Aïki Mag n°2 jui à oct 2001
Aïki Mag n°2 jui à oct 2001
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°2 de jui à oct 2001

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 297) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,4 Mo

  • Dans ce numéro : Saotome Mitsugi, l'harmonie dans la pratique.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 16 - 17  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
16 17
technique Technicien scrupuleux, Alain Guerrier, 6ème dan Aïkikaï, s’est imprégné des principes fondamentaux de l’Aïkido durant ses nombreuses années passées à l’étudier auprès des grands maîtres de l’Aïkikaï. Il aborde ici un thème, majeur pour tout aïkidoka désireux de progresser dans la réalisation des techniques de bases. Pour une prise de conscience des relations entre les mouvements Les kihon, que chacun commence à effectuer du jour où il s’inscrit dans un dojo, sont les techniques incontournables de l’Aïkido. Le nombre d’heures qui deviendront inéluctablement des mois, puis des années passées à les répéter vont nous faire entrer corps et âme dans le domaine de cette discipline qui va développer en nous une autre forme d’intelligence, affiner notre sensibilité et, finalement, nous faire voir les choses de la vie d’une manière plus équilibrée, plus sage. MAÎTRE UESHIBA A DIT : L’AÏKIDO C’EST 1 Le but ultime de cette discipline serait donc, par la pratique assidue des mouvements de base comme outils, de recréer cette unité en nous permettant de comprendre la relation entre les différents principes qu’ils véhiculent, de les lier entre eux jusqu’à recréer l’unité corps> esprit> mouvement. Il ne restera plus alors que l’étape ultime : réaliser l’unité avec le partenaire. La discipline Aïkido, pratiquée déjà par plus d’un million de 16 personnes dans le monde, prendrait alors la dimension d’un système tendant à réaliser l’harmonie universelle dont le maître parlait. TRANSMISSION D’UNE DISCIPLINE UNIQUE… PAR DES MÉTHODES VARIABLES Dans l’enseignement actuel de l’Aïkido l’élève pourra rencontrer différents types de pédagogie. Celle-ci sera variable selon le professeur qu’il aura choisi, le niveau technique de celui-ci, sa vision de l’aïkido et ce qu’il aura l’intention de lui faire acquérir. Bien sûr, dans tous les dojos on enseigne Ikkyo, Nikyo, Sankyo, etc… et ceci est un passage obligé. Pourtant, quand bien même il faudra toujours y revenir, de même qu’un musicien doit toujours revenir aux gammes, il ne faudrait pas que ceux-ci soient enseignés comme une finalité, les Kihon pour les Kihon. Une fois leur mécanisme globalement acquis, l’étape suivante devrait permettre une prise de conscience de ce qui les lie et leur donner déjà ainsi une autre dimension. Actuellement on semble en être au stade d’une tentative de définition à tout prix et l’on compare souvent l’Aïkido à une méthode de communication, à un langage. Nous sommes au pays de Descartes où l'on nous a enseigné que l'on pouvait tout comprendre et expliquer par des mots. Pourtant leur sens est loin d’être commun à des individus qui, pour la majorité d’entre eux, comprennent à travers un système logique qui leur est propre. Mais, avec un esprit ainsi "formaté" depuis notre prime jeunesse, peut être est-ce un mal nécessaire dans le chemin de progression sur lequel on s’est engagé. POUR UNE APPROCHE DE PRISE DE CONSCIENCE Ce que nous savons, c'est que l'aïkido est né au Japon. Ce que nous devons comprendre, c'est que c'est l'émanation d'une culture qui nous est vraiment très étrangère. C'est donc à nous, puisque nous avons été attirés par cette discipline, à nous efforcer de l'apprendre comme font les Japonais : à mieux observer afin de voir ce qui ne nous apparaît généralement pas sans les belles explications savantes qui sont actuellement à la mode mais...… destinées seulement à pallier un "manque" à comprendre. A l'Aïkikaï la pratique s'effectue presque sans aucune explication. Pourtant, les grands experts japonais que nous connaissons l’ont appris ainsi et les Français qui y sont allés et ont pratiqué l’aïkido à la japonaise ont, eux aussi et malgré la différence de culture, amélioré leur pratique en apprenant à comprendre autrement qu'à travers des explications, par euxmêmes, en observant différemment et avec plus d’acuité. Comprendre ce que l’on nous explique fait appel à notre intelligence, comprendre par soimême ce que l’on ne nous explique pas développe certainement une autre forme, au moins tout aussi importante, de notre intelligence. L’apprentissage d’une discipline comme l’Aïkido ne peut pas se faire avec nos outils habituels de réflexion et la compréhension du pratiquant semble jalonnée par des étapes de prises de conscience. Dans le but de développer cette forme particulière de compréhension il faudrait essayer, par une observation plus attentive, plus intuitive aussi, de prendre
Ushiro ryote dori Ikkyo conscience des relations parfois très étroites qui existent dans un grand nombre de mouvements. C’est dans cette intention que je désirerais développer deux types de relation qu’il me paraît utile de faire afin que chacun puisse, par la suite, devenir capable d’en trouver d’autres : 1) 1 Kihon et « son » kokyu-nage ; 2) 3 Kihon entre eux. 1) UN KIHON ET "SON" KOKYU-NAGE Kokyu nage Sur Ushiro Ryote-dori, deux mouvements des plus classiques se réaliseront naturellement : Kokyu-nage, celui que les examinateurs voient invariablement lors des examens de grades sur cette saisie, et Ikkyo. Là aussi, comme l’illustrent les photos, à un moment donné de l’action, parce que les deux mouvements se déroulent selon un principe qui leur est commun, la position de A sera la même. Seules l’intensité et la vitesse de l’action, initiée de face, auront privilégié une immobilisation ou un Kokyu-nage. Si celle-ci est peu dynamique Ikkyo pourra être exécuté naturellement, si elle l’est plus, le Kokyu-nage engendré par ce dynamisme se réalisera, sans la participation totalement volontaire de celui qui l’exécute, un même principe physique régis- 17



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :