Aïki Mag n°14 jun à nov 2007
Aïki Mag n°14 jun à nov 2007
  • Prix facial : gratuit

  • Parution : n°14 de jun à nov 2007

  • Périodicité : semestriel

  • Editeur : FFAAA

  • Format : (210 x 285) mm

  • Nombre de pages : 24

  • Taille du fichier PDF : 2 Mo

  • Dans ce numéro : entretien avec Michel Erb, à la rencontre de l'apprenant.

  • Prix de vente (PDF) : gratuit

Dans ce numéro...
< Pages précédentes
Pages : 4 - 5  |  Aller à la page   OK
Pages suivantes >
4 5
TECHNIQUEChristian TISSIER rigueur Christian Tissier shihan, 7 e dan, propose, dans une série de dvd, des thèmes de travail à partir d’attaques, en en déclinant des variations, sur des bases de techniques d’Aïkido uniquement. Il parle pour nous de ces développements en précisant : « c’est la répétition de la forme dans sa rigueur qui est la base de l’étude de l’Aïkido ». D et développement Dans un jeu de rôles parfaitement orchestré le « partenaire-adversaire » est l’alibi de la déstabilisation. En rapport avec le niveau adverse et en fonction de sa recherche du moment, il impose des contraintes de plus en plus précises. L’apprentissage de la résolution de ces contraintes simulées mais réelles doit être compris comme un système de construction personnelle permettant d’appréhender la voie de l’Aïkido dont l’un des propos majeurs est le développement sans limite des principes humains communs. Je définis ceux-ci comme étant l’expression naturelle de notre développement passé et futur qui fait de nous ce que nous sommes : le sens de la verticalité, la relation attitude-distance-vision, le polissage de la technique procurant un meilleur résultat pour un minimum d’efforts, la moralité, le respect de sa propre intégrité et celle de ses semblables, la communication, le besoin d’harmonie, etc. C’est ainsi que l’un des aspects de la pratique consiste, face à une tentative de déstabilisation savamment dosée par le partenaire à résoudre le conflit ponctuel en utilisant un maximum de ces principes. Si l’un ou l’autre de ces derniers peut suffire pour que l’action fonctionne, par exemple : « distance technique sécurité », ou encore « attitude-distance-vision-technique », c’est l’accumulation d’un maximum de ces principes dans une même action, sans jamais en supprimer un au profit d’un autre, qui fait que le mouvement tend vers la perfection. Finalement l’un des aspects de la maîtrise est l’utilisation constante et spontanée de ces principes par rapport aux priorités de l’instant. 4 Attention à ne pas confondre principes naturels et qualités. Les qualités : réflexes, agilité, force, souplesse, etc., sont bien sûr des plus, et doivent être utilisées au maximum, mais ne peuvent que décroître au fil du temps. Elles sont davantage du domaine du sport que de l’art. Le but de la recherche Cette recherche de « l’idéal de perfection par le geste » exclue donc maintenant la compétition qui dès lors doit être considérée comme un jeu ou encore comme la vérification ponctuelle d’un niveau, dans un cadre donné par rapport à un nombre limité d’individus, ce qui n’aurait rien à voir avec le but de la recherche. Cette spécificité propre à l’Aïkido, est d’autant plus évidente que notre apprentissage est basé sur des codes par-
ticuliers et souvent propres à chaque école, ceci toujours dans la perspective de réaliser sa propre construction. Ce qui nous amène à préciser que par rapport à une attaque et une réponse codée de la part de l’adversaire, la technique utilisée doit être utilisée dans l’unique but de sa propre construction et non contre l’adversaire. C’est cette confusion entre tentative d’application et travail de construction qui fait que la technique de base de l’Aïkido, utilisée comme telle n’est pas applicable et ne marche pas ; ou alors uniquement avec des gens qui réagissent suivant les mêmes codes, ce qui évidemment n’est pas la finalité de la recherche martiale. Résumons donc : c’est par l’étude rigoureuse de la forme et grâce à des codes communs que l’apprentissage de la construction personnelle physique et mentale est possible. Cette étude de la Sur mawashi geri (coup de pied circulaire au visage), entrée intérieure avec contrôle visage et axe du partenaire et, toujours en glissant sur l’intérieur contrôler cou et bras gauche adverse afin de projeter en pivotant à 180° au moment où le partenaire repose la jambe avec laquelle il a attaqué. forme est difficilement utilisable en tant que telle car elle est faite « pour » et non « contre ». En revanche, l’acquisition de la construction ouvre sur la découverte et l’utilisation maximale des principes. C’est l’utilisation de ces derniers qui fonctionne et permet des applications contre ou avec des partenaires n’ayant pas les mêmes codes ou des adversaires de différents horizons. La construction personnelle rigoureuse amène à la résolution systématique des priorités dans une 5 action conflictuelle. La vraie maîtrise est l’aptitude à considérer, sans réflexion, spontanément donc, qu’une priorité que l’on peut résoudre systématiquement et instantanément n’en est finalement pas une, et qu’il ne faut donc pas créer artificiellement et indéfiniment la condition de la résolution. La focalisation instantanée de l’intention, la décision et l’action sur la vraie priorité est l’un des aspects de la maîtrise. Action pure C’est peut être seulement à ce niveau de pratique que commence l’Aïki et que toutes les applications sont réalisables. Réalisables, en dehors de tout code pré-établi dans la mesure où la forme épurée au maximum libère les principes et s’inscrit dans une action pure et spontanée. Exemple de technique typiquement de construction visant à intégrer les principes : katate dori soto kaiten nage. - saisie du poignet, contrôle des angles (pas d’ouverture), relation en triangle des deux centres par le point de contact (la saisie). Attitude, distance, vision. - sortie sur l’extérieur, donc ouverture comblée par une fermeture immédiate (atemi). Attitude, vision, contrôle de la distance, placement, etc. - rotation autour d’un point (le poignet) dans la perspective de contrôler également l’axe de l’adversaire. - pivot complet autour d’un axe. Sens de la verticalité en relation avec le partenaire, etc. - recul de la jambe en respectant toujours les axes, distance, contrôle, etc. - projection.



Autres parutions de ce magazine  voir tous les numéros


Liens vers cette page
Couverture seule :


Couverture avec texte parution au-dessus :


Couverture avec texte parution en dessous :