Aïki Mag n°17 déc 08 à mai 2009
Aïki Mag n°17 déc 08 à mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de déc 08 à mai 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Dominique Peinturier, le lien fondamental.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 6 - 7  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
6 7
AÏKIDO jutsu et do physique n’est plus l’objectif principal. Cela ne signifie pas que l’Aïkido ne doit pas être efficace mais cet objectif est secondaire. Ce point sur l’efficacité de l’Aïkido est source de débats permanents. Il ne sera pas traité sur le fond dans le cadre de cette étude. Les techniques sont devenues des moyens pour progresser vers l’objectif. Contrairement au jutsu où il y a un vainqueur et un vaincu, la résolution du conflit en Aïkido doit laisser place à un apaisement des tensions. Une victoire de type destruction d’un des protagonistes pourrait signifier humiliation, haine, frustration, ressentiment et déboucher sur une vengeance ou une vendetta, c'est-à-dire une suite de conflits sans fin. L’histoire humaine nous fournit malheureusement de multiples exemples de cette mécanique. En Aïkido s’il y a victoire, c’est celle d’une pacification, d’une relation empreinte de sérénité, de l’apaisement sans suite, sans scorie, sans résidu au profit des deux « partenaires », au bénéfice des deux parties. Pour résumer, dans le cas du do, la dimension éducative est essentielle, l’objectif c’est le développement de l’individu, les techniques ne sont qu’un moyen. L’objectif du do – exprimé ci-dessus par l’Aïkikaï – peut être commun avec des disciplines dont les propos semblent être très éloignés de la martialité, comme le Chado (voie du thé), le Shodo (lcalligraphie japonaise), le Kado ou l’Ikebana (arrangement floral), le Kodo (voie de l'encens), etc. Il est possible alors d’exprimer d’une autre manière l’objectif d’un do : apprendre à se comporter (conformément avec les lois de la nature). Il faut entendre cette expression dans une acceptation très large : apprendre à se comporter par rapport à soi, à l’autre, à la situation, au lieu, à la société, à notre planète, à l’univers donc à la nature. Cette approche a le mérite, entre autres, de tordre le cou à la présentation qui est souvent proposée du Reishiki – traduit la plupart du temps par « étiquette » – comme un ensemble de règles fixes et intangibles. Il n’en est rien. C’est l’adaptation à la situation qui est importante. Avoir l’attitude juste, le comportement adéquat par rapport à la situation présente, c’est bien l’objectif du do. « C’est la raison pour laquelle on dit que le Rei est l’origine et l’objectif final du budo », souligne Mitsunari Kanai shihan (enseignant Aïkido en Grande-Bretagne). Le principe est toujours le même, par contre l’expression peut être différente. Les « règles » sont alors l’expression dans une discipline de ces principes en fonction de ses valeurs. Ce qu’exprime le pratiquant par son comportement, son attitude est important plus que le comment il le fait. C’est ce que doivent également ressentir les personnes autour. « Le but de toute étiquette est de cultiver votre esprit de telle manière que, même lorsque vous êtes tranquillement assis, l’idée ne puisse même pas venir au plus grossier des hommes d’oser vous attaquer ». École d’étiquette d’Ogasawara. Le passage du jutsu au do ne concerne pas uniquement l’Aïkido et il s’inscrit dans un vaste mouvement dont l’origine remonte à plusieurs siècles. Vers 1600, avec la prise de pouvoir de Ieyasu Tokugawa, une longue période de paix s'installe sur le Japon où les samouraïs se trouvent désœuvrés. C'est la période Edo. « C’est se leurrer que de penser que l’art martial consiste uniquement à couper un homme en deux. Son objectif n’est pas de tuer les gens mais d’éradiquer le mal. Il va s’attacher à éradiquer le mal chez un homme pour donner la vie à dix mille autres. » Yagyu Munenori. Takuan Soho (1573-1645, moine zen de l’école Rinzai) ne dit pas autre chose : « […] l’homme accompli utilise le sabre mais ne tue pas les autres. Il utilise le sabre et donne vie aux autres ». Ces deux citations de l’époque Edo témoignent de l’orientation du jutsu vers le do. Aujourd’hui, les Japonais les appellent kobudo, c'est-à-dire ancien budo. À partir de l’ère Meiji (1868), le Japon s’ouvre vers l’extérieur et va se moderniser très vite. Ce sont les armes utilisées par les samouraïs qui deviennent alors obsolètes. Les connaissances accumulées et transmises depuis des siècles dans les ryu doivent évoluer si elles veulent perdurer. Cela conduit à ce que les Japonais appellent les gendai budo : les budo modernes, dont les représentants les plus connus sont le Judo, le Karaté-do et l’Aïkido. Il existe une autre catégorie utilisée par les Japonais : les kakutogi qui apparaissent au milieu du XX e siècle. Il s’agit de sports de combat, impliquant compétition, donc réglementation, se déroulant la plupart du temps dans un lieu de type ring. Même si les techniques utilisées proviennent souvent des kobudo, l’objectif est totalement différent, c’est une compétition sportive. Morihei Ueshiba évoque la distinction entre sport et do en précisant l’objectif : « (Le do est, pour les pratiquants, un) […] moyen pour affermir leurs facultés mentales, trouver la paix intérieure et découvrir ce qui est bon et beau, toutes dimensions que le sport n’envisage pas ». Le ministère français, en charge des sports, parle de sports d’opposition et en donne une liste exhaustive : Aïkido, Boxe anglaise, Boxe française savate, Escrime, 6 Variante de tenchi nage, avec les deux mains en haut, couramment pratiquée avant la deuxième guerre mondiale. Judo ju jitsu (sic), Karaté, Lutte, Sambo, Taekwondo. Entre les différentes catégories : kobudo, gendai budo, kakutogi, sports d’opposition, les frontières ne sont pas claires. L’Aïkido est dans la liste du ministère mais est sans compétition. Le Judo est un do mais est un sport de compétition. Rappelons l’épisode du compétiteur cubain de Tae kwon do aux J.O. de Pékin qui, mécontent de la décision de disqualification le concernant, a frappé un des arbitres d’un coup de pied. Ce n’est évidemment pas la discipline qui est en cause ici mais le comportement du sportif. Du coup la mention fréquente des « arts martiaux traditionnels » pour les budo pose problème puisque les Japonais eux-mêmes les appellent modernes. Si l’Aïkido plonge ses racines dans des jutsu effectivement anciens, la discipline, elle-même, n’existe officiellement que depuis 1942. Rien n’est donc moins traditionnel que l’Aïkido. Il me semble qu’il y a confusion entre la discipline et la transmission. Ce que certains qualifient de « traditionnel » est en fait un type de transmission basée sur la relation directe entre maître et disciple
appelée i shin den shin. « La véritable essence ne peut être transmise que d’esprit à esprit, de mon âme à ton âme […] ». La même préoccupation existait avec Socrate et d’autres philosophes grecs pour lesquels la méthode de transmission était le dialogue, l’échange direct entre le maître et le disciple. Il est d’ailleurs étonnant que les tenants de cette vision traditionaliste, tout à fait honorable au demeurant, utilisent souvent le livre Budo pour justifier une dérive présumée de la discipline hors de la tradition, alors que rien n’est moins traditionnel que l’utilisation du livre dans la transmission d’un art martial. Le pratiquant attentif et observateur reconnaîtra ici l’origine de débats bien connus et récurrents qui agitent en permanence le petit monde des arts martiaux et sur lesquels je ne m’appesantirai pas. Ce type de transmission i shin den shin et de relation forte entre maître et disciple ne limite t-elle pas la diffusion – voulue, on va le voir – de la discipline et ne la confine t-elle pas à n’être qu’un ryu ? C’est un véritable enjeu sur lequel O Sensei Morihei Ueshiba a réfléchi et sur lequel nous reviendrons. 3- Levée du secret Une des conséquences de la différence entre jutsu et budo, c’est l’aspect secret ou public de la discipline. Ce passage du secret à la publicité – nécessaire pour permettre la pratique de la discipline par le plus grand nombre – apparaît clairement dans la chronologie liée à O Sensei. Au milieu des années 1930, O Sensei rédige des règles du dojo. L’une d’entre elles est sans ambiguïté : « Toutes les techniques sans exception sont secrètes et ne peuvent être montrées à ceux qui ne pratiquent pas ! » Certaines traductions de ce Exemple d'immobilisation ne correspondant plus à certaines valeurs de l'Aïkido aujourd'hui, mais tout à fait recevable dans d'autres do Il me semble qu’il y a confusion entre la discipline et la transmission. Ce que certains qualifient de « traditionnel », c’est en fait un type de transmission basée sur la relation directe entre maître et disciple appelée i shin den shin... texte sont assez différentes mais l’idée reste la même. Pourtant en 1933, il écrit dans Budo Renshu : « Au fur et à mesure que les conditions sociales changent et que progresse l’esprit humain, le bu jutsu est aussi obligé de changer en montrant la direction. » Budo Renshu est un livre imprimé en 1933 à partir d’illustrations de Takako Kunigoshi. Le livre ne sera distribué de la main à la main qu’à certains élèves. C’est le premier signe concret d’une « fixation ». En 1935, alors qu’il enseigne dans le dojo du quotidien Asahi à Osaka, un court-métrage est tourné dans lequel O Sensei démontre un assez grand nombre de techniques. Il est clair que pour O Sensei la conservation d’un secret strict par rapport à sa discipline n’avait déjà plus de sens. De nombreuses photos sont prises en 1936 au Noma Dojo. Pour certaines techniques, différents angles de vue sont utilisés pour mettre en évidence un détail caché sous un autre angle. En 1938, Budo démontre que le pas est définitivement franchi. O Sensei prend acte de l’évolution des « conditions sociales » et réalise un véritable manuel structuré présentant sa discipline. De 1932 à 1938, plusieurs initiatives sont prises pour « fixer » matériellement des éléments de la discipline enseignée par Morihei Ueshiba. On pourrait rétorquer que ces supports sont plutôt à usage interne du ryu. C’est sans doute vrai, mais après la deuxième Guerre Mondiale c’est en direction de l’extérieur que se fera la communication. En septembre 1956 a lieu la première présentation publique d’Aïkido au magasin Takashimaya de Tokyo. « Morihei ne fut jamais partisan de ce genre d’exhibition mais il comprenait que le Japon entrait dans une ère nouvelle » précise Kisshomaru Ueshiba, le deuxième Doshu. Tadashi Abe confirme explicitement cette levée du secret dans son second livre : « La décision prise par mon vénéré maître Morihei Ueshiba de lever le secret concernant l’enseignement de sa méthode afin d’en rendre possible la divulgation mondiale […] ». On ne saurait être plus clair. Cette évolution de la pensée de O Sensei du secret de sa discipline est magnifiquement résumée par sa déclaration à Hawaï en mars 1961 : « Jusqu’à présent, je suis resté au Japon pour édifier un pont en or qui puisse unifier tout le Japon. Je construirai à Hawaï un pont 7 d’argent et, dans les cinq années qui viennent, je souhaite pouvoir lancer ce pont sur le monde entier pour en réunir les divers pays dans l’harmonie et l’amour que contient l’Aïkido ». 4- Une évolution ? L’évolution est donc flagrante. Il ne s’agit que d’un des aspects illustrant le passage du jutsu au do. Plusieurs autres réflexions d’O Sensei en précisent le contexte. À un journaliste qui lui demandait si le passage du Daito ryu à l’Aïkido était une simple évolution, Morihei Ueshiba répondit : « Non, il serait plus exact de dire que maître Sokaku m’ouvrit les yeux sur la véritable nature du budo ». Il s’agit plutôt pour O Sensei d’un changement de perspective. Il précise encore la différence entre jutsu et budo : « Autrefois, dans les techniques de sabre, il y avait une stratégie : en se laissant couper la peau, on coupait la chair de l’ennemi ; en se laissant couper la chair, on lui coupait les os. […] mais en revanche, de nos jours, on regrette d’être coupé, même la peau. De se laisser couper, même la peau, c’est comme se blesser (soi-même) et se mettre en danger, donc il ne faut pas le faire […] ». On retrouve l’idée d’efficacité concrète dans le combat du jutsu mais qui n’a plus de sens dans un do où la dimension éducative et la progression personnelle du pratiquant sont essentielles. ● Gilles Rettel, 5 e dan, BE2 e, DTR Bretagne Uke : Stéphane Adam du club Bushinkaï Aïkido d’Avrillé, Alain Ipekdjian du Cercle Aïkido du Vieux Nice. La plupart des citations proviennent des sources suivantes : Ueshiba Morihei. Budo Renshu, Techniques de Budo en Aïkido. Guy Trédaniel Éditeur, 1998 Ueshiba Morihei. Budo. Les enseignements du fondateur de l’Aïkido. Budo Éditions, 1991 Ueshiba Kisshomaru. L'esprit de l’Aïkido. Budo Éditions, 1998 Ueshiba Kisshomaru. La pratique de l’Aïkido. Budo Éditions, 1998



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :