Aïki Mag n°16 jun à nov 2008
Aïki Mag n°16 jun à nov 2008
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°16 de jun à nov 2008

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 1,9 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Christine Sigrist, la communication aux limites.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 12 - 13  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
12 13
TECHNIQUEArnaud Waltz transmission sur mesure Méthode d’Aïkido, Techniques et Principes, par Arnaud Waltz, 6 e dan, membre du Collège Technique, est une série originale de DVD d’Aïkido. L’ambition de cette production est de proposer une méthode d’enseignement sous la forme d’un guide pratique à l’attention de tous les pratiquants. Cette « Méthode d’Aïkido, Techniques et Principes », qui traite des kihon waza (techniques de base), s’adresse aussi bien à des pratiquants débutants ou confirmés qu’à des enseignants qui peuvent y trouver des contenus susceptibles de nourrir leur réflexion didactique et pédagogique. Les formes présentées mobilisent un répertoire de base. Elles posent, de manière simple, les éléments structurels de la construction de la technique. Ainsi, le pratiquant trouve, chronologiquement, la description d’une forme d’entrée, d’une phase de déséquilibre et d’un engagement ou contrôle final. L’angle bras/tronc Ce premier DVD présente ikkyo et shihonage. Si, pour le pratiquant débutan,t il apparaît, au premier abord, peu de points communs entre ces deux techniques, il est clairement montré, qu’elles illustrent, entre autres, un principe commun de construction, celui de fermeture de l’angle bras/tronc, les mains placées sur l’axe longitudinal du corps qui rappelle la trajectoire d’attaque shomen au ken ou au jo. Ce principe d’action constitue pour nous un repère important dans la réalisation de la technique, en ce sens qu’il illustre la notion de centrage, qui est l’un des critères d’évaluation des passages de grades dan (photos : 1, 2, 3, 4). Construction des techniques L’analyse didactique contribue essentiellement à déconstruire les formes globales afin de les rendre le plus explicite possible. La nécessité d’adapter son enseignement au niveau des élèves implique, pour un enseignant, de prendre de la distance par rapport à son niveau personnel. Autrement dit, il n’enseigne pas ce qu’il sait faire à son niveau d’expertise, mais ce qu’il doit être montré afin que les élèves apprennent. Le DVD Techniques et Principes met Katate dori shihonage : Cette situation permet d’illustrer la notion de centrage qui constitue un principe d’action dans la construction de la technique. 12 en évidence les différentes phases de construction des techniques, les éléments structurels communs à plusieurs formes ainsi que les points clés dont la présentation facilite, à mon sens, la compréhension de ce qu’il y a faire pour apprendre. Par exemple, pour réaliser ikkyo omote sur l’attaque shomenuchi, tori doit conduire uke vers le sol en agissant sur le bras qui porte l’attaque. Ce qu’il faut faire pour conduire uke vers le sol à un niveau débutant, c’est de descendre la main qui entre en contact avec le poignet de uke suivi, pour renforcer le déséquilibre, de la descente de la main qui initialement entre en contact avec le coude de uke. Les interventions de la première et de la seconde main se situent sur l’axe longitudinal du corps, sont consécutives, assurant ainsi la continuité de l’action exercée sur le bras de uke (photos : 5, 6, 7, 8). Au plan pédagogique, il est question de mobiliser, autant que faire ce peut, trois catégories discursives distinctes et complémentaires. L’utilisation d’un 1 2 3 4 champ lexical essentiellement mécanique rend plus explicite les différentes phases de construction de la technique. D’autres champs lexicaux sont mobilisés pour décrire les sensations susceptibles d’accompagner les différentes gestuelles ou bien préciser certaines références à la dimension martiale de la pratique afin d’en préciser le sens. Par exemple, pour ikkyo omote, sur l’attaque aihanmi katate dori, il est précisé, au plan mécanique, que pour réaliser la phase de déséquilibre, il est nécessaire de monter la main saisie puis de la descendre en direction du centre du partenaire. À propos des sensations qui accompagnent le déroulement de la technique, il est indiqué qu’il ne s’agit pas de pousser le partenaire mais de le déséquilibrer en amenant la main saisie en direction du sol. Enfin sur le registre martial, les consignes précisent qu’il est important de contrôler la main libre de uke. Cette intention d’action visant à contrôler le corps de uke dans son ensemble et non uni-
5 6 7 8 quement la partie du corps qui attaque initialement. Il est question de montrer, à travers l’étude de formes dites de base, les éléments techniques transversaux, communs à diverses techniques, susceptibles de permettre au néophyte de s’y retrouver dans la complexité de la pratique de l’Aïkido. Shomenuchi ikkyo omote : tori pour construire le déséquilibre descend ses mains sur l’axe longitudinal de son corps. Découvrir et expérimenter Dans les formes proposées, uke joue le rôle de repère pour tori. Ce dernier organise ses actions au regard du placement et des déplacements de uke. Ainsi, c’est tori qui est le plus mobile dans cette phase d’étude. Il apprend à synchroniser différents gestes comme, par exemple, monter et descendre les bras sur l’axe du corps tout en effectuant un déplacement irimi tenkan. L’objectif global est de permettre à tori de découvrir et d’expérimenter une structure de construction des techniques (photos : 9, 10, 11, 12, 13, 14,15). 9 10 11 12 13 14 13 La progression débute par les saisies qui permettent de travailler l’éducation à la sensation dans un contexte peu stressant et se poursuit dans l’étude des formes d’attaque frappées. En effet, pour le travail du débutant, il semble important de réduire l’incertitude temporelle et spatiale de manière à faciliter l’apprentissage des formes gestuelles de base. Dans Techniques et Principes, une prise de vue globale présente la technique sans autres précisions que le nom de l’attaque et celui de la technique. Ensuite, une succession de différents 15 plans précise les phases de placement, de déplacement, de déséquilibre et d’engagement final ou de contrôle. L’utilisation de gros plans sur les points clés complète la présentation. ● Arnaud Waltz, 6 e dan, DTR Nord-Pas-de-Calais À voir : Techniques et Principes Vol. 1 : IKKYO - SHIHONAGE À commander p.11 Katate dori shiho nage : dans cette forme, tori se déplace en respectant le critère de centrage tout au long de la construction de la technique.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :