Aïki Mag n°18 jun à nov 2009
Aïki Mag n°18 jun à nov 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°18 de jun à nov 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2,5 Mo

  • Dans ce numéro : aïkibudo, Alain Floquet, 50 ans de ceinture noire.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 10 - 11  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
10 11
AÏKIDO Ligue d’Auvergne Cette dynamique se fait en collaboration avec le DTR et les cadres de la ligue. Mes fonctions me conduisent à prendre des décisions pour un groupe constitué d’une multitude de particularités. Il est évident qu’à partir du moment où vous vous impliquez, même à titre bénévole, vous êtes « exposé » et soumis aux commentaires. J’ai été secrétaire de la ligue pendant 5 années et je suis présidente de cette même ligue depuis presque 4 ans. Il est vrai que mes temps de pratique ne sont plus aussi simples, je suis et reste, trop souvent à mon goût, sur le tapis « la présidente de ligue ». À un moment donné, j’ai souffert de cette confusion « des genres », c’était devenu difficile pour moi. J’ai eu une période de repli, je n’arrivais plus à apprécier les stages qui devenaient trop souvent le lieu de résolution des problèmes administratifs. Depuis, peut être avec l’âge ou l’expérience, j’arrive à prendre la distance nécessaire. J’ai modifié mon attitude. Le dojo est redevenu exclusivement un lieu de pratique. Toute communication liée à ma fonction se fait en dehors de cette pratique. À ce propos, mon séjour au Japon au mois d’avril 2008 m’a beaucoup apporté : les Japonais pratiquent mais parlent peu. En France, selon moi, nous avons tendance —les pratiquants— à trop parler pour vouloir démontrer. Nous passons trop de temps à vouloir expliquer alors que l’essentiel passe par le corps. La mise en application de ce principe m’a permis de réduire mes temps de parole pour laisser davantage de place à la pratique, sans pour autant rompre toute communication, bien au contraire. Vous venez d’être élue au Comité Directeur de la fédération avec une fonction bien précise, pouvez-vous en préciser le contenu ? Je fais partie du Comité Directeur de la fédération depuis novembre 2008 et plus précisément de la commission Formation et de la commission Relation Enseignants. C’est une commission nouvellement créée. L’objectif est de faciliter la gestion, la circulation des informations et la communication entre le Bureau Fédéral, le Comité Directeur et le Collège 10 Quel que soit le partenaire, l’Aïkido doit être pratiqué avec la même conviction. Technique. De part mon expérience en Aïkido, j’entends trop souvent parler des « administratifs » et des « techniciens » avec semble-t’il parfois des incompréhensions et une communication parfois délicate. Je mets souvent en avant un parallèle que je maîtrise mieux dans mon contexte professionnel : il semble difficile de prendre des décisions sans concertation avec l’équipe enseignante et inversement. Pour que le navire puisse avancer, il est indispensable que l’équipage et le capitaine travaillent ensemble dans une même direction. De même, l’équipage doit pouvoir collaborer pour aller dans la direction souhaitée. Ce sont, selon moi, des conditions indispensables pour pouvoir réussir. À quoi l’aïkidoka doit-il attacher le plus d’importance ? Chacun d’entre nous arrive sur le tapis avec son propre bagage, sa culture, son histoire, ses valeurs ou nonvaleurs. L’Aïkido, selon moi, ne permet pas à l’Homme avec un grand H de devenir parfait, loin de là. Mais je pense que la pratique a un impact sur lui. La pratique de l’Aïkido peut contribuer à rendre humble et, il me semble, doit pouvoir permettre aux individus de se remettre en cause et, par conséquent, d’évoluer sur le plan mental et psychique. Mais attention, ne nous méprenons pas, je ne pense pas que l’Aïkido soit une thérapie, mais plutôt un outil extraordinaire qui permet, avec le temps, d’établir des liens entre le dojo et la vie : l’apprentissage des expériences positives ou négatives, l’échange, la tolérance, l’humilité, la communication. Une école de la vie. En ce qui concerne l’harmonie, je pense que l’essentiel est d’être en harmonie avec soi-même, et seulement à ce moment-là, à un instant T, nous pouvons être en symbiose avec le partenaire sur le tatami. ● Propos recueillis par Albert Wrac’h
25 e anniversaire de la ligue Ile-de-France Le 7 décembre 2008 se déroulait un stage d’Aïkido comme tant d'autres, en apparence, mais celui-ci était un peu particulier... Il s’agissait de fêter le 25 e anniversaire de la ligue Ile-de-France. Plus de 200 stagiaires s’étaient déplacés au gymnase Didot pour célébrer ce quart de siècle. Le stage était dirigé par Bernard Palmier 7 e dan, notre DTR, récemment opéré de la hanche, qui nous fit une démonstration de son savoir-faire et ce malgré cette intervention chirurgicale ; bravo à Bernard pour son courage. Il était secondé par Pascal Norbelly 6 e dan et Arnaud Waltz 6 e dan qui ont, eux aussi, animé avec brio ce stage exceptionnel. La bonne surprise fut la présence de notre président Maxime Delhomme, très applaudi par tout ce petit monde de l'Aïkido. Personnellement très touché par sa présence, je l'en remercie. Je rappelle que Maxime Delhomme a été réélu à la tête de notre fédération en novembre 2008. Après la séance de photos-souvenir traditionnelle, le personnel du gymnase a installé des tables pour le cocktail de bienvenue à tous les participants de ce stage. Petits fours salés et sucrés, amuse-gueules de toutes sortes, pains surprises, mini-macarons, navettes garnies recouvraient les tables... le tout arrosé de Crémant d'Alsace et autres boissons plus sportives, jus de fruits et Coca-Cola. Le but de ce rassemblement, outre de fêter ce 25 e anniversaire, était de rassembler anciens et nouveaux aïkidoka dans une ambiance conviviale et de pouvoir discuter, pour les jeunes, avec leurs aînés, de notre art martial. Les responsables de l'Aïkido étaient présents, Etienne Bouley et Tony Hittema, président de la ligue Ile-de-France d’Aïkibudo. Les aïkidoka présents ont chaleureusement remercié la ligue Ile-de-France pour cette première particulièrement réussie. De mon côté, je remercie tous les stagiaires, le Comité Directeur de la ligue et son staff représenté par Josette Nickels. Michel Hamon, Président de la ligue Ile-de-France Hommage à Louis Speck C'est avec bonheur que nous avions rencontré Louis et Maryse, venus dès 1999 en stage d'été dans les Pyrénées-Orientales puis installés en Cerdagne depuis 2003. Louis fait partie des personnalités marquantes de l'Aïkido par son implication de chaque instant et à tous les niveaux. Inlassable pratiquant, il a débuté en 1978 chez maître Noro, a été élève de Christian Tissier pendant plus de 10 ans, puis a enseigné en Picardie et dans notre département. Il ne ratait jamais une occasion de revêtir son keikogi pour partager sa pratique, volubile et joyeux ; énergique aussi et courageux pour réussir en juin 2002 l'examen du 4 e dan à 71 ans. Il s'est investi également comme administrateur en région Picardie dont il fut le président efficace de 1998 à 2003 et comme membre de jury en Languedoc-Roussillon, dès 2006. Partager l'Aïkido était sa devise ; il l'a illustré à maintes reprises en créant, avec Maryse, l'Aïkido Club Picard, puis l'Aïkido Club Amiénois et enfin l'Aïkido Club Cerdagne Capcir en 2003, dont il a fait un des plus gros clubs de la région Languedoc-Roussillon. Titulaire du brevet d'état depuis 1994, il a transmis avec un enthousiasme inaltérable sa passion de l'Aïkido, la rigueur dans un esprit convivial et le plaisir de la pratique. Nous garderons, vivant en nos mémoires et nos cœurs, « sensei Loulou » comme l’appelaient avec affection les élèves de son club, évoluant sur les tatamis, infatigable et toujours souriant. Les aïkidoka des Pyrénées-Orientales 11 INFOS Du jutsu au do - suite de la page 7 …pas pour reproduire servilement les formes mais pour les incarner. « Entre par la forme et sort de la forme » disent les Japonais. Il s’agit d’« in-corps-porer » la forme pour en sortir, c’est tout l’enjeu du kata. D’un point de vue plus général, chaque enseignant d’Aïkido, à son niveau, est dépositaire (certains plus que d’autres évidemment) d’une partie de la discipline créée par Morihei Ueshiba. La pérennité et la cohérence de notre discipline ne peut passer que par un effort permanent de chaque enseignant, interne et externe à la discipline. Interne par la pratique, par une formation continue, par un travail d’ouverture, de compréhension des différentes expressions de notre discipline, par exemple, lors des passages de grades. « La base de l’entraînement repose sur une pratique assidue, rigoureuse et absolue (infinie, éternelle, perpétuelle et sans bornes » écrit Seigo Yamaguchi. Un effort externe qui peut prendre des voies différentes suivant les individus. Toute recherche personnelle de l’enseignant destinée à nourrir sa pratique, son enseignement ne peut être que bénéfique. « Toujours, étude intense… » écrit O Sensei et également : « L’entraînement de Bujutsu est de pétrir, consolider, polir encore et encore la grande force que nous avons grâce à l’unification entre l’âme et le corps. » L’idée de pétrissage me paraît une belle image pour exprimer cette idée de travail permanent. C’est le sens d’un des kanji composant renshu. Ce mot était fréquemment employé par Christian Tissier lors de son retour du Japon. Il faut donc lutter en permanence contre tout ce qui pourrait réduire la discipline, qui conduirait à une vision parcellaire. Laissons la conclusion à O Sensei : « …les enseignements des maîtres et des sages n’expriment qu’une partie du tout. Il est impossible, à qui que ce soit, d’aborder un pareil sujet dans toute sa dimension — il ne reste […] qu’à tâcher d’apprendre par une pratique constante, absolue et l’exercice sincère de la vertu. C’est sur ce fil aiguisé que vous pouvez trouver l’éveil. » ● Gilles Rettel 5 e dan BE2 e, DTR Bretagne Uke : Stéphane Adam du club Bushinkaï Aïkido d’Avrillé et Alain Ipekdjian du Cercle Aïkido du Vieux Nice. La plupart des citations proviennent des sources suivantes : Ueshiba Morihei. Budo renshu, Techniques de budo en Aïkido. Guy Trédaniel Éditeur, 1998 Ueshiba Morihei. Budo. Les enseignements du fondateur de l’Aïkido. Budo Éditions, 1991 Ueshiba Kisshomaru. L'esprit de l’Aïkido. Budo Éditions, 1998 Ueshiba Kisshomaru. La pratique de l’Aïkido. Budo Éditions, 1998



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :