Aïki Mag n°17 déc 08 à mai 2009
Aïki Mag n°17 déc 08 à mai 2009
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°17 de déc 08 à mai 2009

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 3,5 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Dominique Peinturier, le lien fondamental.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 14 - 15  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
14 15
TECHNIQUEirimi nage et kotegaeshi transmission sur mesure Méthode d’Aïkido, Techniques et Principes, par Arnaud Waltz, 6 e dan, membre du Collège Technique, est une série originale de DVD d’Aïkido qui montre, le plus lisiblement possible, les principes de construction des techniques. Ainsi, sont décrits chronologiquement, une forme d’entrée, une phase de déséquilibre et un engagement ou contrôle final. Le second opus de cette série propose des repères d’apprentissage pour irimi nage et kote gaeshi. Par exemple, pour irimi nage sur saisie katate dori, différents angles de vue montrent le moment de la saisie proprement dite, la forme de dégagement du poignet qui constitue le point-clé de la forme d’entrée. Les déplacements irimi, tenkan et henka sont décomposés, puis replacés dans la dynamique de la technique globale facilitant ainsi la compréhension de la construction du déséquilibre de uke. Enfin, la phase de projection, avec le travail spécifique des membres supérieurs qui conduit le partenaire à la chute, est également montrée sous plusieurs angles. Photos 1-2-3, par exemple pour kote gaeshi, tori effectue un tenkan lors de la phase de projection. Dans un second temps, les explications précises éclairent le pratiquant sur la manière de combiner les principes de construction pour apprendre et progresser personnellement dans l’étude de l’Aïkido. Des éléments structurels communs à plusieurs formes ainsi que les points-clés dont la présentation facilite, à notre sens, la compréhension de ce qu’il y a à faire pour apprendre, sont ainsi aisément identifiables. Des commentaires accompagnant les démonstrations permettent de comprendre ce qui est primordial dans la construction technique. Dans le registre des principes de construction, nous montrons les similitudes et les différences qui existent entre irimi nage et kote gaeshi. Outre le fait que la première technique soit un nage waza (technique de projection) et la seconde un nage katame waza (technique de projection suivi d’un contrôle au sol), nous montrons que la phase de déséquilibre et de projection de certains kihon waza repose sur deux principes communs de construction : tout d’abord, le travail des mains de tori s’effectue dans le prolongement 14 de l’attaque lors de la phase de déséquilibre avant de se diriger vers le centre de uke lors de la phase de projection. Photos 4-5-6-7, pour irimi nage comme pour kote gaeshi sur la forme d’entrée extérieure, tori vient se placer parallèlement à uke. Dans le même temps, le déplacement des hanches conduit uke et tori à se retrouver parallèle durant la phase de déséquilibre, pour ensuite se diriger vers le centre de uke à partir d’une prise d’angle de 30° par rapport à l’axe de déplacement. Photos 8-9-10, pour réaliser la phase de projection, tori dirige ses actions vers l’intérieur et vers le centre du corps de uke. Les points-clés Comme dans le précédent programme, une prise de vue globale présente la technique, puis une succession de différents plans précise les phases de placement, de déplacement, de déséquilibre et d’enga- 1 2 3 7 4 5 6
8 9 10 gement final ou de contrôle. L’utilisation systématique de gros plans sur les points-clés apporte une meilleure lisibilité des actions motrices engagées dans la construction d’irimi nage et de kote gaeshi. ● Arnaud Waltz, 6 e dan, DTR Nord-Pas-de-Calais À voir : Techniques et Principes Vol. 1 : IKKYO - SHIHO NAGE Vol. 2 : IRIMI NAGE - KOTE GAESHI p.19 X e congrès de la FIA à Tanabe Le X e congrès de la Fédération Internationale d’Aikido s’est tenu du 5 au 12 octobre 2008 à Tanabe au Japon. Le choix de la ville natale de Ueshiba Morihei correspond au souhait de commémorer, à cette occasion, le quarantième anniversaire de sa disparition. Remarquablement organisé par l’Aïkikaï et un grand nombre de volontaires, ce congrès a réuni une quarantaine de nations et plus de 600 participants étrangers. La délégation représentant la France était conduite par Maxime Delhomme, accompagné de quelques membres du Bureau de la FFAAA et de Christian Tissier. Les délégations étrangères ont été l’objet d’un accueil chaleureux, tant de la part de la population de Tanabe que du maire de la ville, M. Manago Mitsukoshi, et de toutes les instances officielles qui ont œuvré pour un déroulement parfait. La cérémonie officielle en mémoire de O Sensei a réuni le lundi 6 octobre une foule nombreuse au temple Kozanji puis devant la pierre tombale de O Sensei. Les jours suivants, pendant que les délégués officiels étaient en réunion, les très nombreux pratiquants venus de tout le Japon mais aussi du monde entier ont pu participer à des stages animés par les plus grands maîtres de l’Aïkikaï (Tada, Isoyama, Endo, Asai, Tamura, Tissier, pour n’en citer que quelques-uns). C’est ainsi que le stage animé par Christian Tissier a réuni plus de 600 pratiquants. Les débats en assemblée ont été présidés par le Doshu Ueshiba Moriteru et dirigés par le Président Peter Goldsbury. Ils ont porté sur : - l’analyse du développement de l’Aïkido dans le monde, - l’adoption de la modification des statuts de la FIA, - l’étude des rapports du Président, du secrétaire général, du « technical councillor » et du trésorier, - l’adhésion au World Anti-Doping Agency (WADA), - les difficultés rencontrées auprès du GAISF et de la Fédération Internationale des Arts Martiaux, - les demandes d’adhésion de nouveaux pays (Corée, Roumanie, Serbie, Iran), - L’élection d’un nouveau Bureau (Peter Goldsbury a été réélu Président). Samedi 11, déplacement de tous les participant dans les monts Kumano, au Kumano Hongu Taisha, haut lieu du bouddhisme au Japon, avec une cérémonie très solennelle suivie de démonstrations effectuées par de nombreux maîtres japonais de la région de Tanabe, Osaka, Nara et Kyoto, mais aussi par les délégations étrangères (Christian Tissier pour la France) et clôturées par le Doshu. Dimanche 12, enfin, après un grand stage dirigé par le Doshu, rendezvous en fin d’après-midi pour la « sayonara party », occasion de dernières rencontres informelles et amicales, et de nombreuses photos ! Un grand merci aux organisateurs japonais pour leur écoute attentive, leur gentillesse et la parfaite organisation de ce congrès. Paul Lagarrigue, vice-président de la FFAAA 15 INFOS De haut en bas : La statue érigée à Tanabe en l’honneur de Morihei Ueshiba. Stage et démonstration par Christian Tissier. Le Doshu et le Président de la FIA Peter Goldsbury. La délégation française au travail avant la « sayonara party ».



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :