13 décembre 2009, un stage en France, organisé par Michel Hamon (Président de la Ligue IDF-FFAAA) et Maurice Thai (professeur au dojo de Morangis). Michel Hamon faisait partie des hôtes ayant accueilli Osawa shihan lorsqu'il avait accompagné doshu Kishomaru Ueshiba lors de son voyage en France il y a 25 ans. L'heure était donc aux retrouvailles. Le stage s'est étalé sur cinq jours dans cinq villes différentes de l’Essonne, dans la banlieue sud de Paris (environ 45 minutes en voiture) : Draveil, Lisses, Morangis, Sainte-Geneviève-des-Bois et Brétigny-sur-Orge. Aux pratiquants de la région se sont ajoutés des pratiquants japonais, italiens, belges, congolais et roumains, totalisant 860 personnes sur l'ensemble de la durée. À noter que parmi les Roumains, certains étaient également présents il ya 25 ans lors de la venue du doshu. Il y avait donc pour ceux-là une touche de nostalgie dans cette nouvelle rencontre. Ce stage fut également marqué par les présences de Christian Tissier et Frank Noel. Osawa shihan a principalement mis l'accent sur les techniques de base (kihon waza), la posture (shisei), la position des mains et des pieds ou bien encore les déplacements en gardant en position basse le centre de gravité (ashi hakobi). Certaines personnes ont sans doute été, de prime abord, déroutées par cette pratique détaillée mais, au fil des jours et en répétant les mêmes mouvements, le message a fait son chemin dans les esprits et lors de la dernière journée de pratique un sentiment d'unité se dégageait. Cela illustre exactement le processus de pratique des formes (kata). Lors des premières phases où l'on cherche à assimiler la forme par rapport à soi-même, il arrive naturellement que la connexion avec le partenaire soit coupée, puis au fur et à mesure que l'on insuffle la vie dans la forme (kata), la relation avec le partenaire s'en trouve approfondie. La France est un pays où l'Aïkido est déjà profondément ancré depuis de nombreuses années et où le niveau des pratiquants est extrêmement élevé. Cependant, même pour un Aïkido mûr, la pratique continue des techniques de base reste primordiale. Miyuki Kumazawa, Hombu dojo Photos Pierre Lagune 7 nage) telles qu'elles sont pratiquées au Hombu dojo de l’Aïkikaï de Tokyo. Osawa sensei a insisté sur la pratique de mouvements simples pour mieux appréhender son corps et surtout apprendre à être relâché pour pouvoir exprimer sa puissance au bon moment sous forme d'une impulsion très brève. Dès l'échauffement, il a inclus un travail fluide à deux, sous forme de jyu waza. S'apercevant des difficultés des pratiquants sur la gestion de leur posture (shisei) et de la dynamique des mains et des pieds, il a fait répéter les techniques sans partenaire sous forme de kata avant de les faire pratiquer ensuite à deux. Ceci a permis de mieux assimiler la forme par rapport à soi-même. Osawa sensei a particulièrement insisté sur un travail avec un centre de gravité bas, à noter son attitude très féline, demandant de rechercher sans cesse une relation sincère avec son partenaire tout au long de la construction d'une technique, seul moyen d'atteindre son coeur (kokoro). Perfectionner son souffle (kokyu ho) fut également souvent pratiqué sur attaque morote dori ou lors de la saisie ryote dori en suwari waza. » Un succès Au nombre de messages de félicitations reçus, y compris celui du Hombu dojo de Tokyo, ce stage a été une réussite à tous points de vue. Je ne terminerai pas sans remercier tous les acteurs de cette grande organisation, les responsables des clubs, les techniciens, les nombreux bénévoles qui ont, d’une manière ou d’une autre, de près ou de loin, participé à la réussite de cette semaine évènementielle de l’Aïkido, car sans eux cette tournée n’aurait pu se faire et connaître un tel succès. ● Michel Hamon Président du Comité FFAAA Département Essonne



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :